Le Collectif Ès s’installe pour trois ans en résidence à la Rampe d’Échirolles

sep article

La culture nous rassemble : 2020 année de la culture en Isère

EN BREF – La Rampe – La Ponatière a toujours tenu à accueillir des artistes en résidence. Cette année, c’est le collectif Ès, constitué de danseurs basés à Lyon, qui s’installera dans les murs de la salle échirolloise et interviendra dans la ville.

 

 

Le collectif Ès. © Nadine Barbançon

« Ce sont des artistes qui s’interrogent par rapport aux questions d’identité », explique Joséfa Gallardo, directrice de La Rampe, lorsqu’elle décrit le collectif Ès qui va s’installer pendant trois ans au sein de la salle échirolloise. Une résidence rythmée par des temps forts : leur spectacle ainsi que des événements faisant intervenir les habitants.

 

Ainsi, mardi 10 décembre à La Rampe, le collectif Ès proposera sa quatrième création nommée « 1ère mondiale« . En créant celle-ci, les trois danseurs Sidonie Duret, Émilie Szikora et Jérémy Martinez se sont interrogés sur leur rapport à la danse et à la création, mais également sur le temps qui passe.

 

De manière individuelle, ils ont analysé la question suivante : « Qu’est-ce que la danse contemporaine ? » Sidonie a travaillé sur Despacito, le tube de l’été 2017, en se questionnant « comment ce tube pouvait interroger [s]a manière de danser ? » Émilie a, elle, basé son travail sur le danseur et chorégraphe français Maurice Béjart, tandis que Jérémy a puisé son inspiration dans le solo de John Travolta dans Saturday Night Fever.

 

 

Favoriser la proximité avec les habitants

 

Afin de « créer des rassemblement populaires », plusieurs temps forts viendront agrémenter ces trois années de résidence. À commencer par ces événements gratuits que le collectif a joliment nommés les « Yolos » pour « You Only Live Once » (soit « On ne vit qu’une fois« ), « afin de croiser les pratiques danse-chant, danse-foot, danse-musée… » 

 

Le collectif Ès. © Gilles Aguilar

Le premier d’entre eux aura lieu à 18 h 30 le jeudi 31 octobre à La Rampe et a été imaginé avec la chorale de la MDH Les Écureuils. Dans ce cadre-là, les danseurs iront également rencontrer les “kinés” de l’hôpital Sud, le 11 décembre. « Le collectif proposera aux kinésithérapeutes de danser mais aussi d’apprendre eux-mêmes des pratiques professionnelles des kinés. »

 

Deuxième événement important : « J’peux pas j’ai bal ». Ce projet « prévu autour de la thématique mémoires de bal » aura lieu à l’école Marcel-David et concernera des classes de CM1-CM2. « L’enjeu est de créer un bal des enfants », explique le collectif.

 

Les élèves pourront ainsi créer son contenu lors de séances préparatoires de janvier à mai 2020. Puis, le vendredi 29 mai, aura lieu le bal dans un lieu qui reste encore à déterminer. Ce sera alors l’occasion pour les enfants « d’inviter leurs familles à danser, donc d’inverser les rôles ! »

 

Le collectif Ès. © Amelie Ferrand

Du vendredi 29 au samedi 30 mai, les danseurs convieront enfin le public à participer à « Tous à l’Ouest ! » Deux jours autour de pratiques et de partage dans le quartier Ouest d’Échirolles, au théâtre de La Ponatière, mais aussi dans les rues, les écoles, sur les places et globalement dans l’espace public. L’occasion de proposer un loto, un bal, un karaoké et d’autres événements festifs !

 

Alice Colmar

 

commentez lire les commentaires
1814 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.