art, peinture, sculpture, arts modernes

Musée de Grenoble : et voici le programme !

Musée de Grenoble : et voici le programme !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Guy Tossato, le directeur du musée de Grenoble, a dévoilé, ce mardi 24 septembre, les temps forts de la saison 2013-2014. Entre expositions temporaires uniques, sorties « hors les murs » dans le quartier des Eaux Claires et découvertes d’œuvres inédites par l’intermédiaire des cinq sens, cette vingtième saison réserve bien des surprises.
 
 
Rembrandt : Autoportrait au chevalet, 1660 Huile sur toile 111 x 90 cm Collection du Musée du Louvres, Paris

Rembrandt : Autoportrait au chevalet, 1660
Huile sur toile 111 x 90 cm
Collection du Musée du Louvres, Paris

Le musée de Grenoble a vu les choses en grand puisque trois expositions temporaires jalonneront cette saison 2013-2014. Une première, présentée du 9 novembre au 2 février, sera consacrée à Sigmar Polke, peintre allemand de la deuxième moitié du XXème siècle, peu connu en France.
 
La seconde clôturera la trilogie consacrée aux dessins. Après l’Italie et la France, ce sont la Hollande, la Flandre et le Saint Empire germanique qui seront à l’honneur avec “La pointe et l'ombre” du 15 mars au 9 juin.
 
Enfin, l’été 2014 sera l’occasion pour le musée de présenter une exposition anniversaire reprenant les plus belles pièces du XXème siècle en possession du musée, ainsi que de nombreux autres chefs d’œuvres. Le tout présenté d’une manière originale.
 
 
Sigmar Polke en avant première
 
« J'ai eu la chance d’établir avec Sigmar Polke une relation d’amitié », confesse Guy Tossato, directeur du musée de Grenoble. Le peintre allemand ayant disparu en 2010, à l’âge de 69 ans, la majorité de son œuvre est aujourd'hui la propriété de ses deux enfants et de sa seconde épouse. Ceux-ci ont ainsi mis un grand nombre de toiles et de dessins à la disposition du musée, le reste provenant de collections publiques et privées européennes.
 
Polke reste très peu connu dans l’hexagone. Depuis 1980, seules cinq expositions lui ont été consacrées, la dernière remontant à 2001. Sa contribution au monde de l’art a cependant été majeure, comme en témoigne l’attribution du Prix Haftmann en 2010, l’une des distinctions artistiques les plus importantes d’Europe.
 

 

 

« Polke renouvelle complètement le langage de la peinture en travaillant à partir de l’image, notamment de l’image photographique qu’il retraite », explique Guy Tosatto. Il désintègre complètement les motifs qu’il peint en les représentant à l’aide de petits points, créant un effet d’optique remarquable. L’œuvre n’a de sens que lorsqu'on l’admire dans sa globalité, en prenant du recul, alors que quand on se rapproche, les points semblent disposés de manière chaotique.
 
« Sigmar Polke a constamment placé au centre de son œuvre la question de la liberté de l’artiste » précise Guy Tossato. « Le peintre allemand n’a pas seulement renouvelé le travail de l’image. Il a également exploré la couleur, en utilisant par exemple une peinture à l’arsenic, prohibée depuis plusieurs décennies pour obtenir des teintes uniques. » Sigmar Polke se plaignait en effet que l’art était devenu inoffensif. "En utilisant cette peinture, je le rends de nouveau agressif » expliquait-il.
 
Enfin, c’est sur le support que Polke a clamé sa liberté. Délaissant souvent les toiles classiques pour peindre sur du tissu synthétique, le peintre allemand s’est également essayé à des supports plus originaux. Jeep, peint en 1992, en est l’exemple le plus parlant. Sur un ensemble d’essences de bois précieux interdites à la vente, Polke a représenté d’une façon simplissime une jeep de façon à ce que le support attire davantage l’œil que l’œuvre en elle-même. Tout un symbole.
 
 
 
Des dessins nordiques du XVIIème aux chefs d’œuvre du XXéme
 
Le second temps fort de la saison 2013-2014 viendra compléter la trilogie consacrée aux dessins d’artistes. Après "L’idée et la ligne" en 2011, consacrée aux dessins français et "De chair et d’esprit" en 2010, dédié aux feuilles italiennes, “La pointe et l’ombre” clôturera la trilogie du 15 mars au 9 juin, en présentant plus d’une centaine de dessins hollandais, flamands et germaniques.
 
C’est l’école hollandaise du XVIIème siècle qui occupera la plus grande partie de la collection. Contrairement aux deux premières expositions, pas de représentation de scènes religieuses, culture protestante oblige. Les dessins nordiques représentent davantage des scènes du quotidien, des sujets légers et surtout des panoramas. D’un simple regard, les peintres hollandais pouvaient saisir l’essence de leur « plat pays » et reproduire ses paysages sans cesse renouvelés.
 
Van Goyen : paysage avec moulin.

