Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

Hébergement : la pres­sion monte

Hébergement : la pres­sion monte

REPORTAGE VIDÉO – A quelques semaines de l’hi­ver, plus d’un mil­lier de per­sonnes sont à la rue. Une situa­tion qui sus­cite l’in­di­gna­tion d’asso­cia­tions et d’ha­bi­tants de Grenoble, qui inter­pellent les pou­voirs publics sur l’hé­ber­ge­ment d’ur­gence, tandis que le conseil géné­ral affirme de son côté ne plus pou­voir faire face. État des lieux avant la réunion pré­vue ce mardi à la préfecture.

Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

© Joël Kermabon

« Nous sommes en colère face à une situa­tion de plus en plus insup­por­table » s’in­digne Jo Briant, porte-parole de la coor­di­na­tion isé­roise de soli­da­rité des étran­gers migrants (Cisem), à l’o­ri­gine du ras­sem­ble­ment de ven­dredi devant le conseil géné­ral. Une cen­taine de per­sonnes se sont ainsi réunies pour aler­ter l’o­pi­nion publique et venir en sou­tien de la délé­ga­tion qui a ren­con­tré Brigitte Périllié, vice-pré­si­dente du conseil géné­ral délé­guée à l’en­fance en dan­ger, la famille et l’é­ga­lité femme-homme.
« Tous les jours, de nom­breuses per­sonnes – fran­çaises comme étran­gères – y com­pris des familles avec enfants, sont dehors à Grenoble parce qu’elles n’ont pas de solu­tions d’hé­ber­ge­ment, pas de toit ». Plus de mille per­sonnes, dont cer­taines fra­giles ou malades, dor­mi­raient ainsi dans les rues de Grenoble et de l’ag­glo­mé­ra­tion. Parfois la peur au ventre.

Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

© Joël Kermabon

« Aujourd’hui, des femmes vivent cachées dans la rue avec leurs enfants parce qu’elles ont peur de se les faire prendre », témoigne ainsi une res­pon­sable de la Maison des Femmes, asso­cia­tion qui s’at­tache à pro­mou­voir l’autonomie des femmes. Et celle-ci de déplo­rer l’ab­sence de réponse adap­tée concer­nant le droit au loge­ment de celles-ci et, en par­ti­cu­lier, leur droit à l’hébergement.
Un constat alarmant
« Actuellement, quand des per­sonnes à la rue télé­phonent au 115 (ndlr : le numéro de l’ur­gence sociale), dans 99% des cas, on leur répond qu’il n’y a aucune place, même pour une nuit », dénonce Jo Briant. Une situa­tion qui n’a rien d’é­ton­nant alors que 500 places d’hébergement ont été fer­mées cet été dans le département.
Le foyer Adoma de la rue Jules Vallès a notam­ment été muré pour empê­cher tout squat. A Grenoble, seules deux struc­tures d’hé­ber­ge­ment sont désor­mais ouvertes toute l’an­née : le Centre d’ac­cueil inter­com­mu­nal de 64 places, rue Henri Tarze, et le centre d’hé­ber­ge­ment « Mimosa », rue Verlaine. Une struc­ture de 150 places « où les gens s’en­tassent dans des condi­tions de pro­mis­cuité et d’in­sa­lu­brité dra­ma­tiques », pré­cise Jo Briant.

Baisse de 70% du bud­get consa­cré à l’hébergement
Simone Targe, membre de la Cisem, confirme : « Ce bâti­ment, qui res­semble plus à un camp en dur qu’à un foyer, ne compte que deux cui­si­nières, des douches cas­sées, un WC pour plu­sieurs dizaines de per­sonnes et sou­vent bou­ché. Sans comp­ter les fils élec­triques à nu. Non seule­ment l’en­semble est vrai­ment cras­seux, mais en plus il est dan­ge­reux ! » Et la situa­tion ne cesse de s’ag­gra­ver, à en croire Jo Briant, du fait du désen­ga­ge­ment crois­sant de l’État et du conseil général.
« Dans le cadre de sa mis­sion de pro­tec­tion de l’en­fance, le conseil géné­ral n’ac­cueille plus que qua­rante familles avec des enfants de moins de trois ans. Cela signi­fie que le nombre de familles accueillies a été divisé par trois en un an ! », s’in­digne Simone Targe.

Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

© Joël Kermabon

Yvon Sellier du col­lec­tif La Patate chaude évoque même une baisse de 70 % du bud­get consa­cré à l’hé­ber­ge­ment sur un an. Un chiffre que ne conteste pas Brigitte Périllié : « Auparavant, nous com­pen­sions les failles de l’État. Mais compte tenu de l’aug­men­ta­tion des charges et de la façon dont l’État a limité nos capa­ci­tés à faire évo­luer nos recettes, nous avons dû nous recen­trer sur ce qui est de notre com­pé­tence, à savoir, la pro­tec­tion de la mère iso­lée avec enfant de moins de trois ans. » Et de sou­li­gner que dans ce cadre, le conseil géné­ral va même au-delà de son obli­ga­tion d’ac­com­pa­gne­ment social, en pre­nant en charge leur héber­ge­ment.
Avoir un toit, un droit constitutionnel
« Comme le disait madame Duflot, que les pou­voirs publics lui donnent la liste des bâti­ments vacants ! » tem­pête la res­pon­sable de la Maison des femmes, pour qui des solu­tions d’hé­ber­ge­ment com­plé­men­taires peuvent être trou­vées à Grenoble. « De nom­breux bâti­ments sont vides » et pour­raient être uti­li­sés, tout comme les « nom­breux ter­rains aban­don­nés » que compte l’agglomération.

Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

© Joël Kermabon

Pour rap­pel, l’État et les col­lec­ti­vi­tés locales ont le devoir absolu de pro­po­ser un toit à chaque per­sonne, selon le Code de l’ac­tion sociale et la Convention euro­péenne des droits de l’Homme. « Il est impor­tant que le conseil géné­ral et la pré­fec­ture entendent notre cri, notre colère » déclare Jo Briant, dénon­çant la non-appli­ca­tion de la loi du 5 mars 2007.
D’après Simone Targe, le pro­blème vient clai­re­ment d’un manque de volonté poli­tique : « Si toutes les com­munes de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise accep­taient d’a­gir, des solu­tions seraient pos­sibles pour ces mille per­sonnes à la rue. »
40 à 50 per­sonnes de plus par semaine

Hébergement d'urgence : à quelques semaines de l'hiver la pression monte à Grenoble pour les associations

© Joël Kermabon

« Les sommes ne sont jamais suf­fi­santes car plus on accueille de gens et plus il y en a », déplore de son côté Brigitte Périllié. D’autant que 70 % des per­sonnes à la rue seraient sans papier et n’au­raient donc pas voca­tion à res­ter sur le ter­ri­toire au yeux de l’État. « Chaque semaine, ce sont 40 à 50 per­sonnes de plus qu’il nous faut accueillir. Comment fait-on ? Il faut aussi que ces asso­cia­tions recon­naissent et admettent que nous sommes à un point de satu­ra­tion et que nous ne pou­vons pas déve­lop­per des accom­pa­gne­ments et des héber­ge­ments à l’in­fini. Nous sommes limi­tés tant en terme d’or­ga­ni­sa­tion que de moyens. »
Ce mardi, une délé­ga­tion sera reçue par Richard Samuel, le pré­fet de l’Isère. Une réunion à laquelle n’a pas été convié le conseil géné­ral, ce que regrette Brigitte Périllié : « Nous pré­fé­rons tra­vailler avec la pré­fec­ture. Encore fau­drait-il qu’elle nous invite autour d’une table, ce qu’elle n’a pas fait depuis long­temps. » Quant aux asso­cia­tions, elle espèrent a minima qu’une solu­tion par­tielle puisse être rapi­de­ment trou­vée. « Nous deman­dons que des fonds soient déga­gés pour héber­ger la nuit ceux qui sont dehors sans aucune autre solu­tion », affirme Jo Briant. Et d’a­jou­ter, phi­lo­sophe : « Il n’est pas besoin d’es­pé­rer pour entre­prendre ! »
Véronique Magnin et Muriel Beaudoing
A lire aussi sur Place Gre’net : 
Olivier Noblecourt : “L’hébergement d’urgence a reculé de dix ans”
Hébergement : mobi­li­sa­tion générale
A lire aussi sur Rue89 Lyon :
En hiver comme en été, les solu­tions pour héber­ger tous les SDF de Lyon

