Matthieu Chamussy Eric Piolle Jérôme Safar Philippe de Longevialle et Denis Bonzy lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d'ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes à Grenoble

La culture au coeur des débats à l’Ampérage

La culture au coeur des débats à l’Ampérage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

REPORTAGE – L’Ampérage orga­ni­sait ce jeudi 9 jan­vier le pre­mier débat des muni­ci­pales à Grenoble. Le thème : les heures d’ouverture tar­dives pour les salles de spec­tacles et plus lar­ge­ment la poli­tique cultu­relle menée dans la capi­tale des Alpes. A l’exception de Mireille d’Ornano*, tête de liste du Front natio­nal, tous les can­di­dats ont pu se prê­ter au jeu des ques­tions réponses pen­dant deux heures trente. Retour sur cette soi­rée d’échange.

Enseigne en fer forgé de la salle de concert L'Ampérage à Grenoble

© Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

Jeudi 9 décembre, il est 19h et c’est dans une salle bon­dée et dans un cli­mat plu­tôt calme que les cinq can­di­dats aux muni­ci­pales de Grenoble arrivent pour par­ti­ci­per au pre­mier débat de ces élec­tions. Matthieu Chamussy, Eric Piolle, Jérôme Safar, Philippe de Longevialle et Denis Bonzy, tous prennent place sur l’estrade mise à leur dis­po­si­tion. Devant l’af­fluence, cer­tains spec­ta­teurs seront refu­sés à l’entrée.

Public lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

© Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

Avec quelques minutes de retard, le débat com­mence. Et la pre­mière ques­tion posée est, sans sur­prise, celle de l’ouverture tar­dive des salles de spectacles.
Un sujet qui fait régu­liè­re­ment la une de l’actualité depuis que la pré­fec­ture de l’Isère a pris un arrêté obli­geant L’Ampérage à fer­mer à 2 heures du matin en avril der­nier, puis le Drak-Art en décembre.

“Coup de balai sur la paperasserie”

Les can­di­dats, très atten­dus sur ce sujet par les asso­cia­tions cultu­relles locales, vont pou­voir tour à tour défendre leur posi­tion. Premier à se jeter à l’eau : Denis Bonzy. Le can­di­dat Société civile divers droite et tête de liste de “Nous citoyens” n’hésite d’ailleurs pas à se lever pour s’adresser au public.
Denis Bonzy lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

Denis Bonzy. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

« Je suis un démo­crate et si je suis maire, c’est moi et non le pré­fet qui déci­de­rai de ce qui va comp­ter à Grenoble » explique-t-il. « Je pro­pose un énorme coup de balai sur la pape­ras­se­rie. Nous devons avoir ensemble la liberté la plus totale. La créa­tion doit être entiè­re­ment libre et nous nous ajus­te­rons de manière très prag­ma­tique au fur et à mesure des abus, si abus il y a », ajoute-t-il.
Un point de vue que ne rejoint pas tota­le­ment Philippe de Longevialle. Pour le can­di­dat divers centre, tête de liste de “Imagine Grenoble”, « la ques­tion des ouver­tures tar­dives est une ques­tion impor­tante dans une ville uni­ver­si­taire parmi les plus jeunes de France ». Même s’il se dit favo­rable à cette mesure, il rap­pelle qu’il faut faire atten­tion aux ques­tions de voi­si­nages. « Avec un tra­vail de res­pon­sa­bi­li­sa­tion des orga­ni­sa­teurs, la ville et la pré­ven­tion de la police muni­ci­pale, on doit pou­voir gérer les nui­sances dans le cou­rant de la nuit pour que les gens du voi­si­nage puissent avoir une vie nor­male. »
“Cet arrêté pré­fec­to­ral vous empêche de travailler…”

Jérôme Safar parle au micro lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux municipales de Grenoble

Jérôme Safar. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

De son côté, Jérôme Safar, très attendu sur cette ques­tion en tant que pre­mier adjoint, n’hésite pas à défendre le bilan de la muni­ci­pa­lité actuelle, tout en recon­nais­sant volon­tiers qu’il y a problème.
« Cet arrêté pré­fec­to­ral vous empêche de tra­vailler et met en dan­ger gra­ve­ment un modèle éco­no­mique. Il faut donc faire cor­res­pondre les sor­ties avec le démar­rage des trans­ports pour que l’on n’ait pas à gérer du public qui va sta­tion­ner sur l’es­pace public et peut géné­rer du bruit » sug­gère le can­di­dat socialiste.
Eric Piolle lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

