Travailleurs de nuit : grossiste en fruits et légumes au marché d'intérêt national (MIN) de la ville de Grenoble

SÉRIE Travail de nuit : grossiste

SÉRIE Travail de nuit : grossiste

REPORTAGE – Policiers, urgen­tistes, trans­por­teurs, veilleurs de nuit, bou­lan­gers… Ils sont nom­breux à tra­vailler alors que les autres dorment. Découvrez leur quo­ti­dien et par­tez en immer­sion dans cet uni­vers paral­lèle, à tra­vers une série de por­traits-repor­tages. Troisième de cette série, Pascal Moyroud, gros­siste en fruits et légumes au Min de Grenoble.

Travailleurs de nuit : grossiste en fruits et légumes au marché d'intérêt national (MIN) de la ville de Grenoble

© Véronique Serre / pla​ce​gre​net​.fr

Il est envi­ron 2h quand Pascal Moyroud arrive, comme tous les matins, sur l’im­mense mar­ché de gros de Grenoble : le mar­ché d’in­té­rêt natio­nal ou “Min” pour les habi­tués. « Dans notre métier, on ne peut pas se per­mettre de dire “ben tiens, aujourd’hui, j’y vais pas” », plai­sante le négociant.
Situé au 117 rue des Alliés, le Min accueille sur­tout des gros­sistes en fruits et légumes et la Laiterie Gilbert, der­nière de la région à vendre en gros des pro­duits laitiers.
A peine arrivé, Pascal décharge tous ses pro­duits sur “le car­reau” (espace de vente per­son­nel) afin d’être prêt pour 3 ou 4h du matin, quand arri­ve­ront ses pre­miers clients : res­tau­ra­teurs, pri­meurs, gérants de maga­sins d’a­li­men­ta­tion ou encore com­mer­çants itinérants.
Pascal Moyroud, gérant de la SARL du même nom, a repris, il y a trente ans, l’activité de son père qui avait com­mencé comme négo­ciant de poi­reaux. « Je suis né dedans et j’ai com­mencé à tra­vailler avec lui. C’était dans l’ordre des choses », consi­dère-t-il. Depuis, l’en­tre­prise est res­tée fami­liale. « Ma sœur et mon épouse s’oc­cupent de la fac­tu­ra­tion, mon fils et mon frère tra­vaillent sur le car­reau et nous avons deux employés. » Soit au total six per­sonnes, indis­pen­sables pour pré­pa­rer toutes les com­mandes avant l’arrivée des pre­miers clients. « Comme nous pro­po­sons un grand nombre de réfé­rences, c’est plus long à pré­pa­rer. Et les gens ne veulent pas attendre. » Pascal est d’ailleurs le seul du mar­ché à pro­po­ser une gamme de pro­duits aussi large et le ser­vice à la commande.
120 clients dans la nuit

Travailleurs de nuit : grossiste en fruits et légumes au marché d'intérêt national (MIN) de la ville de Grenoble

© Véronique Serre / pla​ce​gre​net​.fr

Tous les bons de com­mandes, sai­sis à la main par son épouse, sont don­nés aux clients à l’enlèvement de la mar­chan­dise. Cette nuit-là, pas moins de 120 se suc­cè­de­ront ! « La dif­fi­culté, c’est de trou­ver le pro­duit sus­cep­tible de les inté­res­ser et en quan­tité suf­fi­sante. Moi, je suis content quand mes clients sont satis­faits. » Si le tra­vail lui plaît, il recon­naît qu’il est très contrai­gnant et fati­guant. « Après, je pars du prin­cipe que soit on fait les choses bien, soit on ne les fait pas du tout. »
Le moment qu’il appré­cie le plus ? Le lever du jour. « Je ne m’arrête pas de tra­vailler mais je le vois arri­ver. Par contre, je n’aime pas la fin du mar­ché car l’activité ralen­tit, mon corps se relâche… Le som­meil me gagne mais il faut tout rem­bal­ler vers 8 ou 9h et faire la route pour ren­trer. »
Or Pascal habite sur la com­mune de Thodure, située au pied du pla­teau de Chambaran, à envi­ron 65 km et une heure de route de Grenoble. « J’ai par­fois ten­dance à m’assoupir. Alors, des fois, je vais m’étendre en haut du box, juste dix minutes, avant de par­tir. Cela me suf­fit et ça fait du bien. » Les gros­sistes louent en effet des box d’activité, situés tout autour de l’espace de vente du Min, com­pre­nant le car­reau, un espace de sto­ckage réfri­géré et un quai de chargement.
Travailleurs de nuit : grossiste en fruits et légumes au marché d'intérêt national (MIN) de la ville de Grenoble

