Agression mortelle d’Olivier Mambakasa à Grenoble : la marche blanche suivie d’affrontements entre communautés

sep article

Notre indépendance c

 

FIL INFO – Une marche blanche avait lieu samedi 24 août à Grenoble en hommage à Olivier Mambakasa, quadragénaire d’origine congolaise poignardé à mort dans le quartier du Village olympique. Alors que le racisme anti-noir des agresseurs ne fait aucun doute pour les proches de la victime, cet hommage a été suivi de heurts à La Villeneuve, entre personnes originaires d’Afrique subsaharienne et du Maghreb.

 

 

Pour les membres de la com­mu­nauté congo­laise de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise et d’ailleurs, le motif raciste de l’a­gres­sion ne fait aucun doute. Le samedi 17 août au petit matin, Olivier Mambakasa était poi­gnardé par des indi­vi­dus d’o­ri­gine magh­ré­bine dans le quar­tier du Village olym­pique de Grenoble.

 

Peter Kashama, président de la Communauté congolaise de Grenoble © Peter Kashama - Facebook

Peter Kashama, pré­sident de la Communauté congo­laise de Grenoble. © Peter Kashama – Facebook

Originaire de la République démo­cra­tique du Congo, le qua­dra­gé­naire rési­dant à Beauvais se trou­vait alors en Isère pour rendre visite à des proches.

 

« Olivier a été traité de sale Noir par ses agres­seurs qui lui ont lancé des canettes. Il a essayé de se défendre. C’est alors qu’il a été frappé de plu­sieurs coups de cou­teau à la poi­trine », décrit Peter Kashama, cité dans un article du Parisien.

 

Pour le pré­sident de la com­mu­nauté congo­laise de Grenoble, le racisme anti-noir est clai­re­ment à l’o­ri­gine de l’a­gres­sion. Grièvement blessé, Olivier Mambakasa est décédé quelques jours plus tard.

 

 

Des heurts entre communautés ont suivi la marche blanche

 

C’est en son hom­mage, mais aussi pour crier leur colère, qu’en­vi­ron 300 per­sonnes ont par­ti­cipé à une marche blanche samedi 24 août, depuis la gare jus­qu’au lieu de l’a­gres­sion dans le quar­tier du Village olym­pique.

 

Des bou­gies et des fleurs ont été dépo­sées sur le sol, ainsi qu’un por­trait de la vic­time avec ces quelques mots : « Demandons jus­tice pour la mémoire de notre frère ». Une autre marche blanche est d’ores et déjà pré­vue le samedi 31 août.

 

Marche blanche en hommage à Olivier Manbakasa à Grenoble samedi 24 août. © Stéphane Gemmani - Facebook

Marche blanche en hom­mage à Olivier Manbakasa à Grenoble samedi 24 août 2019. © Stéphane Gemmani – Facebook

 

Si cette pre­mière marche blanche s’est dérou­lée dans le calme, elle n’en a pas moins occa­sionné des ten­sions entre com­mu­nau­tés. Le Dauphiné Libéré rap­porte ainsi des affron­te­ments entre jeunes Congolais et jeunes Maghrébins dans la nuit du dimanche 25 au lundi 26 août au cœur du quar­tier Villeneuve.

 

Et si rien n’est encore attesté, l’in­cen­die d’une épi­ce­rie afri­caine, gale­rie de l’Arlequin, dans le cou­rant de la même nuit semble ne pas rele­ver du hasard…

 

FM

 

commentez lire les commentaires
18746 visites | 18 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 18
  1. Stef, d’ac­cord avec vous. En effet, c’e­tait quoi le slo­gan de cam­pagne de Piolle ? « Réconcilier, pro­té­ger, inno­ver » ? Ahahah. Quand on voit que les asso­cia­tions anti-racisme et les élus sont si silen­cieux quant au racisme Noirs vs Marrons ou Marrons vs Noirs, alors qu’on les entend à cor et cri lorsque une agres­sion pré­ten­du­ment raciste est pro­fé­rée par des Blancs, on se dit que la « Métropole apai­sée  » n’est pas pour demain. Même rai­son­ne­ment s’a­gis­sant des chauf­fards à scoo­ter non cas­qués qui empoi­sonnent la vie des quar­tiers et qui sont pour­tant sans cesse excu­sés par les élus, alors que l’État, les Blancs et la police, sont eux sys­té­ma­ti­que­ment accu­sés de racisme !