Van Goyen : paysage avec moulin.

 
La pièce maîtresse de cette exposition sera sans conteste un autoportrait du maître hollandais Rembrandt, prêté par le musée du Louvres. Véritable concentré du style de l’artiste, ce tableau, tout en jeux d’ombres et de lumières complète avantageusement l'ensemble.
 
Enfin, la saison se terminera par une exposition intitulée "Le XXème siècle au musée de Grenoble, une collection de chefs d’œuvres". L’occasion de découvrir ou de redécouvrir la collection du musée comprenant, entre autres, des œuvres de Matisse, Warhol et Picasso, comme l’explique Guy Tossato :
 

 
Valentin Dizier
 
 
Visiter le musée autrement
 
Ateliers avec de jeunes enfants. © Musée de Grenoble

Ateliers avec de jeunes enfants.
© Musée de Grenoble

Hormis les expositions, le musée de Grenoble organise un grand nombre d’événements à destination de tous les publics. Les plus jeunes tout d’abord ont fait l’objet d’attentions particulières depuis la réforme des rythmes scolaires. Hors vacances scolaires, les élèves des écoles Paul Bert, Bizannet et du Jardin de Ville pourront ainsi participer à des ateliers pour découvrir le musée. Adaptées aux différentes tranches d’âge, ces activités pourraient « susciter des vocations » espère le directeur.
 
Le musée s’exportera également dans le quartier des Eaux Claires au printemps prochain. Après avoir investi la bibliothèque du quartier, c’est la Maison de la Jeunesse et de la Culture (MJC) qui accueillera une partie de la collection du musée. Mises en place depuis 2002, ces expositions « hors les murs » sont l’occasion de réunir acteurs et habitants du quartier et d’aller au devant d’un public souvent non averti pour le sensibiliser à l’art.
 
Musée de Grenoble

Nocturne des étudiants en 2012.
© Musée de Grenoble

Les étudiants seront eux aussi choyés, avec notamment la 11ème nocturne qui leur sera consacrée le 26 mars prochain. L’année dernière, l’événement avait rassemblé plus de 3 600 noctambules amateurs d'art, invités à se mettre en scène autour d’œuvres originales.
 
 
Enfin, une série de visites et d’événements sera organisée tout au long de la saison autour du thème des cinq sens. De la visite du musée accompagnée d’une dégustation de vins à la découverte de sculptures par le toucher, l’art ne se percevra plus seulement avec les yeux !
 
Autant d'événements qui ne constituent qu’un petit avant goût de ce que nous réserve le musée de Grenoble à l’occasion de son vingtième anniversaire. Le directeur Guy Tossato garde sous sa manche encore bien des surprises qu’il dévoilera en janvier prochain. Alors patience !
 
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Place Gre'net

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Exposition "Maxi Mini, formats en question" de l'artothèque de Grenoble visible du 04 décembre 2021 au 26 février 2022.
L’artothèque de Grenoble pré­sente l’ex­po­si­tion « Maxi Mini, for­mats en question »

FIL INFO - Première exposition de l’artothèque dans la salle d’exposition rénovée de la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble, "Maxi Mini, formats en Lire plus

Fête de la musique « tra­di­tion­nelle », masque dans les musées… les annonces d’Éric Piolle sur la culture à Grenoble

  FOCUS - Éric Piolle, maire de Grenoble, et son adjointe aux cultures Corinne Bernard ont tenu un point presse, ce lundi 8 juin, pour Lire plus

Le musée de Grenoble expose « Grenoble et ses artistes au XIXe siècle »

  FOCUS - Après deux mois et demi de confinement, le Musée de Grenoble peut enfin dévoiler au public l'exposition "Grenoble et ses artistes au Lire plus

Les dix musées dépar­te­men­taux isé­rois rouvrent leurs portes

  EN BREF - Le gouvernement a autorisé la réouverture des “petits” musées durant la phase de déconfinement. À partir de ce lundi 18 mai, Lire plus

Première salle de l'exposition, Musée de Grenoble. © Nina Soudre - Placegrenet.fr
Andry-Farcy au musée de Grenoble : hom­mage à un conser­va­teur pré­cur­seur, ama­teur d’art moderne

FOCUS - Le Musée de Grenoble retrace le parcours d’Andry-Farcy, conservateur de 1919 à 1948, à l'occasion d'une exposition jusqu'au 24 novembre prochain. Plus de Lire plus

Les Rencontres du Jeune Théâtre Européen ont (entre autres) mis le feu au théâtre de verdure

  REPORTAGE VIDÉO - Les Rencontres du Jeune Théâtre européen se déroulent actuellement à Grenoble pour la 31e année consécutive. Mardi 2 juillet, à la nuit Lire plus

Flash Info

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

|

23/06

10h34

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Législatives| Résultats des légis­la­tives 2022 en Isère : 4 dépu­tés Ensemble, dont Olivier Véran, 4 élus Nupes, un LR et un RN

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin