Université Grenoble-Alpes : ce que va changer la fusion

sep article



ENTRETIEN – Créer une université unique, tel est l’objectif annoncé le 21 octobre dernier par les sept présidents et directeurs d’universités et établissements d’enseignement supérieur grenoblois. D’ici 2016, l’université Grenoble-Alpes remplacera ainsi le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres), qui fédère tous ces établissements. Qu’apportera cette fusion en matière d’offre de formation, de recherche et de financement ? Réponses de Bertrand Girard, président du Pres.

 
 
 
Fusion : Bertrand Girard, président de l'université de Grenoble. © Université de Grenoble

Bertrand Girard, pré­sident de l’u­ni­ver­sité de Grenoble.
© Université de Grenoble

Quelle est la dif­fé­rence entre l’u­ni­ver­sité Grenoble-Alpes que vous vou­lez créer et le Pres, fondé en 2009 regrou­pant les uni­ver­si­tés Joseph Fourier (UJF), Pierre-Mendès-France (UPMF), Stendhal et l’université de Savoie, ainsi que Grenoble INP (Institut natio­nal poly­tech­nique) et l’Institut d’études poli­tiques (IEP) ?
 
Le Pres est une struc­ture bien adap­tée à une logique de confé­dé­ra­tion, où l’on par­tage beau­coup moins de com­pé­tences que dans une fédé­ra­tion. Si nous vou­lons mettre en place une stra­té­gie col­lec­tive de recherche, nous avons besoin d’un cer­tain nombre de moyens humains et finan­ciers au niveau de la struc­ture fédé­ra­tive. Or les sta­tuts du Pres ne per­mettent pas d’avoir un per­son­nel per­ma­nent. Nous ne pou­vions pas assu­rer de mis­sions sur le long terme. Le nou­veau sta­tut de Communauté d’universités et d’établissements se rap­proche des sta­tuts d’une uni­ver­sité, ce qui per­met d’assurer davan­tage de mis­sions.
 
 
Pourquoi avoir décidé de fusion­ner ?
 
Fusion : campus de Saint-Martin d'Hères © Université de Grenoble

Bibliothèque uni­ver­si­taire Droits-Lettres. © Université de Grenoble

Pour avoir plus de cohé­rence, plus de lisi­bi­lité et plus d’efficacité dans nos dis­po­si­tifs uni­ver­si­taires. On se rend compte, à Grenoble, comme dans d’autres villes en France, qu’avoir des uni­ver­si­tés par­ta­geant le même champ dis­ci­pli­naire ne cor­res­pond plus aux besoins du XXIe siècle. On a de plus en plus de for­ma­tions qui font appel à des ensei­gne­ments com­plé­men­taires. Nous ne sommes plus sur des ensei­gne­ments mono­li­thiques, c’est-à-dire basés sur une seule dis­ci­pline.
 
Actuellement, nous pal­lions ces dif­fi­cul­tés par des conven­tions entre uni­ver­si­tés, par des accords, mais ce sont des bri­co­lages, ce qui n’est pas satis­fai­sant. Aujourd’hui, il n’y a pas un lieu unique où tous les uni­ver­si­taires concer­nés par une ques­tion don­née se retrouvent ensemble pour débattre. Nous sommes dans une logique où, dans cer­tains domaines, les uni­ver­si­taires sont des pres­ta­taires de ser­vices et ne sont pas dans une démarche d’élaboration par­ta­gée des pro­grammes de for­ma­tion et de recherche.
 
 
Fusion : campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Campus de Saint-Martin-d’Hères. © Université de Grenoble

Un nou­vel appel à pro­jets des Initiatives d’excellence (Idex) a été lancé par le gou­ver­ne­ment en 2014. Cela a‑t-il motivé la déci­sion de fusion­ner ?
 
La fusion n’a pas pour objec­tif de décro­cher les finan­ce­ments Idex. Nous réa­li­sons une fusion et, dans le même temps, une struc­tu­ra­tion plus glo­bale du site, parce que l’on pense que cela nous per­met de pro­gres­ser dans nos pro­jets, notam­ment en terme de pilo­tage stra­té­gique de la recherche. C’est pour cela que nous met­tons en œuvre cette fusion.
 
 
Après, il est vrai que cet élé­ment sera un atout dans le cadre de notre can­di­da­ture. Cependant, nous avons décidé de la fusion parce que celle-ci est indis­pen­sable, et bien avant de savoir qu’il allait y avoir un nou­vel appel à can­di­da­ture pour l’Idex.
 
 
Si la fusion est indis­pen­sable, pour­quoi ne pas l’avoir faite plus tôt ?
 
Fusion : université Stendhal sur le campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Université Stendhal sur le cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. © Université de Grenoble

Parce que c’est un pro­jet lourd qui demande beau­coup de tra­vail pré­pa­ra­toire et de concer­ta­tion entre les acteurs concer­nés. Cela com­mence par un rap­pro­che­ment des chefs d’établissement. Et ensuite, cela s’élargit aux dif­fé­rents conseils, notam­ment aux conseils d’administration et à l’ensemble de la com­mu­nauté uni­ver­si­taire. En géné­ral, on consi­dère qu’à par­tir du moment où les déci­sions sont lan­cées, il faut deux ans pour défi­nir un schéma glo­bal. Et avant ces deux années, il y a entre deux et dix ans de tra­vail pré­pa­ra­toire, selon les éta­blis­se­ments. La fusion ne s’est pas faite plus tôt tout sim­ple­ment parce qu’il fal­lait que cette réflexion soit menée.
 