Eric Piolle. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

Pour Eric Piolle, c’est « une forme de culture qui vit la nuit. » Une réa­lité dont il faut, selon lui tenir compte. Mathieu Chamussy se veut, lui, plus vin­di­ca­tif. « Ce que je sou­haite, c’est que l’on aille au maxi­mum de ce que la loi auto­rise dans le cadre d’une règle du jeu clai­re­ment défi­nie, par écrit, entre la col­lec­ti­vité et les acteurs, explique le can­di­dat UMP. Ensuite, si la règle du jeu est res­pec­tée, on conti­nue. Si elle ne l’est pas, la ville de Grenoble sous mon auto­rité pren­dra des mesures res­tric­tives. »
Interrogés plus lar­ge­ment sur le manque de salles de spec­tacles, cha­cun y est allé de sa théo­rie dans ce « débat très gen­tillet et sans attaque », comme l’a qua­li­fié Denis Bonzy au cours de la soi­rée. Pour Jérôme Safar, « l’Ampérage est un lieu qui ne fait pas de choix. Il faut peut-être déve­lop­per davan­tage ce type d’endroits ».
Un point de vue plus ou moins rejoint par Eric Piolle qui a notam­ment fait réfé­rence à la recon­ver­sion de l’ancienne usine Lu de Nantes. 
Matthieu Chamussy Eric Piolle Jérôme Safar Philippe de Longevialle et Denis Bonzy lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d'ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes à Grenoble

Matthieu Chamussy, Eric Piolle, Jérôme Safar, Philippe de Longevialle et Denis Bonzy. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

Autres idées avan­cées par Mathieu Chamussy et Philippe de Longevialle : celles de la créa­tion d’un fonds d’action par­ti­ci­pa­tif ou d’un fes­ti­val de la diver­sité cultu­relle, orga­nisé chaque été au parc Paul Mistral.

“Pas là pour faire des chèques en bois”

Tableau de propositions lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

Propositions des citoyens et des asso­cia­tions. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

Le der­nier point sou­levé est celui des sub­ven­tions accor­dées aux asso­cia­tions cultu­relles gre­no­bloises. Un sujet, là encore sen­sible, qui sus­cite l’inquiétude de bon nombre de petites struc­tures. Mathieu Chamussy est, d’ailleurs, très clair à ce sujet. « Je ne suis pas venu pour faire des chèques en bois, compte tenu des finances publiques » lance le can­di­dat UMP, avant d’attaquer les finances de la ville. « Il faut davan­tage de trans­pa­rence pour garan­tir un mini­mum d’équité, avec notam­ment la créa­tion d’un open data acces­sible à tous et regrou­pant toutes les dépenses publiques » souligne-t-il.
A l’inverse, Eric Piolle estime « qu’il y a une richesse d’équipements qui a été entre­te­nue par toutes les majo­ri­tés. Et entre­te­nir ces struc­tures consomme beau­coup du bud­get muni­ci­pal. Plutôt que de pas­ser un coup de rabot un peu par­tout, il vaut mieux cou­per un bout et faire des choix un peu plus dif­fi­ciles ». De quoi retrou­ver une marge de manœuvre selon lui. « Je ne suis pas là, non plus, pour faire des chèques en bois » tient à rap­pe­ler, à son tour, Denis Bonzy en réponse à son ancien rival à l’investiture UMP. « Il faut, pour la ges­tion du quo­ti­dien, un rap­port direct avec une mai­rie de sec­teur à part entière » ajoute-t-il.

Philippe de Longevialle lors du débat à L'Ampérage sur les horaires d’ouverture tardive pour les pratiques culturelles nocturnes avec les candidats aux élections municipales de Grenoble

