Alain Carignon inaugure son siège pour l’alternance : « Le prochain maire de Grenoble doit être éco-responsable »

sep article

TROIS QUESTIONS À : Le collectif Alain Carignon et la Société civile conviait les Grenoblois, à l’inauguration de son local de campagne ce vendredi 6 septembre. Un « siège pour l’alternance » tant espérée par l’ancien maire qui n’a toujours pas clairement annoncé sa candidature. L’occasion de l’interpeller pour quelques questions à l’orée d’une campagne largement amorcée depuis de nombreux mois.

 

Une inauguration aux petits oignons

 

Trois cents ? Quatre cents per­sonnes ? Toujours est-il qu’il y avait du monde devant le 15 rue de la République où se dérou­lait ce ven­dredi 8 sep­tembre l’i­nau­gu­ra­tion du « siège pour l’al­ter­nance » d’Alain Carignon. Rue bar­rée par la police natio­nale, cas­quettes oranges en guise de goo­dies, magi­cien et DJ aux pla­tines pour l’a­ni­ma­tion, bière à gogo, vidéo, dis­cours… Pour l’oc­ca­sion, la Société civile avec les citoyens avait mis les petits plats dans les grands. Jusqu’à soi­gner les détails avec le sur­vol d’un drone qui, du haut des airs, a filmé le ras­sem­ble­ment tan­dis que le décompte du lan­ce­ment offi­ciel s’a­mor­çait.

 

 

Semblant comme un pois­son dans l’eau, Alain Carignon s’est volon­tiers prêté à l’exer­cice d’un bain de foule ponc­tué de pauses photo et de sel­fies. Bref, une inau­gu­ra­tion en grande pompe de ce « siège pour l’al­ter­nance » tant espé­rée par l’an­cien maire de Grenoble. Même s’il n’a tou­jours pas clai­re­ment annoncé sa can­di­da­ture. L’occasion de lui poser quelques ques­tions à l’o­rée d’une cam­pagne qui démarre sur les cha­peaux de roues.

 

Place Gre’net : Dans quel état d’esprit inaugurez-vous aujourd’hui ce local  de campagne ?

 

Alain Carignon - C’est le siège de l’al­ter­nance qui s’ouvre aujourd’­hui de façon à pré­pa­rer, avec le Collectif de la société civile, l’al­ter­nance dont Grenoble a besoin. Et ce pour trai­ter les pro­blèmes d’at­trac­ti­vité, de cir­cu­la­tion, de sécu­rité et de pro­preté de la ville.

 

Bain de foule pour l'ancien maire de Grenoble. devant le siège pour l'alternance © Joël Kermabon - Place Gre'net

Bain de foule pour l’an­cien maire de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Tous ces sujets là, nous les avons mis en com­mun et nous sommes en train d’é­la­bo­rer un pro­jet pour que l’on soit à nou­veau fier d’y habi­ter. Nous sommes ceux qui ras­sem­blons les Grenoblois sur un pro­jet. Qu’ils soient de droite, de gauche ou du centre, ils peuvent et doivent s’y retrou­ver. Quant à ma can­di­da­ture, je m’a­dres­se­rai direc­te­ment aux Grenoblois lors­qu’il s’a­gira de la décla­rer.

 

Aujourd’hui, avec cette inau­gu­ra­tion, nous sommes dans l’i­dée de créer un lieu d’é­changes de façon à ce que les citoyens construisent avec nous leur ave­nir.

 

 

Quelles sont les principaux thèmes et enjeux de votre campagne pour l’alternance ?

 

Alain Carignon – Pour éla­bo­rer son pro­jet avec les Grenoblois, le col­lec­tif de la société civile veut tra­vailler sur tout ce qui amé­lio­rera l’at­trac­ti­vité de la ville. Pour les mobi­li­tés, vous savez que – nous qui avons lancé le tram­way dans les années 80 – avons un pro­jet de mono­rail reliant Veurey à Crolles.

 

Concernant  la sécu­rité nous vou­lons réta­blir des camé­ras 24 heures sur 24 avec un PC opé­ra­tion­nel. Globalement, il s’a­git sur tous ces sujets de débattre avec les habi­tants de manière à ce qu’ils les construisent avec nous et se les appro­prient.

