nanosécurité plateforme unique en Europe à Grenoble combinaison jaune

Nanosécurité : y aurait-il donc danger ?

Nanosécurité : y aurait-il donc danger ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Alors que les nanomatériaux continuent d’inonder le marché, on ne sait pas grand-chose quant à leur impact sur la santé et l’environnement. Pas plus contrôlés que les produits conventionnels, les nanos jouent les électrons libres. Faute de cadre législatif, la recherche avance à tâtons. Pour tenter d’y voir plus clair et accompagner le développement des nanotechnologies, Grenoble s’est dotée d’une plate-forme dédiée à la nanosécurité.

 
 
 
Inauguration plate forme nanosécurité du CEA à Grenoble

Inauguration de la plate-forme nano­sé­cu­rité du CEA à Grenoble © Patricia Cerinsek / pla​ce​gre​net​.fr

Les nano­ma­té­riaux sont par­tout. Dans les pneus, les crèmes solaires, les vête­ments mais aussi les den­ti­frices et jusque dans les glaces et les bon­bons… On estime à 2 500 le nombre de pro­duits sur le mar­ché conte­nant des nanos. Faut-il s’en inquiéter ? 
 

 

« Cela fait dix ans que le CEA tra­vaille sur les ques­tions de nano­sé­cu­rité. Comme on ne sait pas si c’est dan­ge­reux ni si c’est toxique, on applique le prin­cipe de pré­cau­tion », affirme Philippe Bourguignon, direc­teur de la plate-forme nano­sé­cu­rité (PNS). Une struc­ture qui, depuis l’été der­nier, regroupe 150 per­sonnes au cœur du Polygone scien­ti­fique de Grenoble.
 
Fruit de la col­la­bo­ra­tion entre le Commissariat à l’éner­gie ato­mique et aux éner­gies alter­na­tives (CEA) et l’Institut natio­nal des sciences et tech­niques nucléaires (INSTN), la PNS a été inau­gu­rée le ven­dredi 22 novembre par la ministre de l’Enseignement supé­rieur et de la recherche Geneviève Fioraso et le pré­sident du conseil régio­nal Jean-Jack Queyranne.
 
Objectif : suivre et enca­drer le déve­lop­pe­ment des nano­tech­no­lo­gies en tra­vaillant sur les ques­tions de pro­tec­tion et de sécu­rité liées à la mise en œuvre des nanomatériaux. 
 

 

Inauguration plate forme nanosécurité du CEA à Grenoble

Recherche, exper­tise, mesure, for­ma­tion mais aussi inter­ven­tion en cas d’ac­ci­dent font par­tie des mis­sions de la plate-forme nano­sé­cu­rité gre­no­bloise, inau­gu­rée par la ministre Geneviève Fioraso. © Patricia Cerinsek / Place Gre’net

 
Un inves­tis­se­ment de 17,3 mil­lions d’euros
 
 
Un équi­pe­ment “unique en Europe” selon Bernard Bigot, admi­nis­tra­teur géné­ral du CEA, car plu­ri­dis­ci­pli­naire. Là, les scien­ti­fiques tra­vaillent à la fabri­ca­tion de nano­par­ti­cules de réfé­rence, grâce à des outils de carac­té­ri­sa­tion, en asso­cia­tion avec des par­te­naires publics et privés.
 
Les résul­tats de ces tra­vaux de recherche sont direc­te­ment appli­qués dans les domaines de l’ex­per­tise, la mesure, la for­ma­tion-sen­si­bi­li­sa­tion (le site web Nano​-Smile​.org) et l’in­ter­ven­tion en cas d’ac­ci­dent, le tout grâce à des col­la­bo­ra­tions avec l’INERIS, l’INRS, l’INVS, l’INSERM, l’IRSN, le LNE, le CNRS
250 postes de tra­vail ont ainsi été exper­ti­sés et 550 per­sonnes formées. 
 
La PNS met au point des bio-mar­queurs pour détec­ter les inflam­ma­tions, tra­vaille sur la toxi­cité des nano­par­ti­cules de fer, planche sur des outils de détec­tion des nanos dans les inci­né­ra­teurs, ou encore col­la­bore avec Air-Rhône-Alpes.
 

 

Inauguration plate forme nanosécurité du CEA à Grenoble

La sécu­rité et la pro­tec­tion des sala­riés sont au cœur des pré­oc­cu­pa­tions. Mais quid des consom­ma­teurs der­rière ? © Patricia Cerinsek / Place Gre’net

L’investissement est de taille, 17,3 mil­lions d’eu­ros*. L’enjeu aussi.
 
Alors que les nanos conti­nuent d’i­non­der le mar­ché, on ne sait pas grand-chose de leur inno­cuité. Quels impacts ont les nanos sur la santé ? Et sur l’en­vi­ron­ne­ment ? Les études et tra­vaux de recherche se mul­ti­plient mais tou­jours aucune enquête épi­dé­mio­lo­gique sur le sujet à l’ho­ri­zon. Alors, les auto­ri­tés sani­taires ouvrent le para­pluie et appellent à la prudence.
 
Une ving­taine de nano­par­ti­cules cou­ram­ment uti­li­sées sont étu­diées par les scien­ti­fiques en Europe : dioxyde de titane, sili­cium, tube de car­bone, argent, oxyde de zinc… Mais pour les cher­cheurs, il est encore trop tôt pour se prononcer. 
 
 
Une tech­no­lo­gie prometteuse
 
Difficile de mettre au ban une tech­no­lo­gie aussi pro­met­teuse pour les indus­triels. Les nano­ma­té­riaux per­mettent de fabri­quer des objets plus petits, plus légers et moins coû­teux. Mais aussi de consom­mer moins de matières pre­mières et moins d’énergie.

