Le collectif Roosevelt veut “travailler moins pour gagner tous”

sep article

FOCUS – Comment travailler tous ? Faut-il travailler moins ? À quel coût ? Telles sont les questions auxquelles la conférence « Travailler moins pour travailler tous et gagner tous » organisée par le collectif Roosevelt Isère a tenté de répondre, le 3 mai dernier à la Bourse du travail. Éléments de réponse avec Guy Benoist, responsable syndical CFTC, Anne-Sophie Billet, économiste, Vincent Grimault, journaliste à Alternatives économiques, et le militant Patrick Colin de Verdière.

 

 

 

Conférence "Travailler moins pour travailler tous et gagner tous" organisée par le collectif Roosevelt. © Alexandra Moullec

Conférence « Travailler moins pour tra­vailler tous et gagner tous » orga­ni­sée par le col­lec­tif Roosevelt. © Alexandra Moullec

« Parler de réduc­tion du temps de tra­vail est un sujet tabou », s’étonne Vincent Grimault, jour­na­liste à Alternatives éco­no­miques, qui a consa­cré un grand dos­sier sur le sujet dans son numéro du 5 mai, avec un mani­feste signé par 150 res­pon­sables poli­tiques, syn­di­ca­listes, éco­no­mistes et intel­lec­tuels.

 

Alors que la ministre du Travail Myriam El Khomri vient tout juste de pré­sen­ter devant l’Assemblée natio­nale son pro­jet de loi Travail, la réduc­tion du temps de tra­vail gagne de plus en plus de place dans le débat public et la sphère poli­tique.

 

C’est notam­ment l’un des che­vaux de bataille du col­lec­tif Roosevelt, mou­ve­ment citoyen né en 2012 qui défend quinze réformes éco­no­miques et sociales (cf. enca­dré).

 

 

 

Réduire le temps de travail est perçu comme une régression

 

 

Pour ali­men­ter le débat démo­cra­tique, le col­lec­tif a orga­nisé, le 3 mai der­nier, à la Bourse du tra­vail la confé­rence « Travailler moins pour tra­vailler tous et gagner tous », ani­mée par le res­pon­sable syn­di­cal CFTC Guy Benoist, l’économiste Anne-Sophie Billet, le jour­na­liste éco­no­mique Vincent Grimault et le mili­tant Patrick Colin de Verdière. Dans un consen­sus una­nime et devant un audi­toire clair­semé, les inter­ve­nants ont démon­tré la néces­sité de réduire le temps de tra­vail avant de répondre aux ques­tions du public lors d’une table ronde.

 

Patrick Colin de Verdière, militant. © Alexandra Moullec

Patrick Colin de Verdière, mili­tant. © Alexandra Moullec

Premier constat : réduire le temps de tra­vail est perçu comme une régres­sion dans un contexte de chô­mage et de pré­ca­rité gran­dis­sante. Pas éton­nant pour le mili­tant Patrick Colin de Verdière : « Toute notre société dans sa construc­tion est éla­bo­rée autour de l’emploi. » Il est signe d’intégration sociale, rythme la vie des gens et leur confère un revenu. Parler de réduc­tion du temps de tra­vail est tabou pour les sala­riés et les per­sonnes en situa­tion pré­caire, pour qui perdre une jour­née de salaire est inen­vi­sa­geable. Tout comme les employeurs qui ne conçoivent pas que le coût du tra­vail aug­mente.

 

Le col­lec­tif Roosevelt prend le contre-pied de ces affir­ma­tions et s’engage en faveur du par­tage du temps de tra­vail et des reve­nus : « C’est la seule solu­tion rapide pour sor­tir du chô­mage de masse », assure Patrick Colin de Verdière.

 

 

 

« Le partage actuel du temps de travail est un non-sens »

 

 

Parler de tra­vail uni­que­ment en terme de tra­vail rému­néré (et donc d’emplois) est une approche trop res­tric­tive juge, quant à elle, l’économiste Anne-Sophie Billet : « Le tra­vail est une valeur inépui­sable. Lorsque vous vous occu­pez de vos enfants ou que vous faites du béné­vo­lat, c’est du tra­vail. » Or, c’est l’emploi qui aujourd’hui pose pro­blème dans nos socié­tés, et c’est bien sou­vent par une approche néga­tive (en terme de chô­mage) qu’il est appré­hendé, inci­tant le gou­ver­ne­ment à regar­der du côté de ses voi­sins euro­péens pour voir ce qu’il s’y passe.

