Des papyrus vieux de 2000 ans livrent leurs secrets grâce aux rayons X du Synchrotron

sep article

EN BREF – On en sait un peu plus sur les papyrus d’Herculanum ensevelis en l’an 79 sous les torrents de lave et de boue du Vésuve. Grâce à la lumière synchrotron de l’ESRF de Grenoble, une équipe scientifique internationale vient de révéler que de l’encre métallique avait été utilisée dès cette époque dans les textes grecs.

 

 

 

Une équipe scientifique internationale utilise les techniques d'imagerie non invasive par rayons-X pour lire des papyrus vieux de 2 000 ans ensevelis sous les coulées de boue après l'éruption du Vésuve en 79 après J-C. Crédit D. Delattre

Les scientifiques ont utilisé les techniques d’imagerie par rayons X de l’ESRF pour lire des papyrus vieux de 2 000 ans. © D. Delattre

Les papyrus d’Herculanum continuent de livrer leurs secrets. Grâce aux techniques d’imagerie non invasives par rayons X développées à l’ESRF, le synchrotron européen installé à Grenoble, les chercheurs en savent un peu plus sur ces rouleaux de papier exhumés entre 1752 et 1754 à Herculanum, cité romaine antique détruite par l’éruption du Vésuve en l’an 79. Des papyrus découverts dans une villa appartenant à Lucius Calpurnius Piso Caesoninus, politicien influent et beau-père de Jules César. Plus de 1 700 rouleaux de papier renfermant des textes grecs et qui avaient été ensevelis sous les torrents de lave et de boue du volcan*.

 

 

Patrimoine inestimable

 

 

Grâce à la lumière synchrotron, les chercheurs parviennent peu à peu à déchiffrer ces rouleaux de papier vieux de 2000 ans sans les dérouler et donc sans les endommager. Un patrimoine inestimable, ces écrits constituant l’unique bibliothèque de l’antiquité gréco-latine connue à ce jour.

 

Après avoir mis à jour des lettres grecques ainsi qu’un alphabet quasi-complet, un pas de plus vient d’être franchi. Une équipe scientifique internationale de l’ESRF, de l’Inserm, de l’Université Grenoble-Alpes, du CNRS, de l’Université de Gand (Belgique) et du CNR (Italie) vient de révéler la présence d’une encre métallique dans deux fragments de papyrus.

 

Les résultats ont été publiés le 21 mars 2016 dans la revue scientifique américaine PNAS. Une découverte de taille car, jusque-là, on faisait remonter l’utilisation de l’encre au IVe ou Ve siècle après J-C.

 

Une équipe scientifique internationale utilise les techniques d'imagerie non invasive par rayons-X pour lire des papyrus vieux de 2 000 ans ensevelis sous les coulées de boue après l'éruption du Vésuve en 79 après J-C. Un papyrus. Crédit E.Brun

Un des papyrus étudiés à Grenoble © E.Brun

« Depuis près de 2000 ans, on croyait tout savoir, ou presque, sur la composition de l’encre antique utilisée pour écrire sur papyrus, souligne Daniel Delattre, directeur de recherche en papyrologie (CNRS-IRHT). Les études très pointues menées au Synchrotron européen nous démontrent qu’il faut se méfier des idées reçues et qu’elle pouvait aussi recéler du métal, en l’occurrence du plomb en quantité non négligeable. »

 

Cette découverte ouvre aussi de nouvelles perspectives pour le déchiffrage des papyrus encore enroulés comme ceux d’Herculanum ou pour d’autres découvertes archéologiques, en permettant d’optimiser les techniques et longueurs d’ondes à utiliser.

 

 

Patricia Cerinsek

 

 

* Contrairement à Pompéi, ensevelie sous les cendres chaudes, Herculanum a été relativement protégée des effets du temps grâce aux coulées de boue.

 

commentez lire les commentaires
2416 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.