Echirolles dévoile les niveaux d’ondes

Echirolles dévoile les niveaux d’ondes

DECRYPTAGE – Échirolles est la pre­mière ville en France à avoir éla­boré une car­to­gra­phie des émis­sions d’ondes élec­tro-magné­tiques, afin de mieux connaître l’im­pact de la télé­pho­nie mobile. Dans cette com­mune, pas de charte signée avec les opé­ra­teurs, ni de col­lec­tif de rive­rains en grogne contre les antennes-relais, mais un comité consul­ta­tif qui entend infor­mer les habi­tants et jouer son rôle d’ins­tance de concertation.
Implantation des antennes-relais à Echirolles. © cartoradio.com
Implantation des antennes-relais à Echirolles. © car​to​ra​dio​.com
Connaître quar­tier par quar­tier les émis­sions d’ondes élec­tro-magné­tiques dans la ville. Voilà ce que va per­mettre la car­to­gra­phie mise en place à Échirolles grâce à l’aide du Centre de recherches et d’in­for­ma­tion indé­pen­dant sur les rayon­ne­ments élec­tro­ma­gné­tiques non ioni­sants (CRIIREM). Une pre­mière en France qui résulte d’un impor­tant tra­vail de concer­ta­tion, de dia­logue et d’in­for­ma­tion. Services de la ville, opé­ra­teurs, asso­cia­tions et habi­tants par­ti­cipent ainsi autour d’une même table à un comité consul­ta­tif qui traite les demandes d’ins­tal­la­tion d’antennes.
Si la car­to­gra­phie n’est pas tout à fait ter­mi­née, le docu­ment offre déjà un bon aperçu des émis­sions d’ondes dans la ville. Et confirme l’im­pact de la télé­pho­nie mobile sur les espaces publics. « Nous avons aussi relevé des taux d’é­mis­sion dans les habi­ta­tions, où il y a un impact cumulé », sou­ligne-t-on au ser­vice déve­lop­pe­ment durable d’Échirolles. Ondes intra-muros, wi-fi, micro-ondes s’a­joutent aux champs élec­tro­ma­gné­tiques émis par les télé­phones por­tables, brouillant ainsi les « responsabilités ».
Marge de manœuvre étroite
En ce qui concerne les antennes, la ville a fixé ses règles : pas d’ins­tal­la­tion sur le domaine public, ni à moins de cent mètres des écoles et des crèches, comme le sti­pule le décret de 2002. Mais la marge de manœuvre des col­lec­ti­vi­tés est étroite. Car la loi, en France, ne dit pas grand-chose. Pour les opé­ra­teurs de télé­pho­nie mobile, pas d’o­bli­ga­tion d’in­for­mer. Pas non plus de seuils de puis­sance à res­pec­ter, le décret de 2002 se bor­nant à fixer les valeurs limites à 41 et 61 volts par mètre (V/m). Soit les niveaux parmi les plus éle­vés en Europe.
Antenne-relais à Echirolles. © CCARRA
Antenne-relais à Echirolles. © CCARRA
Difficile dans ce contexte de contraindre les opé­ra­teurs… Échirolles a bien essayé de limi­ter la puis­sance des antennes relais à 0,6 V/m, comme le recom­mande une réso­lu­tion du Conseil de l’Europe. Mais elle a fina­le­ment dû faire machine arrière, les opé­ra­teurs ayant grincé des dents. Faute de pou­voir aller plus loin, la ville a aban­donné l’i­dée de signer une charte et s’en est remise à un autre texte qui a valeur légale en France : le code des postes et des com­mu­ni­ca­tions élec­tro­niques. Lequel fixe la barre à 3 V/m.
Cohérence ter­ri­to­riale
Désormais, Échirolles y voit un peu plus clair. Sur ses dix-sept antennes relais, deux affichent des puis­sances bien trop éle­vées, entre 7 et 10 V/m. Et le tra­vail de concer­ta­tion du comité consul­ta­tif semble por­ter ses fruits. Orange, qui a ins­tallé avec Bouygues Télécom une antenne sur le pylône d’EDF dans la zone d’ac­ti­vi­tés de Comboire, pré­voit ainsi de « ré-azy­mu­ter » son ins­tal­la­tion. Comprenez de la réorienter.
Quant au second site « sen­sible », le toit d’un copro­priété de l’a­ve­nue Casanova, il doit encore faire l’ob­jet d’une seconde cam­pagne de mesures, effec­tuées cette fois-ci par un orga­nisme agréé par le Comité fran­çais d’ac­cré­di­ta­tion (COFRAC). De quoi ras­su­rer les opé­ra­teurs qui ne voient pas d’un bon oeil le CRIIREM, jugé trop partisan.
Tandis que la com­mu­nauté scien­ti­fique est tou­jours divi­sée sur la ques­tion de la noci­vité des ondes, les opé­ra­teurs conti­nuent de déployer leur réseau à marche for­cée. Après la 2 G et la 3G (*), Échirolles a vu arri­ver quatre antennes 4G, per­met­tant de télé­char­ger encore plus vite. Et la 5 G est dans les car­tons. Alors que la tech­no­lo­gie avance vite, très vite, le débat public fait du sur­place. De même que la cohé­rence ter­ri­to­riale. Car la ques­tion des ondes implique une coor­di­na­tion inter­com­mu­nale, les champs élec­tro-magné­tiques ne s’ar­rê­tant pas aux fron­tières admi­nis­tra­tives. Une évi­dence que répète depuis trois ans la ville d’Échirolles, sans visi­ble­ment être entendue…
Patricia Cerinsek
(*) La 2G est la deuxième géné­ra­tion de télé­phones mobiles (norme GSM en Europe) qui per­met de com­mu­ni­quer mais aussi de trans­mettre des mes­sages textes type SMS ou mul­ti­mé­dia type MMS. La 3G (norme UMTS en Europe) pro­pose un plus haut débit de trans­mis­sion per­met­tant l’ac­cès à l’Internet haut débit ou de trans­mettre des don­nées vidéo.

Patricia Cerinsek

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Muay-thaï : deux boxeurs du Martial Gym d’Échirolles cham­pions de France de boxe thaïlandaise

FLASH INFO - Le club échirollois du Martial Gym s'est illustré aux championnats de France amateurs de boxe thaïlandaise (ou muay-thaï), le week-end des 28 Lire plus

Bilan de la concer­ta­tion volon­taire ZFE : des habi­tants sou­vent mal infor­més, scep­tiques et peu convaincus

FOCUS - À cinq mois de la mise en place, le 1er juillet 2023, de la Zone à faibles émissions (ZFE) pour les voitures de Lire plus

Important incendie dans un parking souterrain à Échirolles jeudi 2 février, avec 150 résidents évacués
Important incen­die dans un par­king sou­ter­rain à Échirolles, avec 150 rési­dents évacués

FOCUS - Un important incendie s'est déclaré à Échirolles au matin du jeudi 2 février, dans un parking souterrain en-dessous d'un restaurant Quick et d'une Lire plus

Le tribunal administratif de Grenoble annule la déclaration d'utilité publique accordée au projet Inspira sur Sablons et Salaise
Le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif de Grenoble annule la décla­ra­tion d’u­ti­lité publique accor­dée au pro­jet Inspira sur Sablons et Salaise

FLASH INFO - Après l'audience du 17 janvier 2023, le tribunal administratif de Grenoble a suivi l'avis de sa rapporteure générale et annulé la déclaration Lire plus

Grenoble : le parc Marliave label­lisé « refuge LPO » pour favo­ri­ser la venue des oiseaux et sen­si­bi­li­ser le public

FOCUS - Le refuge LPO, nouvellement créé, du parc Marliave a été inauguré, samedi 28 janvier 2023, à Grenoble. Avec ce label, la Ville et la Lire plus

Grenoble : affi­chage sau­vage de Dernière Rénovation, mou­ve­ment éco­lo­giste pour la réno­va­tion ther­mique… « d’urgence »

REPORTAGE - Une quinzaine de militants de Dernière Rénovation (DR) ont mené une action d'affichage sauvage dans les rues du centre de Grenoble, jeudi 26 Lire plus

Flash Info

|

04/02

19h12

|

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !