Tour Perret : la polémique relancée

sep article

Notre indépendance c

DÉCRYPTAGE – Alors que la véné­rable tour Perret conti­nue de sublir une lente éro­sion, la muni­ci­pa­lité ne semble tou­jours pas réso­lue à lan­cer des tra­vaux de res­tau­ra­tion. Une inac­tion qui a poussé un simple citoyen gre­no­blois, très atta­ché à la tour, à lan­cer une péti­tion. Son objec­tif : deman­der à la mai­rie un enga­ge­ment daté et pré­cis.
 
 

 

Tour Perret à Grenoble. pétition

DR

500. C’est le nombre de signa­tures recueillies en quelques jours par Pascal Bioud pour sau­ver la tour Perret à Grenoble. La péti­tion a été « beau­coup par­ta­gée sur les réseaux sociaux », se féli­cite ainsi son auteur, qui pré­sente sa démarche comme celle d’un « Grenoblois qui aime son patri­moine et en par­ti­cu­lier la tour ». Celui-ci assure d’ailleurs ne pas cher­cher à faire de polé­mique par­ti­sane et se baser sur les études Tillier et Mouton de 2005 et 2012, qui sou­lignent la néces­sité de mener des tra­vaux de res­tau­ra­tion et en chiffrent le coût.
 
 
Un enjeu élec­to­ral
 
 
Cependant, à quelques mois des élec­tions muni­ci­pales, la ques­tion de l’avenir de la tour Perret se trans­forme évi­dem­ment en enjeu poli­tique. C’est ce qu’a bien com­pris Alain Robert, délé­gué dépar­te­men­tal adjoint de la Fondation du patri­moine pour le Sud Isère. Celui-ci ira donc, dès le mois d’octobre, à la ren­contre des déci­deurs poli­tiques et des asso­cia­tions cultu­relles et de pro­tec­tion du patri­moine pour étu­dier com­ment sau­ver la tour. Il remet­tra ensuite ses conclu­sions à la pro­chaine équipe muni­ci­pale pour « l’aider à prendre une déci­sion ».
 
Du côté de l’opposition de droite, la dégra­da­tion de la tour est le sym­bole de l’abandon du patri­moine archi­tec­tu­ral de la ville par la majo­rité. Ainsi, le conseiller muni­ci­pal UMP Matthieu Chamussy s’estime-t-il « heu­reux d’être rejoint dans un com­bat mené depuis plus de dix ans ». Pour lui, la sau­ve­garde de la tour n’a « jamais été une prio­rité de la muni­ci­pa­lité », ce qu’il regrette et qu’il entend évi­dem­ment chan­ger en cas de vic­toire aux muni­ci­pales.
 
Le dis­cours se veut pour­tant ras­su­rant du côté de la majo­rité. Pour l’adjoint à l’urbanisme Philippe de Longevialle, la tour n’est ainsi pas une prio­rité, notam­ment par rap­port au clo­cher de la col­lé­giale Saint André, qui serait en bien plus piteux état. « La struc­ture de la tour n’est pas du tout mena­cée » affirme l’élu. Une récente étude tech­nique aurait même démon­tré, selon lui, que la tour était capable de résis­ter à cer­tains séismes. « Sinon, nous ne tire­rions pas le feu d’artifice du 14 Juillet d’ici ! ».
 
Aussi la cri­tique, selon laquelle la muni­ci­pa­lité aban­donne son patri­moine archi­tec­tu­rale, ne tient-elle pas pour l’adjoint. Et celui-ci d’ex­pli­quer le report des tra­vaux de res­tau­ra­tion par la lon­gueur des études préa­lables inhé­rentes à ce type de bâti­ment. « La pre­mière étude date de 2005. Huit ans, cela com­mence à faire long ! » iro­nise, quant‑à lui Pascal Bioud, qui dénonce l’absence de calen­drier.
 
 
Un coût pro­hi­bi­tif ?
 
 
Vue aérienne de Grenoble © Grelibre

Vue aérienne de Grenoble
© Grelibre

Six mil­lions d’euros. C’est le coût estimé des tra­vaux de res­tau­ra­tion, selon la der­nière étude de fai­sa­bi­lité de 2012. Soit près de 10 % du bud­get inves­tis­se­ment de la ville de Grenoble. Un coût pro­hi­bi­tif de l’a­veu de beau­coup. Cependant, l’argument finan­cier n’est pas rece­vable pour l’opposition et l’initiateur de la péti­tion. En effet, la tour étant clas­sée monu­ment his­to­rique depuis 1998, le coût des tra­vaux peut être pris en charge pour moi­tié par les sub­ven­tions de l’Etat et du dépar­te­ment.
 