 

Pour rap­pel, le taux de chô­mage en France en 2015 était de 10,1 %, contre 4,7 % en Allemagne et 5,5 % au Royaume-Uni, avec des temps de tra­vail effec­tif de 39 heures en France contre 40,5 heures en Allemagne et 42,4 heures au Royaume-Uni, selon les chiffres de l’Organisation de coopé­ra­tion et de déve­lop­pe­ment éco­no­mique (OCDE).

 

Anne-Sophie Billet, économiste. © Alexandra Moullec

L’économiste Anne-Sophie Billet. © Alexandra Moullec

Toutefois, pru­dence face à de tels chiffres, pré­vient Anne-Sophie Billet, et atten­tion aux déduc­tions hâtives selon les­quelles tra­vailler plus per­met­trait une baisse du chô­mage. Car une don­née est sou­vent oubliée : le tra­vail à temps par­tiel. En France, la part des temps par­tiels s’é­lève à 19 %, avec une durée moyenne de 23 heures alors que les temps par­tiels en Allemagne et au Royaume-Uni repré­sentent res­pec­ti­ve­ment 28 % et 27 %, avec des durées moyennes de 19 heures et 20 heures, tou­jours selon les chiffres de l’OCDE.

 

Le col­lec­tif Roosevelt dénonce une « arnaque » : « Ces pays ont endo­gé­néisé le par­tage du temps de tra­vail de manière bru­tale car lorsqu’ils n’ont plus de tra­vail, ils pro­posent des bouts de tra­vail, ce qui réduit le taux de chô­mage […] Mais si on prend un citron et qu’on le coupe en deux, il n’y a pas deux citrons mais un citron […] Si on fait des petits bouts d’emploi et qu’on les impose à la popu­la­tion qui n’arrive pas à trou­ver du tra­vail, on réduit le taux de chô­mage mais c’est du temps par­tiel qui, pour la plu­part, est subi », s’in­surge Anne-Sophie Billet. En inté­grant les temps par­tiels, la durée effec­tive du tra­vail en France est de 36,1 heures, contre 34,5 heures en Allemagne et 29,5 heures au Royaume-Uni. Nos voi­sins euro­péens tra­vaillent donc moins que nous.

 

Le pro­blème vient du dés­équi­libre entre l’offre et la demande, sou­ligne Anne-Sophie Billet. Et d’ajouter : « Le par­tage actuel du temps de tra­vail est un non-sens », car il est subi. Il fau­drait « par­ta­ger le tra­vail autour d’un nou­veau contrat social, pou­voir gagner sa vie avec ses com­pé­tences, sans for­cé­ment avoir une offre de tra­vail en face et réflé­chir entre citoyens à un nou­veau modèle de société ».

 

 

 

Vers un revenu de base inconditionnel ?

 

Pour le col­lec­tif Roosevelt, nul doute qu’une réforme glo­bale (sociale, fis­cale et éco­no­mique) est indis­pen­sable, dans un contexte où l’emploi est amené à dimi­nuer voire dis­pa­raître. Le par­tage du temps de tra­vail seul ne suf­fit pas. Il doit être cou­plé à une forme de revenu per­met­tant de dis­so­cier une par­tie des droits sociaux de l’emploi.

 

Guy Benoist, responsable syndical CFTC. © Alexandra Moullec

Guy Benoist, res­pon­sable syn­di­cal CFTC. © Alexandra Moullec

Dans cette optique, le revenu de base incon­di­tion­nel appa­raît comme une solu­tion pos­sible. Il s’agirait d’une somme d’argent dis­tri­buée chaque mois à tous les citoyens indi­vi­duel­le­ment et auto­ma­ti­que­ment sans condi­tions, et cumu­lable avec toute autre forme de revenu.