    sep article
    • Les grands slo­gans idéa­listes de Monsieur Piolle, sont
      inau­dibles au regard de la réa­lité que vivent au quo­ti­dien
      les citoyens gre­no­blois.
      Il suf­fit de pas­ser en voi­ture vers 1 h du matin dans les rues
      gre­no­bloises, pour s’a­per­ce­voir que la ville est minée par la pros­ti­tu­tion
      qui me semble par­fois très juvé­nile .
      Devant l’i­ner­tie de la municipalité,les citoyens réagissent en créant
      des asso­cia­tions.
      L’association « Mon joli square » a pour but de recon­qué­rir le square
      Saint-Georges où la pros­ti­tu­tion de jeunes per­sonnes s’exerce à ciel
      ouvert. Les pitoyables pros­ti­tuées ne font pas cette acti­vité en toute
      liberté.Elles appar­tiennent à des réseaux mafieux.
      La déma­go­gie ver­bale ‚ne traite pas les pro­blèmes, elle les ampli­fie …

      sep article
  2. Curieusement ‚l’é­quipe gérante de la muni­ci­pa­lité (Vert/Ades), est en pointe
    pour prendre une posi­tion claire sur les grands pro­blèmes mon­diaux ‚(CETA ou la dénu­cléa­ri­sa­tion) et en même temps elle se trouve en inca­pa­cité d’empêcher
    la ville de se frag­men­ter en mul­tiples socié­tés. En favo­ri­sant le pro­ces­sus
    migra­toire, il aurait été judi­cieux de favo­ri­ser une coexis­tence des cultures
    dif­fé­rentes au lieu d’in­ci­ter par déma­go­gie à les oppo­ser .
    Le bilan de Grenoble, sur le « vivre ensemble en har­mo­nie »,est en échec total.
    La ville se dégrade chaque année un peu plus et ses rési­dents souffrent et
    par­fois meurent assas­si­nés .
    Aujourd’hui,c’est la famille d’Olivier qui est en deuil. A quand l’ar­rêt des vio­lences ?

    sep article
  3. Si la police est inca­pable (pas auto­ri­sée?) de gérer les conflits entre les deux hordes, qu’ils s’entretuent . C’est la loi de Darwin, on va pas pleu­rer

    sep article
  4. Des slo­gans rien que des slo­gans, [modéré : pro­pos dif­fa­ma­toires] Le pro­blème c’est que vous vous croyez tout per­mis, vous pen­sez avoir tout les droits ici en France mais aucun devoir. Et vous n’a­vez aucun remord

    sep article
  5. Réaction bien entendu stu­pide et condam­nable, mais en atten­dant, et actuel­le­ment, chiffres en mains, com­bien de noirs tués par des arabes parce que noirs et com­bien d’a­rabes assas­si­nés par des noirs parce qu’a­rabes ?
    Je ne suis pas sta­tis­ti­cien, mais l’ac­tua­lité locale me laisse à pen­ser qu’une com­mu­nauté souffre bien davan­tage des attaques de l’autre que cette der­nière des agres­sions de la pre­mière.