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Réunion de coordination d'enseignants en lycées professionnels opposés à la réforme de Carole Grandjean. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Réforme de l’en­sei­gne­ment pro­fes­sion­nel : ensei­gnants et syn­di­cats comptent ampli­fier la mobi­li­sa­tion à Grenoble

FOCUS - Toujours mobilisés contre le projet de réforme des lycées professionnels de Carole Grandjean, une trentaine d'enseignants et syndicalistes se sont réunis ce jeudi Lire plus

Simulation d'accident (gravissime) à l'aéroport Grenoble-Alpes Isère dans le cadre d'un exercice
Simulation d’ac­ci­dent (gra­vis­sime) à l’aé­ro­port Grenoble-Alpes Isère dans le cadre d’un exercice

FLASH INFO - Les services de la préfecture de l'Isère et les équipes de l'aéroport Grenoble-Alpes Isère (Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs) ont procédé à un exercice d'organisation de Lire plus

La troisième édition du Prix littéraire Alpes-Isère Habitat révèle les noms de ses lauréats
La troi­sième édi­tion du Prix lit­té­raire Alpes-Isère Habitat révèle les noms de ses lauréats

FLASH INFO - C'est dans les salons d'honneur de la préfecture que s'est tenue la soirée de révélation des lauréats de la troisième édition du Lire plus

Meurtre devant un bar à Grenoble : l’autre co-gérant mis en exa­men pour meurtre et écroué

FLASH INFO - Après le meurtre d'un homme de 68 ans, tué par balles devant un bar de la rue Ampère, à Grenoble, le 18 Lire plus

Rassemblement devant le site du CEA de Grenoble jeudi 1er décembre pour réclamer des hausses salariales
Rassemblement devant le site du CEA de Grenoble jeudi 1er décembre pour récla­mer des hausses salariales

FLASH INFO - Les personnels du CEA de Grenoble étaient, une fois encore, appelés à manifester pour leurs salaires, jeudi 1er décembre 2022. Une mobilisation Lire plus

La Ville d'Eybens coupe son éclairage public entre 1 heure et 5 heures du matin, du 1er décembre au 28 février
La Ville d’Eybens coupe son éclai­rage public entre 1 heure et 5 heures du matin, du 1er décembre au 28 février

FLASH INFO - Après les communes de Meylan et de Fontaine, c'est au tour d'Eybens d'expérimenter l'extinction de son éclairage public. Durant trois mois, du Lire plus

Flash Info

|

02/12

9h15

|

|

02/12

8h06

|

|

01/12

19h33

|

|

01/12

18h57

|

|

01/12

17h21

|

|

30/11

12h11

|

|

30/11

9h58

|

|

30/11

0h38

|

|

29/11

17h12

|

|

29/11

12h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 48 : « Le chauf­fage au cœur des débats à Grenoble »

Société| Affaire Marie-Thérèse Bonfanti : le crâne décou­vert à La Buissière, sur les lieux indi­qués par le sus­pect du meurtre, est bien celui de la mère de famille disparue

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Agenda

Je partage !