 
Le renou­vel­le­ment de la plu­part des équipes diri­geantes en 2012 doit éga­le­ment y être pour beau­coup. Non ?
 
C’est cer­tain. Pour pou­voir avan­cer sur des pro­jets de cette ampleur, il faut énor­mé­ment de cohé­sion et une volonté com­mune. C’est donc un élé­ment qui a joué de façon incon­tes­table dans cette déci­sion.
 
 
Les trois uni­ver­si­tés vont fusion­ner. Qu’en est-il des autres éta­blis­se­ments supé­rieurs, notam­ment l’IEP et l’INP ?
 
Fusion : place centrale du campus de Saint-Martin-d'Hères © Université de Grenoble

Place cen­trale du cam­pus de Saint-Martin-d’Hères. © Université de Grenoble

Il y a trois posi­tion­ne­ments pos­sibles. Tout d’abord, la fusion qui regrou­pera les uni­ver­si­tés Joseph Fourier, Pierre-Mendès-France et Stendhal. Le deuxième cercle sera, lui, consti­tué de façon cer­taine par l’université fusion­née, Grenoble INP, et le CNRS (Centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique). Ce deuxième niveau pren­dra davan­tage la forme d’une fédé­ra­tion d’établissements supé­rieurs. Enfin, deux éta­blis­se­ments s’interrogent sur leur posi­tion­ne­ment, l’IEP et l’université de Savoie. Ils pour­ront soit rejoindre le deuxième cercle, soit s’associer avec la fédé­ra­tion. Dans ce der­nier niveau, les éta­blis­se­ments décident des com­pé­tences à par­ta­ger.
Tous les acteurs sont prêts à éla­bo­rer une stra­té­gie com­mune de recherche. Des diver­gences sub­sistent sur­tout dans la manière de pilo­ter les moyens finan­ciers cor­res­pon­dant à cette stra­té­gie.
 
 

La fusion est-elle susceptible d’améliorer la position des universités grenobloises dans les classements internationaux ?

 
On devrait pro­gres­ser un petit peu. Sur cer­tains pal­ma­rès, comme le QS ran­king, plu­sieurs uni­ver­si­tés gre­no­bloises sont déjà clas­sées. Elles le sont sou­vent sur les mêmes thé­ma­tiques, et là, il est clair que la mise en com­mun de nos forces va nous faire pro­gres­ser. En revanche, le fait de se regrou­per ne chan­gera pas grand-chose dans les domaines où un seul éta­blis­se­ment gre­no­blois pos­sède une for­ma­tion et des labo­ra­toires.
 
 
Propos recueillis par Valentin Dizier
 
 
 
Fusion université : schéma UGAL’université Grenoble-Alpes en bref : 
 
- Un éta­blis­se­ment unique qui regrou­pera plus de 40 000 étu­diants et 3 200 cher­cheurs
 
- La fusion coû­tera entre 2 et 3 mil­lions d’euros, prin­ci­pa­le­ment pour l’harmonisation des régimes des per­son­nels
 
- Une struc­ture à géo­mé­trie variable, impli­quant à dif­fé­rents niveaux l’UJF, l’UPMF, l’u­ni­ver­sité Stendhal, Grenoble INP, le CNRS, l’IEP et l’université de Savoie.
 
 
 
Glossaire :
 
Pres (Pôle de recherche et d’enseignement supé­rieur) : le Pres est un dis­po­si­tif crée en 2006 par la loi de pro­gramme pour la recherche. Il per­met aux éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur de mutua­li­ser cer­tains de leurs moyens pour mener des mis­sions de court terme. Il répon­dait au besoin de créer une offre de for­ma­tion plus cohé­rente et orga­ni­sée pour les uni­ver­si­tés fran­çaises. Fondé en 2009, l’u­ni­ver­sité de Grenoble est l’un des 27 Pres de l’hexagone.
 
Idex (Initiatives d’excellences) : les Idex sont des pro­jets mis en place par les uni­ver­si­tés fran­çaises et des­ti­nés à faire émer­ger des pôles d’enseignement supé­rieur de niveau mon­dial. Les deux pre­miers appels à pro­jet, lan­cés par l’État dans le cadre du Grand emprunt en 2011 et 2012, ont déjà financé 8 pro­jets, pour un total de plus de 6,4 mil­liards d’euros. Trois cri­tères sont étu­diés avant d’attribuer les finan­ce­ments Idex : l’ex­cel­lence en matière de for­ma­tion et de recherche, la qua­lité des par­te­na­riats entre le public et le privé et l’ef­fi­ca­cité de la gou­ver­nance. Les uni­ver­si­tés gre­no­bloises ont été jugées très favo­ra­ble­ment sur les deux pre­miers points, mais n’ont pas décro­ché de finan­ce­ment, du fait d’une ges­tion consi­dé­rée comme mau­vaise.
 
QS ran­king : publié annuel­le­ment depuis 2004 par le jour­nal bri­tan­nique Times Higher Education, le QS Ranking est l’un des clas­se­ments inter­na­tio­naux les plus répu­tés avec le clas­se­ment de Shanghai. Contrairement à son homo­logue chi­nois, il met d’avantage l’accent sur la répu­ta­tion des uni­ver­si­tés que sur la qua­lité de la recherche. En 2013, six éta­blis­se­ments d’enseignement supé­rieur fran­çais ont fait par­tie du top 100.
 
 
Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
13265 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Article répon­dant par­fai­te­ment à ma recherche

    sep article