© Véronique Serre / pla​ce​gre​net​.fr

1°C, voire 0°C en hiver
« Ce qui nous fait vendre, c’est le beau temps ! La neige est très péna­li­sante pour nous. Si les mar­chés ou les routes ne sont pas déga­gés, notre clien­tèle ne vient pas », explique Pascal, avant de pré­ci­ser : « Leurs propres clients pré­fè­re­ront aller en grande sur­face. » Sans comp­ter que les condi­tions de tra­vail sont rudes en cette sai­son : « Dans l’enceinte du Min, quand il fait très froid, la tem­pé­ra­ture des­cend à 1°C, voire 0°C. C’est com­pli­qué pour la mar­chan­dise, il faut la pro­té­ger. »
Trois fois par semaine, l’après-midi, il fait le plein de mar­chan­dises chez ses four­nis­seurs, dans la Drôme, avant de repar­tir au Min. Chez les Moyroud, la vie est ainsi ryth­mée par le tra­vail. Y com­pris les vacances. Ils lèvent ainsi seule­ment le pied en novembre. « Avec les enfants, on par­tait géné­ra­le­ment pen­dant la semaine de Toussaint. C’est entre deux sai­sons et c’est la fin des fruits rouges et du rai­sin. Comme je n’ai jamais le temps de faire des choses à la mai­son, je pro­fite de cette période pour vivre nor­ma­le­ment. C’est là qu’on se rend compte qu’on est décalé. »
Pascal et son épouse arrivent tout de même à avoir une vie sociale. « On voit nos amis le samedi soir, une fois que j’ai dormi tout l’après-midi. Et puis le dimanche, aussi, car on ne tra­vaille pas. C’est une vie par­ti­cu­lière quand même. » Avec, au total, très peu d’heures de som­meil : « Je dors envi­ron cinq à six heures par petit bouts. Du coup, comme je n’ar­rête jamais, je change de chaus­sures tous les deux mois ! »
Muriel Beaudoing
Photos et port­fo­lio (ci-des­sous) : Véronique Serre
Passez le cur­seur sur la photo ci-des­sous et cli­quez sur la flèche au milieu en haut de l’i­mage pour démar­rer le portfolio :
[slideshow_deploy id=“11716”]

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Dieudonné à Grenoble : un col­lec­tif anti­fas­ciste et anti­ra­ciste s’in­surge contre « ses idées com­plo­tistes et antisémites »

FLASH INFO - Le très controversé humoriste Dieudonné s'arrête à Grenoble, dimanche 27 novembre 2022, dans le cadre de la tournée de son spectacle « Lire plus

Contrôles des établissements touristiques en Isère sur l'été 2020: beaucoup d'anomalies, peu de fermetures
Saint-Laurent-du-Pont : un homme retrouvé mort à son domi­cile, un sus­pect en garde à vue

FLASH INFO - Un homme de 37 ans a été retrouvé mort à son domicile, ce vendredi 25 novembre 2022, à Saint-Laurent-du-Pont (Isère). La piste Lire plus

Rassemblement d'agents des Ehpad du CCAS André Léo et Lucie Pellat, devant la mairie de Grenoble, mardi 22 novembre 2022, à l'appel de la CFDT et la CGT. © Manuel Pavard - Place Gre'net
CCAS de Grenoble : le cri de détresse des agents des Ehpad Lucie-Pellat et André-Léo

ENQUÊTE - En grève du 17 au 24 novembre 2022, des agents des Ehpad du CCAS de Grenoble André-Léo et Lucie-Pellat1à Montbonnot-Saint-Martin se sont rassemblés Lire plus

Journée contre les vio­lences faites aux femmes : une cam­pagne de la Métro signée Petite Poissone

EN BREF - Alors que le vendredi 25 novembre 2022 marque une nouvelle Journée de lutte contre les violences faites aux femmes, la Métropole de Lire plus

De gauche à droite : Sarah Marcato, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité, Laurent Prévost, préfet de l'Isère et Éric Vaillant, procureur de la République de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Lutte contre les vio­lences faites aux femmes : un bilan « encou­ra­geant » mal­gré la hausse du phé­no­mène en Isère

FOCUS - En amont de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui se tient ce vendredi 25 novembre 2022, Laurent Lire plus

Novembre 2022, les jeunes plants sur le talus du quartier Mistral n'ont pas survécu, à quelques individus près. Ils ont souffert de la sécheresse du printemps et de l'été 2022 © Jean-Paul Merlo
Quartier Mistral à Grenoble : les trois quarts de la jeune « forêt urbaine » n’ont pas survécu

FOCUS - Faux départ pour la forêt urbaine de Mistral, qui devra être en très grande partie replantée cet hiver. Sur les 5 500 jeunes Lire plus

Flash Info

|

26/11

9h37

|

|

25/11

19h40

|

|

24/11

14h16

|

|

24/11

10h16

|

|

23/11

10h07

|

|

22/11

19h39

|

|

22/11

19h30

|

|

22/11

15h46

|

|

22/11

10h23

|

|

21/11

11h31

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 47 : « La mise en place de la ZFE en question »

Culture| Art contem­po­rain : le Magasin rouvre (enfin) ses portes au public à Grenoble

Société| Grenoble : un homme de 68 ans tué par balles devant un bar, en pleine rue

Agenda

Je partage !