 

Inauguration plateforme nanosécurité du CEA à Grenoble

Inauguration de la pla­te­forme nano­sé­cu­rité du CEA à Grenoble.

Efficaces ? Assurément. Inoffensifs ? « On n’a tou­jours pas dit que c’é­tait dan­ge­reux ! », pour­suit Philippe Bourguignon. Ni le contraire. Ce qui n’empêche pas les nanos d’être com­mer­cia­li­sés sans autre forme de procès.
 
 
Le nano n’est pas plus contrôlé
 
Car le nano­ma­té­riau, c’est un peu l’élec­tron libre. Pas plus contrôlé qu’un autre maté­riau. Dans tous les cas, c’est le Code du tra­vail et le Code de l’en­vi­ron­ne­ment qui s’ap­pliquent. Seule contrainte ? L’obligation pour l’in­dus­triel de décla­rer tout achat, vente, revente ou impor­ta­tion de nanoparticules. 
 
Côté régle­men­ta­tion sani­taire, même grand vide. Comment savoir si une nano­par­ti­cule est dan­ge­reuse alors que la légis­la­tion com­mu­nau­taire n’a pas encore fixé de valeurs limites d’ex­po­si­tion ? Alors que tout le monde ne s’ac­corde pas sur la défi­ni­tion de “nano” ?
Depuis 2009 pour­tant, les dépu­tés euro­péens réclament que la légis­la­tion en la matière soit révisée. 
 

 

Inauguration plateforme nanosécurité du CEA à Grenoble

La PNS, ce sont aussi des équi­pe­ments spé­cia­li­sés. Ainsi, Equipex NanoID est capable de détec­ter et d’i­den­ti­fier les nano­par­ti­cules. © Patricia Cerinsek / Place Gre’net

Alors, faut-il avoir peur des nanos ? La mani­pu­la­tion de la matière à l’é­chelle nano­mé­trique sus­cite espoirs et enthou­siasme mais aussi craintes et interrogations.
 
Les inno­va­tions souffrent de la défiance des conci­toyens”, juge la ministre. Aux scien­ti­fiques d’ap­por­ter des réponses. Mais le champ est vaste.
 
A chaque ins­pi­ra­tion, vous en pre­nez plein le pou­mons. On estime à 10 000 la quan­tité de nano­par­ti­cules par cen­ti­mètre cube d’air ambiant. Votre voi­sin allume une ciga­rette ? Ce n’est plus 10 000 mais 300 000 nano­par­ti­cules qui peuplent ce maigre espace.
 
Les nanos sont par­tout, et depuis long­temps. Mais ils n’ont pas fini de faire par­ler d’eux.
 
Patricia Cerinsek
 
 
* 14,3 mil­lions d’eu­ros de la Région et trois mil­lions d’eu­ros de l’État dans le cadre du plan Campus “Grenoble uni­ver­sité de l’in­no­va­tion”. A quoi il faut ajou­ter 15,2 mil­lions d’eu­ros d’é­qui­pe­ments et de maté­riels spé­cia­li­sés, dont l’é­qui­pe­ment d’ex­cel­lence NanoID (10,2 mil­lions d’eu­ros), capable de détec­ter et d’i­den­ti­fier les nanoparticules.
 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Patricia Cerinsek

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

Retour au 90 km/h et rapport sur la Sécurité: les nouvelles annonces du Département de l'Isère
Retour au 90 km/h et actions en matière de sécurité : les annonces du Département de l’Isère

FOCUS - À l'occasion d'une nouvelle séance publique vendredi 19 novembre 2021, le Département de l'Isère fait le point sur deux thématiques: le retour annoncé Lire plus

Forum habitants au Patio, Elisa Martin, adjointe aux quartiers populaires de Grenoble, et Chloé Pantel, maire adjointe du Secteur 6, samedi 16 octobre 2021 © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Forum habitants à la Villeneuve de Grenoble : Elisa Martin, adjointe aux quartiers populaires, interpellée sur le thème de la sécurité

FOCUS - Transformer les quartiers Villeneuve de Grenoble et d’Échirolles en écoquartiers populaires d'ici 2030. Tel est l’objectif du vaste programme de renouvellement urbain destiné Lire plus

Les Écologistes Auvergne-Rhône-Alpes attaquent les projets “sécurité” de Laurent Wauquiez
Les Écologistes Auvergne-Rhône-Alpes attaquent les projets “sécurité” de Laurent Wauquiez

FOCUS - Le groupe d'opposition régionale Les Écologistes attaque la politique du Conseil régional en matière de sécurité. Et annonce se tourner vers le préfet Lire plus

Deux mises en examen après une agression entre membres de la communauté afghane à Échirolles et Seyssins
Deux mises en examen après une agression entre membres de la communauté afghane à Échirolles et Seyssins

FLASH INFO — Des violences au sein de la communauté afghane en lien avec la situation politique du pays, ou résultant d'un simple différend? Une Lire plus

Étrange série d’incendies de véhicules entre Gières et Saint-Martin d’Hères dans la nuit du 20 septembre

FLASH INFO — Étrange série d’incendies de véhicules sur l'agglomération grenobloise dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 septembre. Pas moins de six Lire plus

Un octogénaire victime d'un coup de couteau à Échirolles, la police décrit une agression "hors-normes"
Un octogénaire victime d’un coup de couteau à Échirolles, la police décrit une agression « hors-normes »

FLASH INFO — "Je ne vous cache pas qu'à l'Hôtel de police, tout le monde est un peu affligé". Ainsi s'exprime un fonctionnaire de police Lire plus

Flash Info

|

04/12

22h49

|

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin