Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Transition démocratique : la Zac Flaubert sera-t-elle exemplaire ?

sep article

DÉCRYPTAGE – La Zac Flaubert de 90 ha doit devenir le modèle de quartier en transition de Grenoble. S’il faudra attendre quelques années avant de voir si le défi de la transition écologique a été relevé, quid de l’exigence de transition démocratique, qui, elle, se joue dès maintenant ? La marge de manœuvre des citoyens grenoblois est, dans les faits, très modeste…

 

 

 

La nouvelle démarche de concertation relative à l’aménagement du quartier Flaubert en devenir, a redémarré en avril. Avec déjà quatre premiers ateliers de co-production « nouvelle formule » en vue d’imaginer les grandes lignes de la transformation de ce secteur de Grenoble de 90 ha, tout étiré en longueur entre le centre-ville et les quartiers Sud.  « Nouvelle formule », puisque la municipalité du maire EELV Eric Piolle a mis un point d’honneur à « co-construire » avec les habitants l’avenir de ce quartier.

 

Première édition du festival ECO Bifurkations - ESS' Aimons Capuche dans le futur écoquartier Flaubert. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Eric Piolle, maire EELV de Grenoble, lors de la première édition du festival Eco Bifurkations – ESS’ Aimons Capuche dans le futur écoquartier Flaubert. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

« On recommence depuis le début ! », commente en aparte une habitante, lasse, ce mercredi 10 mai au soir, à l’issue d’une première réunion de synthèse de la démarche de concertation. Après avoir suivi balades urbaines et réunions en tous genre, menés à l’époque, sous la houlette des ateliers d’Yves Lion, et même entrevu les premières esquisses du quartier, elle vient d’apprendre que tout est à refaire…

 

« J’espère qu’on ira au bout cette fois-ci ! », espère-t-elle, pas tout-à-fait convaincue. Il est possible d’en douter si, à chaque élection, ce long projet dont l’échéance est établie à 2032, est remis à plat. « Eric Piolle aurait dans l’idée de faire un deuxième mandat. Alors bon… », déclare cette habitante, avec le sourire, en enfourchant son vélo.

 

 

 

Des avis contrastés sur la méthode

 

 

Le 10 mai dernier, les concepteurs urbains de Sathy, le groupement commandité pour animer la concertation du projet Flaubert, présentaient à la Chambre d’agriculture la synthèse du premier travail co-produit avec les habitants, lors de quatre premiers ateliers thématiques.

 

Mercredi 10 mai, réunion-bilan d'une premier série d'ateliers thématiques de coproduction sur la Zac Flaubert. Une trentaine de personnes présentes © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Mercredi 10 mai, réunion-bilan d’une premier série d’ateliers thématiques de coproduction sur la Zac Flaubert. Une trentaine de personnes présentes © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

Comment les ateliers se sont-ils déroulés d’abord ? Dans un format assez classique… Les participants se sont installés autour de tables. Ils ont ensuite eu à sélectionner des mots en lien avec les thèmes des ateliers « transition », « mobilités », « nature en ville », etc. Certains mots étaient suggérés, mais ils pouvaient en proposer d’autres. Le produit de ces réflexions ? Un collage de mots-clé, disposés autour d’un cercle, tels les rayons d’un soleil.

 

L’exercice a plutôt réjoui Gisèle Lipovestzki, membre du conseil citoyen indépendant F, qui endossait par ailleurs le rôle de garante (cf. encadré ci-dessous) lors de ces ateliers : « Pour l’instant, on en est encore qu’à l’aspect théorique, souligne-t-elle. Cela me semble intéressant de travailler dans l’optique d’un village modèle, d’un environnement qui pollue moins, avec de la végétation naturelle, des matériaux recyclables pour le bâti, une attention sur la lumière, la végétalisation, l’eau, l’ouverture sur les montagnes… »

 

Elle demeure toutefois prudente : « Oui, on a la parole. Je pense qu’il y a une certaine marge de manœuvre. On a une action possible. Mais on jugera, après, si c’est de la poudre aux yeux ou pas. » Au contraire, Louis Cipri, habitant et président de Vivre à Grenoble, n’y va pas par quatre chemins pour critiquer la manière de faire : « Ces ateliers sont plutôt infantilisants avec des post-its à manipuler, trois quarts d’heure de présentation pour discuter de ce qu’on va coller… Les gens ont voulu coller un maximum de mots et eux [Sathy, la Ville et l’aménageur, ndlr] font la synthèse qu’ils veulent. »

 

[…]

 

Envie de lire la suite ?

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Cliquez sur le bouton Abonnez-vous et remplissez le formulaire d’adhésion.

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
908 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. La marge de manœuvre des citoyens n’est que de façade, communicationnelle et ne vise qu’à permettre à la Municipalité de s’approprier une ZAC conçue et déjà concertée par d’autres avant 2014.

    Les seules marques visibles qu’aura laissé cette municipalité pour le moment ce sont ces immondes totems, des embouteillages monstres et la picrocholine végétalisation du cours Jean Jaurès si elle est réalisée avant 2020.

    sep article
  2. Le travail de l’urbanisme est de faire de l’intérêt général. N’en déplaise à Bruno de Lescure et sa bande de nymbistes de Vivre à Grenoble, il est normal que les urbanistes aient le dernier mot, et qu’on construise des immeubles tout en réduisant la place de la voiture en ville. Si on devait loger tout le monde en maison individuelle, il nous faudrait pas mal de planètes Terre…
    Franchement, même si ces démarches sont loin d’être parfaites (est-ce seulement possible ?), elles permettent à chacun de s’exprimer. Ce n’était pas possible avec Destot auparavant (cf esplanade), et la droite ne fait que critiquer sans proposer. Ces derniers sont mêmes des hypocrites car ils cherchent à vendre le terrain de l’ESPE à un promoteur privé pour en faire de la spéculation foncière, eux qui crient au bétonnage de la ville à chaque nouvel immeuble !
    seul regret : il ne faut pas que ces processus citoyens ne prennent trop de temps. Il faut aussi rester dans une certaine dynamique et ne pas se morfondre dans de la concertation qui ne mettra jamais tout le monde d’accord.

    sep article