    sep article
  6. Ben si cer­taines marches blanches peuvent être inter­dites. Le racisme a tou­jours existé depuis la nuit des temps. Entre blancs, entre noirs,entre magh­ré­bins. Tous les jours, les hommes et femmes sont tués gra­tui­te­ment. Alors, il faut sim­ple­ment réflé­chir

    sep article
  7. Ben si, vous ne le savez donc pas ? Renseignez vous donc pour la pro­chaine fois. Amigo a rai­son. Il faut rai­son gar­der. ET réflé­chir

    sep article
  8. Pourquoi vous ne par­lez pas des slo­gans racistes anti-magh­ré­bins pen­dant la marche blanche ? « On va tuer les arabes » disaient cer­tains congo­lais

    sep article
    • Réaction bien entendu stu­pide et condam­nable, mais en atten­dant, et actuel­le­ment, chiffres en mains, com­bien de noirs tués par des arabes parce que noirs et com­bien d’a­rabes assas­si­nés par des noirs parce qu’a­rabes ?
      Je ne suis pas sta­tis­ti­cien, mais l’ac­tua­lité locale me laisse à pen­ser qu’une com­mu­nauté souffre bien davan­tage des attaques d’une autre.….

      sep article
  9. Voilà où nous mène le com­mu­nau­ta­risme, c’est à dire â toute essen­tia­li­sa­tion de l’in­di­vidu se fon­dant sur des caté­go­ries telles que type « noir/maghrébin », « racisé (quel terme hor­rible !)/non racisé), « musul­man »/« autres », etc. Vers l’af­fron­te­ment.

    sep article
  10. Je ne com­prends pas cet article par Place GreNet : entiè­re­ment com­posé de reprise d’autres médias (textes, pho­tos, pro­pos), il n’ap­porte aucune contri­bu­tion propre…
    Quelle est la valeur d’être un média local indé­pen­dant ?…

    sep article
    • PT

      26/08/2019
      18:50

      Place Gre’net n’a pas tou­jours l’ex­clu­si­vité de toutes les infor­ma­tions qui sortent ! Dans le cas pré­sent, il s’a­git d’un fait divers loin d’être anec­do­tique et qu’il nous a donc sem­blé utile de trai­ter sous forme de fil. Sachant que cer­tains de nos lec­teurs ne consultent pas (ou peu) d’autres médias et seraient donc pas­sés à côté de cette infor­ma­tion si nous ne l’a­vions pas relayée.
      Indépendamment de tout cela, il n’est bien sûr pas exclu que nous y reve­nions de manière plus détaillée dès que l’en­quête aura avancé.

      sep article
  11. quel gâchis… toutes mes condo­léances pour la famille et les proches,
    il ne faut pas que ce type de com­por­te­ment soit toléré.

    (alors pour la suite je m’ex­cuse du tour­billon de troll que je risque de sou­le­ver)
    mmm et on parle des termes « Gaouri « , du racisme envers les « blancs » et de leur valeur ?
    tapez quelques mots sur twit­ter et lisez les com­men­taires.
    Le sou­cis est le vivre ensemble et à Gre cer­taines com­mu­nauté se referment sur elles, veulent impo­ser leurs vues
    C’est mieux d’a­voir 3 res­tos dif­fé­rents que 3 res­tos fai­sant la même cui­sine.
    Il faut que à l’é­cole et dans la rue il y ai du res­pect pour tous, et des droits et devoirs pour tous.

    sep article
  12. curieu­se­ment, je n’ai pas vu de « marches blanches » à Grenoble ou Meylan, suite au viol dans la rue à la Tronche le 24 Juin d’une fille de 17 ans par un noir. Pas auto­ri­sées par la muni­ci­pa­lité gre­no­bloise ?

    sep article
    • PT

      26/08/2019
      18:42

      Sauf erreur de notre part, la muni­ci­pa­lité n’a rien à voir dans les auto­ri­sa­tions de marches blanches…

      sep article
      • Les marches blanches , ne sont pas juste des mani­fes­ta­tions ? vu que les ras­sem­ble­ments de groupe de per­sonnes doit être sou­mis à auto­ri­sa­tion ( pré­fet ou muni­ci­pa­lité ? )

        sep article
        • PT

          27/08/2019
          19:13

          Les mani­fes­ta­tions sont effec­ti­ve­ment sou­mises à auto­ri­sa­tion de la pré­fec­ture.

          sep article