Métropole de Grenoble : le projet de construction du nouveau siège à 80 millions d’euros passe au forceps

sep article



 

FOCUS – À Grenoble, le nouveau siège de la Métropole vient de franchir une nouvelle étape, au forceps. Après quatre heures de débat et près de deux heures d’interruption de séance et de négociations en coulisses du conseil métropolitain, le projet a été voté, beaucoup d’élus s’étant finalement abstenus. Il reviendra donc au cabinet d’architecte autrichien Baumschlager Eberle de rénover et d’agrandir l’Hôtel métropolitain pour près de 80 millions d’euros.

 

 

Le futur siège de la Métropole de Grenoble continue de faire débat et diviser les élus communautaires -

Les tra­vaux du futur siège de la Métropole de Grenoble ont été confiés, non sans débat et négo­cia­tions, à un cabi­net d’ar­chi­tecte autri­chien.

L’extension-réno­va­tion du siège de la Métropole de Grenoble vient de fran­chir une nou­velle étape… au for­ceps. Le 29 jan­vier, par 54 voix pour, 13 contre et 48 abs­ten­tions, les conseillers métro­po­li­tains ont voté l’at­tri­bu­tion du mar­ché de maî­trise d’œuvre au cabi­net d’ar­chi­tecte autri­chien Baumschlager Eberle.

 

Moyennant 79,6 mil­lions d’eu­ros – der­nier chif­frage du coût des tra­vaux –, la Métropole de Grenoble va donc se doter de nou­veaux locaux, recons­truits sur les actuels, agran­dis, et ados­sés à un par­king de 500 places. Après trois ans d’é­tude, il y avait urgence pour son pré­sident Christophe Ferrari.

 

Car les locaux ne sont pas seule­ment vétustes et inadap­tés. Énergivore, le bâti­ment prin­ci­pal, le Forum, est une véri­table pas­soire ther­mique. Il n’est sur­tout pas aux normes régle­men­taires, notam­ment au regard des normes incen­die. « Comment peut-on accep­ter que depuis vingt ans des avis néga­tifs en matière de sécu­rité puissent demeu­rer et faire l’ob­jet de sauts de sau­te­relle, d’un man­dat à l’autre ? », s’est insurgé le pré­sident de la Métro lors du conseil métro­po­li­tain.

 

 

Dispersés sur huit sites, les agents de la Métropole seront demain regroupés dans un seul

 

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Ligue contre le cancer
commentez lire les commentaires
5182 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Les EELFI gre­no­blois sont vrai­ment des cham­pions hors caté­go­rie du double lan­gage. Ils auraient pu voter contre le pro­jet pour le blo­quer, mais c’est pas ce qu’ils vou­laient. Alors ils se sont abs­te­nus, c’est à dire qu’en fait ils ont voté pour mais sans se mouiller.
    Qui ne dit mot consent. Un pognon de dingue (86 M€ !) va donc être dépensé avec leur consen­te­ment mais sans qu’ils l’aient dit.
    Une énorme hypo­cri­sie de plus, bien dans la ligne de toutes les autres. Dont tout der­niè­re­ment l’a­bat­tage des plus beaux arbres de la place Victor Hugo pour « renou­ve­ler les arbres qui ne gran­dissent plus », comme l’a dit leur élu « fraî­cheur » (sans ombre) et « bio­di­ver­sité » (sans grands arbres).

    sep article