De plus, les experts affirment que l’urgence se situe au niveau de la façade exté­rieure du bâti­ment, plus expo­sée aux élé­ments et à la pol­lu­tion et donc davan­tage dégra­dée que l’intérieur. Les tra­vaux pour­raient donc être réa­li­sés sur plu­sieurs années, ce qui éta­le­rait les coûts sur plu­sieurs exer­cices.

 

Une par­tie des dépenses liées à la res­tau­ra­tion pour­rait par ailleurs être prise en charge par le mécé­nat public. Si Mathieu Chamussy refuse cette solu­tion, consi­dé­rant que « les Grenoblois payent déjà depuis 18 ans pour ça ! », Philippe de Longevialle, lui, envi­sage sérieu­se­ment cette option et prône « un appel aux dons de la part des Grenoblois ».

 

Enfin, des par­te­na­riats avec des entre­prises pri­vées sont en pro­jet, notam­ment avec le cimen­tier Vicat. L’entreprise gre­no­bloise pour­rait ainsi appor­ter des maté­riaux et mettre à dis­po­si­tion ses bureaux d’étude sur le béton. « Il s’a­gi­rait pour Vicat d’une forme de mécé­nat. Une façon de mani­fes­ter son enga­ge­ment pour la défense du patri­moine com­mun », explique l’adjoint à l’urbanisme. De son côté, le cimen­tier, confirme : « La mai­rie de Grenoble a sol­li­cité le groupe Vicat. Nous avons répondu que nous n’é­tions pas oppo­sés à un par­te­na­riat basé sur un apport de maté­riaux et la réa­li­sa­tion d’é­tudes. » A suivre, donc.

 

 

 Valentin Dizier

 
 
Nota : La chute de l’ar­ticle a été modi­fiée le 20 sep­tembre 2013, suite à la réponse du groupe Vicat, sol­li­cité au préa­lable.
 
 
A lire aussi sur Place Gre’net : La tour Perret, une vieille dame en péril
 
  
commentez lire les commentaires
7322 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Ping : Tour Perret : la polémique relanc&eacute...

  2. SA

    20/09/2013
    10:28

    Note : L’ensemble des droits d’auteur affé­rents aux œuvres d’Auguste Perret est géré, à titre exclu­sif et pour le monde entier, par la Société des auteurs des arts visuels et de l’image fixe (SAIF) qui, seule, délivre des auto­ri­sa­tions pour la repro­duc­tion ou la repré­sen­ta­tions des œuvres archi­tec­tu­rales d’Auguste Perret. La SAIF ne délivre pas d’autorisation gra­cieuse. Nous vous invi­tons donc à vous rendre dans le parc Paul Mistral pour admi­rer la tour, à défaut de pou­voir le faire dans cet article, ce que nous regret­tons…

    Source : article Tour Perret : « une vieille dame res­pec­table » – Place Gre’net

    sep article
    • PT

      20/09/2013
      11:32

      @ SA
      Rien n’est plus vrai. Cela a d’ailleurs fait l’ob­jet d’une dis­cus­sion entre nous. Il nous a tou­te­fois paru dom­mage de ne pou­voir illus­trer un article stric­te­ment infor­ma­tif sur la tour Perret. Il va de soi que nous sup­pri­me­rons les pho­tos si néces­saire, mais force est de consta­ter qu’il y a une tolé­rance en la matière au vu de la pro­fu­sion d’i­mages dans les médias !

      La rédac­tion

      sep article
  3. lu

    20/09/2013
    10:26

    Matthieu Chamussy s’in­digne mais « déjà en 1980, Kenneth Frampton, célèbre cri­tique d’architecture, écrit dans L’architecture moderne, une his­toire cri­tique : « d’autres édi­fices, comme la tour d’orientation de Grenoble (1924−1925) (…), dont les bétons se sont désa­gré­gés, sont dans un état de déla­bre­ment cri­tique”. Depuis, trois maires se sont suc­cédé. »
    Source : article Tour Perret : « une vieille dame res­pec­table » – Place Gre’net

    Il n’en reste pas moins qu’il est emblé­ma­tique que M. De Longevialle inves­tisse pour construire sa Presqu”(inut)Ile et délaisse le patri­moine remar­quable de la ville.

    sep article
  4. Ping : Tour Perret : une pétition relance la po...