Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Grenoble : une journée d’initiation pour se mettre au libre

sep article

EN BREF – Le collectif GreLibre organise la deuxième édition de la Journée d’initiation aux logiciels libres et aux données ouvertes, ce samedi 10 octobre, dans le salon d’honneur de l’Hôtel de ville de Grenoble. Qu’est-ce qu’un logiciel libre ? A quoi servent les “données ouvertes” ? Autant de questions qui pourront trouver réponse au cours d’une journée… initiatique.

 

 

 

UNE Journées GreLibre (Grenoble) stand OSM

Journées GreLibre (Grenoble) stand OSM. DR

Peut-être les utilisez-vous déjà ces fameux logiciels libres ? Vous servez-vous de Firefox pour naviguer sur Internet, de Gimp pour retoucher vos photos ou encore de LibreOffice comme traitement de texte ? Si c’est le cas, vous êtes déjà un affranchi. Vous utilisez un logiciel libre performant et ce sans avoir été contraint, au préalable, d’acheter une licence d’utilisation.

 

Si ce n’est pas votre cas, alors cette journée d’initiation est pour vous ! Nul besoin d’être un “geek”, l’événement est destiné à tous les publics et la participation gratuite, sans inscription. Les libristes présents se feront un plaisir de vous renseigner et de vous initier. Ils répondront à toutes les questions que vous vous posez encore sur ce mystérieux monde des logiciels libres et celui, plus énigmatique encore, des “données ouvertes”.

 

 

 

L’univers méconnu des logiciels libres

 

 

Cette deuxième édition consécutive de la journée d’initiation aux logiciels libres est organisée par plusieurs associations et acteurs locaux du “libre” gravitant autour du collectif de citoyens GreLibre (contraction de “Grenoble” et “logiciel libre”). Objectif visé ? Offrir aux habitants de Grenoble et de l’agglomération une vitrine sur le monde méconnu des logiciels libres, des données ouvertes et des infrastructures publiques d’accès à l’information. Mais pas seulement !

 

© GreLibre

© GreLibre

L’univers du libre, c’est aussi une philosophie et un panorama d’initiatives locales qui seront présentées au cours d’ateliers, de démonstrations et de conférences tout au long de la journée.

 

La matinée sera consacrée aux ateliers d’initiation. De 10 heures à 13 heures, le public pourra pratiquer la géolocalisation dans Wikipédia et OpenStreetMap, faire de la vidéo avec du logiciel libre ou encore apprendre à utiliser Wiktionnaire, un dictionnaire libre multilingue.

 

L’après-midi sera quant à elle animée par six conférences. De quoi se renseigner sur les droits d’auteur et la protection de la vie privée sur Internet. Mais aussi l’occasion d’aborder des problématiques brûlantes et au cœur de l’actualité, telles les dispositifs de surveillance internationale des réseaux.

 

Des interrogations sur l’aspect juridique ? Une conférence fera le point sur la loi renseignement tout récemment votée… et décriée. Et une autre sur la version bêta – en avant-première avant la mise en ligne – du portail consacré aux données ouvertes, réalisé conjointement par la Métro, la ville de Grenoble et le SMTC. Quant à la ville de Fontaine, qui a largement entamé la migration de son parc informatique vers le système d’exploitation Ubuntu, elle fera part de son retour d’expérience.

 

Stand OpenStreetMap lors de l'édition 2014. © GreLibre

Stand OpenStreetMap, éd. 2014. © GreLibre

« Ce qui est très important dans cette journée c’est que les gens sachent qu’une alternative existe, qu’on n’est pas obligé d’utiliser © Microsoft ou © Apple et que l’on peut utiliser des logiciels ou des systèmes libres », explique Fernando Lagrange, le porte-parole du collectif.

 

Cette journée est d’ailleurs une bonne opportunité, selon ce dernier, pour informer les gens des options disponibles lorsqu’ils font leurs choix technologiques, que ce soit dans le cadre professionnel, dans leurs loisirs ou à la maison.

 

 

Joël Kermabon

 

 

 

Pour en savoir plus, retrouvez le programme de la journée sur le site du collectif GreLibre.

 

 

Les données ouvertes ? Késako ?

 

Une donnée ouverte est une « donnée numérique d’origine publique ou privée (collectivité, service public ou entreprise). Elle est diffusée selon une méthodologie et une licence ouverte garantissant son libre accès et sa réutilisation par tous, sans restriction technique, juridique ou financière. L’ouverture des données (open data) est à la fois un mouvement, une philosophie d’accès à l’information et une pratique de publication de données librement accessibles et exploitables » (Wikipedia).

 

 

 

Et les logiciels libres ?

 

Un logiciel libre est un logiciel dont « l’utilisation, l’étude, la modification et la duplication en vue de sa diffusion sont permises, techniquement et légalement. A l’opposé, un logiciel propriétaire ne permet pas légalement ou techniquement l’exécution du logiciel pour tout type d’utilisation, la copie, et l’étude, la modification/amélioration du code source » (Wikipedia).

 

 

 

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
2697 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Je défends depuis très longtemps les systèmes libres, je crois énormément à la démarche communautaire de développeurs notamment.

    Là où je suis très attentive c’est à propos des données ouvertes, car il peut y avoir des données personnelles ou relevant d’un caractère industriel particulier, etc…
    Un plan par exemple est un vrai plus lorsqu’il décrit les rues de la ville, alors qu’un plan qui décrit comment créer une arme à feu a-t-il la même valeur en terme de données libres ?

    Il faut donc bien séparer:
    – le logiciel libre qui a des vertus indéniables et qui rend accessible des logiciels libres à des populations qui n’ont pas nécessairement les moyens de financer des logiciels sous license payantes,
    – et les données ouvertes qui posent davantage de questions, et méritent donc d’être très précisément encadrées. Parfois pire, ceux qui se servent de données libres pour ensuite faire de services payants…Mais alors le terme ouvert est il bien choisi ?

    sep article
    • Bonjour Mary,
      je fais partie des organisateurs de la journée, notamment sur le point des données ouvertes.

      D’une façon générale, toutes les données personnelles sont exclues des “données ouvertes” au sens des données publiées par les services publics.
      Les données publiées sont souvent des données techniques (budget, bâtiments, équipements, cartes et plans…). Dans le cas des données “personnelles”, elles sont publiées uniquement sous forme d’agrégations statistiques (classes d’âge, effectifs, etc.)

      Le terme “ouvert” ou “libre” est ambigu tant qu’il n’est pas bien défini, c’est pourquoi il existe plusieurs licences de données libres, par exemple la licence “Open Database License” (ODbL) choisie par le projet OpenStreetMap, ou encore la Licence Ouverte / Open Licence (LO/OL) choisie par le portail Données ouvertes français. (data.gouv.fr).

      Aucune de ces deux licences n’exclut un usage commercial, mais la licence ODbL exige qu’un travail dérivé soit diffusé sous la même licence.
      Le débat sur les usages commerciaux a souvent lieu, et on peut trouver des avis divergents. À mon sens, tant que la donnée brute de base reste disponible à tous, il n’y a pas lieu d’exclure un usage commercial.

      sep article