 

Deux cent ? Trois cent personnes devant le siège pour l'alternance à Grenoble ? © Joël Kermabon - Place Gre'net

Deux cents ? Trois cents per­sonnes devant le local de cam­pagne pour l’al­ter­nance à Grenoble ? © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Quant à l’en­vi­ron­ne­ment, force est de consta­ter que nous avons la muni­ci­pa­lité la plus rin­garde qui soit sur les ques­tions d’é­co­lo­gie ! Le pro­chain maire doit être un maire éco-res­pon­sable. Si ça passe par les mobi­li­tés, c’est aussi la mon­tagne de la bio­di­ver­sité à la Bastille avec la ferme modèle qui per­met­tra à tous les enfants des écoles d’a­voir un contact avec la nature.

 

Toutes ces pers­pec­tives vont faire de Grenoble la capi­tale euro­péenne de l’é­co­lo­gie. C’est à dire une ville exem­plaire qui reflète une image très posi­tive à l’ex­té­rieur et qui soit éga­le­ment très posi­tive à vivre.

 

Et puis, il y a aussi tout le domaine de la recherche, de l’u­ni­ver­sité et des jeunes entre­prises. Le pro­jet de Davos de l’intel­li­gence arti­fi­cielle per­met­tra à tout ce sec­teur d’é­vo­luer dans une ville dont il sera fier.

 

 

Que pouvez-vous dire des autres forces d’ores et déjà en présence ?

 

Alain Carignon -  Il y a un débat entre la muni­ci­pa­lité sor­tante et nous. Il y a le pro­jet de conti­nuer, dans un dog­ma­tisme vert, ce qu’Éric Piolle a fait durant les six années qui viennent de s’é­cou­ler. Et puis il y a l’autre pro­jet que nous avons qui est de por­ter Grenoble vers demain et d’en refaire une ville pion­nière dans les domaines de la tran­si­tion et de l’é­co­lo­gie.

 

Sur un écran, le décompte du lancement officiel. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sur un écran, le décompte de l’i­nau­gu­ra­tion offi­cielle du siège pour l’al­ter­nance. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Deux alter­na­tives vont s’of­frir à nous. Soit conti­nuer dans la pau­pé­ri­sa­tion de la ville et la ghet­toï­sa­tion des quar­tiers, soit l’o­rien­ter vers une requa­li­fi­ca­tion sen­sible à la tran­si­tion et à la sau­ve­garde de la pla­nète. Quant aux vel­léi­tés qu’ont cer­tains à droite de mon­ter une liste contre moi, on verra bien. Comme disait le géné­ral De Gaulle “Tout ce qui grouille, gre­nouille et scri­bouille n’a pas d’im­por­tance”.

 

Propos recueillis par Joël Kermabon

 

 

Ouverture Musée Champollion
commentez lire les commentaires
10244 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Il est vrai que les finances de la ville de la ville ont com­mencé à s’a­lour­dir après Alain Carignon, lui-même a gran­de­ment fait bais­ser la dette et sur­tout a mené une ges­tion abso­lu­ment exem­plaire et trans­pa­rente des des finances. D’ailleurs Dubedout qui était là avant lui n’a­vait rien lancé avant Carignon.
    D’ailleurs Grenoble à com­men­cer à être Grenoble avec Carignon…

    Bon mes­sage reçu les mili­tants poli­tiques ? Rien n’est blanc ou noir lais­sez nous élec­teur gre­no­blois faire notre choix.

    sep article
  2. On verra. En tout cas, il serait mille fois plus pro­duc­tif et pro­fes­sion­nel que les pas­tèques actuelles

    sep article
  3. Il y avait foule, 500 per­sonnes au moins étaient pré­sentes.

    sep article
  4. N’en déplaisent à tous ces élus incom­pé­tent qui voient poin­ter la case dehors, le plus com­pé­tent qu’est Alain Carignon a apporté en 2 man­dat 10 fois plus à Grenoble que les rigo­lots qui lui ont suc­cédé et qui ont flin­gué Grenoble !

    sep article
  5. Un véri­table suc­cès pour Alain Carignon avec des par­ti­sans de tous âges et ori­gines. Ses détrac­teurs l’ont en tra­vers, voir l’an­cien et peut être futur Maire de Grenoble sup­porté pour ses qua­li­tés (sans oubl­lier la société civile), eux qui n’ont rien d’autre que ses erreurs (qu’il a payé) à lui oppo­ser faute de mieux compte tenu de l’é­chec cui­sant d’Eric Piolle et de ses pré­dé­ces­seurs.

    sep article