L’Isère en procédure information-recommandation face à un épisode de pollution aux particules fines

sep article



 

FLASH INFO — Épisode de pollution de l’air « de type mixte » en Isère, annoncent les services préfectoraux. En cause ? Les particules fines PM10. La procédure préfectorale information-recommandation est activée depuis le lundi 22 février 17 heures sur le bassin grenoblois, le Nord-Isère ainsi que sur la zone alpine du département.

 

Les pre­mières recom­man­da­tions s’a­dressent aux per­sonnes fra­giles. À qui il est conseillé de limi­ter les sor­ties durant l’a­près-midi, de même que les acti­vi­tés spor­tives en plein air. De la même manière, il convient d’é­loi­gner les enfants de la pol­lu­tion auto­mo­bile. Tandis que les usa­gers de la route sont invi­tés à se tour­ner vers de modes de dépla­ce­ment non-pol­luants, et de limi­ter la vitesse de leur véhi­cule à 70 km/h sur les voies rou­tières.

 

Par ailleurs, il est recom­mandé à cha­cun de ne pas uti­li­ser des appa­reils de chauf­fage au bois d’ap­point, et de « maî­tri­ser la tem­pé­ra­ture de son loge­ment », autre­ment dit de chauf­fer sans excé­der les 18 degrés. Pour les tra­vaux d’en­tre­tien ou de net­toyage, la pré­fec­ture demande de ne pas uti­li­ser d’ou­tils non élec­triques, ni de sol­vants orga­niques de type white-spi­rit, pein­ture, ver­nis déco­ra­tif ou encore pro­duits de retouche auto­mo­bile.

 

Les usagers de la route sont invités à limiter leur vitesse, ou à privilégier d'autres modes de transports moins polluants que la voiture © Léa Raymond - Place Gre'net

Les usa­gers de la route sont invi­tés à limi­ter leur vitesse, ou à pri­vi­lé­gier d’autres modes de trans­ports moins pol­luants que la voi­ture © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Mêmes recom­man­da­tions pour les col­lec­ti­vi­tés dans le cadre du chauf­fage de leurs bâti­ments ou de leurs tra­vaux d’en­tre­tien. La pré­fec­ture appelle encore à « rendre tem­po­rai­re­ment gra­tuit le sta­tion­ne­ment rési­den­tiel », et invite les auto­ri­tés de trans­port à « pra­ti­quer les tarifs les plus attrac­tifs pour l’usage des trans­ports les moins pol­luants ». Pour l’heure, aucunes mesures de cet ordre n’ont été annon­cées.

 

Enfin, agri­cul­teurs et indus­triels sont eux aussi invi­tés à limi­ter l’é­mis­sion de pol­luants. En repor­tant éco­buage ou opé­ra­tions de brû­lages à l’air libre, côté agri­cole. Et, côté indus­trie, en repor­tant les opé­ra­tions émet­trices de par­ti­cules et oxydes d’a­zote, ainsi qu’en rédui­sant l’ac­ti­vité des chan­tiers géné­ra­teurs de pous­sières. Bref, à limi­ter au maxi­mum les rejets atmo­sphé­riques, quitte à réduire l’ac­ti­vité.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1257 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Les pics de pol­lu­tions les plus nocives PM 10, PM 2.5, ce n’est pas la voi­ture, il faut chan­ger de logo et de musique !

    En Isère (source Atmo)

    Transport rou­tier : PM10 = 14% & PM2,5 = 13 %

    Chauffage au bois PM10 = 55% & PM 2,5 = 69%

    Par contre, la pol­lu­tion au NO2 a logi­que­ment aug­menté, depuis Cvcm d’Avril 2017 qui a fait pas­ser Grenoble de la 10ème à la 4ème place des villes les plus embou­teillées de France !

    sep article
  2. La photo avec des voi­tures (14% de nos émis­sions de PM10 au niveau natio­nal) est inexacte puisque ces PM10 viennent du SAHARA et qu’a­gir loca­le­ment pour réduire nos propres émis­sions consiste sur­tout à évi­ter de bru­ler tout com­bus­tible en foyer ouvert ou semi-ouvert (50% de nos émis­sions de PM10 au niveau natio­nal).

    Venez à l’as­so­cia­tion ENAIRGIE COMMUNE ou consul­tez le site d’ATMO AURA pour avoir une infor­ma­tion pré­cise :
    https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr/actualite/15-jours-apres-un-episode-historique-une-nouvelle-pollution-due-aux-poussieres-desertiques?fbclid=IwAR06Yd-HX1_diHpgoDnqIaIOw5EbxLzUNcjGHR1B8D9YIKtLXtWORdOnWlw

    sep article
  3. sep article
  4. Les pics de pol­lu­tions les plus nocives PM 10, PM 2.5,  ce n’est pas la voi­ture, il faut chan­ger de logo et de musique !

    En Isère (source Atmo)

    Transport rou­tier : PM10 = 14% & PM2,5 = 13 %

    Chauffage au bois PM10 = 55% & PM 2,5 = 69%

    Par contre, la pol­lu­tion au NO2 a logi­que­ment aug­menté, depuis Cvcm d’Avril 2017 qui a fait pas­ser Grenoble de la 10ème à la 4ème place des villes les plus embou­teillées de France

    sep article