Philippe de Longevialle. © Chloé Ponset – pla​ce​gre​net​.fr

De son côté, Philippe de Longevialle estime que « la culture, ce n’est pas que des dépenses ». Une prise de posi­tion saluée par de nom­breux spec­ta­teurs dans la salle. « C’est aussi une acti­vité qui crée de la valeur ajou­tée » sou­tient le can­di­dat cen­triste qui sou­haite que « les gros équi­pe­ments cultu­rels passent sous le giron de la Métro, afin que le bud­get cultu­rel de la ville aille aux petites struc­tures locales ».
Un point de vue que par­tage Jérôme Safar, selon qui c’est « un faux ques­tion­ne­ment ». « La seule col­lec­ti­vité à avoir main­tenu ses sub­ven­tions pen­dant ce man­dat, c’est la ville de Grenoble » rap­pelle l’élu qui tente, une der­nière fois, de défendre le bilan de la muni­ci­pa­lité. C’est sur ces quelques pro­po­si­tions que s’est achevé le débat. Pas cer­tain que cela suf­fise aux asso­cia­tions cultu­relles en attente de réponses concrètes quant à leur avenir.
Maïlys Medjajd
* Réaction de Mireille d’Ornano, can­di­date tête de liste du FN aux muni­ci­pales de Grenoble
(mise à jour le 11 jan­vier à 23h00)
Suite au débat qui vient d’avoir lieu à l’Ampérage, à l’initiative du monde asso­cia­tif cultu­rel, pour qu’il n’y ait aucune ambi­guïté, je tiens à pré­ci­ser que je n’ai jamais reçu la moindre invi­ta­tion à par­ti­ci­per, en ma qua­lité de can­di­date tête de liste aux pro­chaines muni­ci­pales, à ce débat.
Si je man­quais donc à l’appel, comme il a été dit et écrit, c’est bien de la faute exclu­sive des orga­ni­sa­teurs et non de la mienne.
Bien sûr, je tiens à ras­su­rer les Grenobloises et les Grenoblois : si le suf­frage uni­ver­sel nous était favo­rable en mars pro­chain, nous veille­rons à pro­mou­voir une poli­tique cultu­relle de qua­lité qui tien­drait compte à la fois de notre iden­tité propre mais sou­cieuse aussi de res­pec­ter les sen­si­bi­li­tés artis­tiques de cha­cun, sans heur­ter les consciences et la pro­fon­deur de nos traditions.
Nous veille­rons éga­le­ment, d’une manière scru­pu­leuse, à ce que les sub­ven­tions allouées ne soient pas détour­nées de leur but déclaré et ce, à des fins bas­se­ment par­ti­sanes et politiciennes.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

MM

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La Métropole Grenoble-Alpes veut ame­ner l’art dans l’espace public

FOCUS - Un projet d’art dans l’espace public va bientôt voir le jour sous la houlette de la Métropole Grenoble-Alpes. L’objectif ? Favoriser la rencontre Lire plus

A Grenoble, le candidat du PS Olivier Noblecourt multiplie les appels du pied à l'adresse d'Eric Piolle, grand favori aux municipales. En vain.
À Grenoble, Olivier Noblecourt fait un nou­vel appel du pied à Éric Piolle pour ral­lier sa liste… en vain

  EN BREF - Olivier Noblecourt, le candidat du PS à Grenoble, va-t-il maintenir sa candidature pour le second tour des élections municipales, le 28 Lire plus

Christophe Ferrari, président de Grenoble-Alpes Métropole. © Charles Thiebaud - Placegrenet.fr
Le Pont-de-Claix : Christophe Ferrari plé­bis­cité pour un qua­trième man­dat dès le pre­mier tour

  FIL INFO – Il n’avait face à lui aucune liste d’opposition de droite. Le maire sortant et président de la Métropole, Christophe Ferrari, a Lire plus

Pierre Verri, maire de Gières, est le candidat PS dans cette deuxième circonscription. Il tente de succéder au député socialiste sortant Michel Issindou. © DR
Pierre Verri réélu maire de Gières de justesse

  FIL INFO – Seules deux listes étaient candidates aux municipales à Gières, cette année. Il n’y aura donc pas de deuxième tour. Et c'est Lire plus

Carte interactive Municipales 1er tour Grenoble et sa région
[Carte inter­ac­tive] Résultats du pre­mier tour des élec­tions muni­ci­pales de Grenoble et sa région

  CARTE INTERACTIVE – À l’occasion de ce premier tour des élections municipales et communautaires, découvrez d’un seul coup d’œil tous les résultats de Grenoble Lire plus

Pour l'heure, aucun budget d'action anti-pollution n'a été établi par la liste de Christophe Ferrari "Une ville qui avance". © Anissa Duport-Levanti
Le Pont-de-Claix : deux listes face à Christophe Ferrari… sans la droite

  EN BREF – Au Pont-de-Claix, deux listes font face au maire sortant Christophe Ferrari, également président de la Métropole grenobloise. Celle de la communiste Lire plus

Flash Info

|

25/05

15h46

|

|

25/05

8h56

|

|

24/05

11h17

|

|

23/05

17h59

|

|

23/05

16h23

|

|

23/05

14h00

|

|

23/05

12h00

|

|

23/05

9h58

|

|

20/05

10h43

|

|

19/05

10h45

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 32 : « Religion et laï­cité à Grenoble »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 31 : « Le bur­kini tou­jours à la une de l’ac­tua­lité à Grenoble »

Politique| Grenoble : un conseil muni­ci­pal divisé adopte le port du bur­kini dans les pis­cines municipales

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin