Au Mange-disque, Matthieu Livrieri se tient devant ses oeuvres. © Fanny Seguela - placegre.net

Le jeune artiste Matthieu Livrieri dévoile sa per­cep­tion unique et colo­rée de Grenoble au Mange-disque

Le jeune artiste Matthieu Livrieri dévoile sa per­cep­tion unique et colo­rée de Grenoble au Mange-disque

FOCUS – Né à Grenoble, Matthieu Livrieri a 21 ans. Après un bac lit­té­raire, il a réa­lisé un an aux Beaux-Arts de Grenoble puis deux ans aux Beaux-Arts de Montpellier. De retour dans sa ville natale pour ouvrir son ate­lier, il pré­sente, depuis le 8 décembre der­nier, des vinyles cus­to­mi­sés au Mange-disque, un nou­veau dis­quaire-café rue Génissieu. Avant une expo­si­tion pro­chaine à la Brick Lane Gallery de Londres.

Matthieu Livrieri pousse les portes du nouveau disquaire-café, le Mange-disque. Au fond, ses oeuvres sont exposées. © Fanny Seguela - placegre.net

Matthieu Livrieri pousse la porte du Mange-disque. Ses vinyles y sont expo­sés au fond. © Fanny Seguela – pla​cegre​.net

« J’attends la réou­ver­ture des lieux de culture », annonce Matthieu Livrieri, assis à la table du Mange-disque. Au 2 rue Génissieu, la musique résonne sans dis­con­ti­nuer. Partout, des vinyles : dans des caisses, éta­lés sur les tables, et même sur les murs.

Ceux expo­sés sur les murs ont été détour­nés de leur fonc­tion pre­mière pour deve­nir des objets d’art. Dessus, on dis­tingue dif­fé­rentes vues de Grenoble et de ses quar­tiers. Avec des mar­queurs ou de la pein­ture, Matthieu a ainsi cus­to­misé une ving­taine de ces objets « iconiques ».

Des « petits gri­bouillis » aux grands formats 

« Je suis né dans un endroit où la culture avait une place impor­tante », confie Matthieu Livrieri. À 6 ans, il réa­li­sait déjà son pre­mier tableau. Une réin­ter­pré­ta­tion de La Jeune fille à la Perle de Vermeer. Le jeune homme rigole en y repen­sant, avouant « qu’elle [avait] une sale tête ». À cet âge-là déjà, il aimait se rendre dans l’atelier d’un artiste qui lui a donné son goût pour l’art. Son père, lui aussi, avait réa­lisé des études de dessins.

Au Mange-disque, Matthieu Livrieri se tient devant ses oeuvres. © Fanny Seguela - placegre.net

Matthieu Livrieri pré­sen­tant ses œuvres Au Mange-Disque. © Fanny Seguela – pla​cegre​.net

Une fois au lycée Champollion, Matthieu s’oriente donc vers un bac lit­té­raire option et spé­cia­lité art, puis vers les Beaux-Arts. C’est réel­le­ment ce qui l’a aiguillé dans sa pra­tique. Depuis, le jeune artiste peint sur des grandes toiles mais ça n’a pas tou­jours été le cas. Plus jeune, il avait peur de l’er­reur, du trait raté. Et pas­sait ainsi de longues heures sur une même feuille qu’il rem­plis­sait entiè­re­ment de « petits gri­bouillis ».

Les Beaux-Arts ont été une révé­la­tion, ce qui lui a per­mis de peindre avec plus de liberté sur des grands for­mats. La grande toile est deve­nue le sym­bole de son éman­ci­pa­tion artis­tique et de plus de liberté dans ses mouvements.

Des vues de Grenoble avec « une pers­pec­tive un peu spéciale »

Parmi ses influences ? David Hockney, un peintre bri­tan­nique connu pour ses por­traits et pay­sages de la vie cali­for­nienne, en par­ti­cu­lier pour la série de pis­cines The Bigger Splash. Ses cou­leurs claires et aci­du­lées ont mar­qué Matthieu. Elles sont pré­sentes dans ses toiles.

Matthieu Livrieri avec son oeuvre favorite : la vue de Grenoble depuis les bulles. © Fanny Seguela - placegre.net

Matthieu Livrieri et son œuvre favo­rite : la vue de Grenoble depuis les bulles. © Fanny Seguela – pla​cegre​.net

Henri Matisse, peintre fran­çais du début du XXe siècle, l’a éga­le­ment ins­piré dans le choix des motifs. Cet artiste pion­nier de l’art occi­den­tal a ouvert la voie à de nou­velles façons abs­traites de voir le monde. En effet, il a fait s’ef­fon­drer l’illusion de l’es­pace, au centre de le pein­ture depuis la Renaissance.

Profondément mar­qué par ces artistes et par son envi­ron­ne­ment, Matthieu Livrieri pro­pose une pers­pec­tive ori­gi­nale de sa ville natale. Si on recon­naît les bâti­ments qu’il peint, on est par­fois un peu déso­rienté, pris en étau entre ses « fausses pers­pec­tives ».

Cette manière de peindre est ce qui rend uniques ses œuvres, mais ce n’est pas sim­ple­ment un choix. En réa­lité, c’est aussi une par­ti­cu­la­rité phy­sique. Atteint de microph­tal­mie, Matthieu a tou­jours eu du mal à voir les pers­pec­tives. « Mes vues de Grenoble ont une pers­pec­tive un peu spé­ciale […] Il y a une défor­ma­tion des espaces », explique-t-il. En ce sens, même si nous avons tous une vision per­son­nelle de la ville dans laquelle nous vivons, celle de Matthieu Livrieri est encore plus originale.

Matthieu Livrieri expo­sera bien­tôt à la Brick Lane Gallery de Londres

L’exposition au Mange-disque trouve sa place dans un contexte per­turbé par la pan­dé­mie. De fait, les lieux de culture sont pour la plu­part res­tés fer­més depuis le pre­mier confi­ne­ment. C’est Magalie Feret, la direc­trice de la Black Lillum Gallery, qui a trouvé une solu­tion. En expo­sant dans un maga­sin, cela garan­tis­sait à Matthieu d’a­voir du public. Le nou­veau dis­quaire-café était donc tout indiqué.

Exposition de Matthieu Livrieri composée de plus de 20 vinyles customisés et dessinés au Mange Disque, disquaire-café au 2 rue Genissieu à Grenoble.

Exposition de Matthieu Livrieri com­po­sée de plus de 20 vinyles cus­to­mi­sés et des­si­nés au Mange-Disque, dis­quaire-café au 2 rue Génissieu à Grenoble. © Fanny Seguela – pla​cegre​.net

Pour cor­res­pondre à l’i­den­tité du Mange-disque, Matthieu est retourné à des petits for­mats en tra­vaillant sur des vinyles. Objet du quo­ti­dien, puis de col­lec­tion, le vinyle revient à la mode. L’artiste gre­no­blois a tout de suite accepté de tra­vailler sur ces « objets ico­niques […] qu’on peut tour­ner dans tous les sens ».

Sa méthode de tra­vail ? Arpenter les rues de Grenoble qu’il connaît si bien et lais­ser par­ler le réel : « Au lieu d’avoir un car­net de cro­quis, j’avais des vinyles. Et je me suis baladé en pei­gnant sur les vinyles direc­te­ment. Je pre­nais des ins­tan­ta­nés des rues de Grenoble. »

Si cette expo­si­tion prend fin le 8 jan­vier 2020, le reste de ses œuvres est à décou­vrir dans son ate­lier 9 rue Très Cloîtres… et bien­tôt à la Brick Lane Gallery de Londres.

Fanny Séguéla

Fanny Seguela

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Douze artistes et groupes isérois composent la Cuvée 2023 de Retour de Scène. L'association va notamment les aider à (re)monter sur scène. © Billy Felicie / Megalo Production / Olivier Blaisa / NH Photography / Jérémie Pontin - Black Bear Studio / Emma Grange / Mathilde Mauve / Roux Photo / DR / Eloïse Mathieu / Sofiane Houir-Alami / Chester Wade
Cuvée gre­no­bloise 2023 : Retour de Scène sou­tien­dra douze groupes et artistes musicaux

EN BREF - L'association grenobloise Retour de scène vient d'annoncer, mercredi 7 décembre 2022, qu'elle accordera son soutien à douze formations musicales et artistes de l'agglomération. Lire plus

La nouvelle exposition du Muséum de Grenoble offre un vaste panorama du vivant dans tous les écosystèmes. © Martin de Kerimel – Place Gre’net
Nos Voisins les vivants : une expo­si­tion du Muséum de Grenoble pour mieux com­prendre les écosystèmes

FOCUS - Jusqu'au 27 août 2023, l'exposition du Muséum de Grenoble intitulée Nos Voisins les vivants replace l'humain dans son cadre naturel. De quoi permettre Lire plus

Les Nebraska Jones, déjà applaudies sur plusieurs scènes de la région, défendront bientôt leur tout premier album lors de concerts prévus fin décembre et début janvier. © Vincent Assié Photographe
Les Nebraska Jones pré­sentent leur tout pre­mier album et annoncent quelques dates de concert en Isère

EN BREF - Le duo grenoblois Les Nebraska Jones sort un premier opus, disponible sur toutes les plateformes d'écoute à compter du 2 décembre 2022. Lire plus

Organisée au Rex, la soirée givrée du vendredi 2 décembre sera consacrée au spectacle du Groupe Déjà, venu du Mans. Cowboy ou Indien ? raconte l'histoire de deux frères, unis pour le meilleur et pour le pire. © JL Chouteau
Humour : Villard-de-Lans accueille la pre­mière de trois “Rencontres givrées”

ÉVÈNEMENT - Forte de la réussite de son festival Y'a tout ça !, l'association villardienne Les Arts s'en mêlent organise un nouvel événement les samedi Lire plus

Le Big Ukulélé Syndicate est l'invité du Théâtre en Rond le soir du 31 décembre. La promesse d'un début de réveillon endiablé auprès d'une formation qui fête son dixième anniversaire. © Nadine Barbançon
Le Théâtre en Rond de Sassenage compte bien ter­mi­ner l’an­née dans la joie et en musique

FOCUS - Une comédie musicale, un faux orchestre mais un vrai violoncelliste et un grand concert de spécialistes du ukulélé : à partir du vendredi Lire plus

Pour rendre hommage au cinéaste franco-suisse Jean-Luc Godard, la Cinémathèque programme notamment "Nouvelle Vague" (1990) le 2 décembre 2022. DR
La Cinémathèque de Grenoble rend hom­mage à Godard et pour­suit sa sai­son en beauté

FOCUS - Après la disparation de Jean-Luc Godard en septembre, la Cinémathèque de Grenoble programme deux de ses films. Une double curiosité à découvrir vendredi Lire plus

Flash Info

|

09/12

8h40

|

|

09/12

7h45

|

|

08/12

11h46

|

|

08/12

9h04

|

|

07/12

23h28

|

|

07/12

12h09

|

|

07/12

9h07

|

|

06/12

18h26

|

|

06/12

8h01

|

|

05/12

15h08

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 49 : « Le RER métro­po­li­tain grenoblois »

Flash info| Des « coups de pouce mobi­lité » en décembre sur Grenoble, avec gra­tuité des trans­ports en com­mun deux samedis

Société| Manque de lits et de per­son­nel soi­gnant : grève géné­rale et illi­mi­tée depuis ce 6 décembre au CHU de Grenoble et l’hô­pi­tal de Voiron

Agenda

Je partage !