Malaise au bas de la falaise : l’évacuation de l’aire des gens du voyage à Seyssinet-Pariset annulée

sep article



 

DÉCRYPTAGE – Voilà déjà plusieurs mois qu’un arrêté de péril imminent menace l’aire des gens du voyage à Seyssinet-Pariset. La raison ? La falaise des Vouillants, attenante au campement, menace de s’effondrer. Se pose donc la question du relogement de la trentaine de personnes qui y habitent encore. L’évacuation du site était programmée pour ce jeudi 26 septembre mais les gens du voyage ont finalement obtenu de rester sur place. Ils ne cachent pas pour autant leur mécontentement quant à la gestion de la situation par la Métropole.

 

 

Chalet, mobil-home et caravane du campement des gens du voyage au pied de la falaise des Vouillants à Seyssinet-Pariset © Thomas Courtade

Chalets, mobil-homes et cara­vanes du cam­pe­ment des gens du voyage au pied de la falaise des Vouillants à Seyssinet-Pariset © Thomas Courtade – Place Gre’net

 

La com­mu­nauté des gens du voyage s’est ins­tal­lée à Seyssinet-Pariset en 1974, voilà près de qua­rante-cinq ans. Pourtant, les neuf familles actuel­le­ment sur place (envi­ron une tren­taine de per­sonnes) vont bien­tôt devoir plier bagage. Non pas ce jeudi 26 sep­tembre tou­te­fois, comme c’é­tait prévu, car l’é­va­cua­tion puis la fer­me­ture du site ont fina­le­ment été annu­lés par la pré­fec­ture.

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
4726 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. il est où le pro­blème ? Ils veulent res­ter – qu’ils res­tent 🙂

    sep article