 

S’il existe plu­sieurs approches du revenu de base, c’est le « revenu de base de socle solide de pro­tec­tion sociale » qui est défendu par le col­lec­tif.

 

 

À mi-che­min entre la ver­sion libé­rale du revenu de base de Marc de Basquiat et la ver­sion ultra-sociale du revenu de base d’autonomie prô­née par Baptiste Mylondo, le revenu de base inter­mé­diaire pro­posé par le col­lec­tif est un outil qui, en per­met­tant aux gens d’avoir un tra­vail, assu­re­rait et finan­ce­rait la réduc­tion du temps de tra­vail.

 

Ce revenu serait modulé en fonc­tion de l’âge. Ainsi le revenu de base mineur, en rem­pla­çant les allo­ca­tions fami­liales, per­met­trait aux mineurs de tou­cher 200 euros par mois. Le revenu de base actif rem­pla­ce­rait le RSA qui n’est pas cumu­lable avec un emploi et per­met­trait aux actifs de 18 à 65 ans de tou­cher 600 euros par mois.

 

Et si on travaillait moins pour travailler tous ? © Collectif Rossevelt 69

Et si on tra­vaillait moins pour tra­vailler tous ? © Collectif Rossevelt 69

Enfin, le revenu de base senior rem­pla­ce­rait la retraite de base de la Sécurité sociale et per­met­trait aux seniors de tou­cher 1.200 euros par mois jusqu’à la fin de leur vie. Le revenu de base, en plus d’être une recon­nais­sance du tra­vail gra­tuit (béné­vo­lat, tra­vail domes­tique) serait un revenu sécu­risé car décou­plé de l’emploi ainsi qu’un impé­ra­tif de soli­da­rité : « À mon sens, une société n’a pas le droit de lais­ser tom­ber des gens », estime Patrick Colin de Verdière.

 

Autres élé­ments de réforme pro­po­sés, la sim­pli­fi­ca­tion du sys­tème admi­nis­tra­tif, la refonte com­plète du sys­tème des coti­sa­tions sociales, avec un ali­gne­ment des régimes des sys­tèmes public et privé, mais aussi le ren­for­ce­ment de Pôle emploi grâce à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle. Le col­lec­tif défend éga­le­ment une réforme fis­cale d’envergure pré­voyant la sup­pres­sion de nom­breux impôts (taxe fon­cière, impôt sur la for­tune, impôt sur le patri­moine…) et la créa­tion d’un impôt glo­bal sur le patri­moine ins­piré des thèses de l’économiste Thomas Piketty. Patrick Colin de Verdière en a conscience, il s’agit d’une réforme de grande ampleur : « Il ne faut pas s’interdire de pro­po­ser des choses et tant qu’à faire […] autant être ambi­tieux. »

 

 

Alexandra Moullec

 

 

 

COLLECTIF ROOSEVELT : UNE NOUVELLE DONNE ?

 

Le col­lec­tif Roosevelt est un mou­ve­ment citoyen créé en 2012 par Pierre Larrouturou, Stéphane Hessel et de nom­breuses per­son­na­li­tés.  Son objec­tif ? Alimenter le débat démo­cra­tique par la mobi­li­sa­tion et l’éducation citoyenne. Il pro­pose quinze réformes pour évi­ter un effon­dre­ment de l’économie, éla­bo­rer un modèle de société plus juste, rele­ver le défi cli­ma­tique et construire une Europe démo­cra­tique.

 

Logo du Collectif Roosevelt. © Collectif RooseveltCette année, trois axes prio­ri­taires ont été rete­nus : la régu­la­tion des banques et des finances, le par­tage du tra­vail et des reve­nus et le réchauf­fe­ment cli­ma­tique.

 

Prochain ren­dez-vous du col­lec­tif le 23 mai à 19 heures pour le déco­dage du livre de l’é­co­no­miste Thomas Piketty « Le Capital au XXIe siècle », en pré­sence de trois pro­fes­seurs d’é­co­no­mie, à La Chimère citoyenne, 11 rue Voltaire à Grenoble.

 

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
4631 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.