Le FC Grenoble rugby sous les feux des projecteurs bien malgré lui

sep article

FOCUS – Lundi 13 mars, on apprenait qu’une enquête était ouverte par la police de Bordeaux suite la plainte d’une femme de 21 ans déposée pour un viol présumé qui impliquerait trois joueurs du FC Grenoble rugby après leur match en Gironde, samedi soir. Ce mardi 14 mars, le président du FCG Eric Pilaud a tenu une conférence de presse pour annoncer qu’au niveau sportif Bernard Jackman ne serait plus l’entraîneur grenoblois la saison prochaine, tout en précisant que cette décision n’avait rien à voir avec cette affaire.

 

 

 

Une partie du groupe du FCG rugby à l'entraînement. © Laurent Genin

Une par­tie du groupe du FCG rugby à l’en­traî­ne­ment. © LG

Grenoble vit déci­dé­ment une sai­son noire. Au-delà des résul­tats spor­tifs déce­vants – le FCG est 13e du Top 14 – c’est une affaire extra-spor­tive qui écla­bousse le club isé­rois. La semaine avait bien débuté pour le FCG, mais cela n’aura duré qu’une tren­taine de minutes.

 

Lundi vers 10 heures, Grenoble appre­nait en effet qu’il pour­rait peut-être être repê­ché spor­ti­ve­ment s’il ter­mi­nait à la 13e place du cham­pion­nat en fin de sai­son. Et pour cause, les deux clubs d’Ile-de-France, le Stade fran­çais et le Racing 92, ont annoncé leur fusion, à la sur­prise géné­rale, dès la sai­son pro­chaine. Et ainsi libéré une place en Top 14 et donné une vraie oppor­tu­nité au FCG de pou­voir se main­te­nir. Cette fusion doit tou­te­fois encore être enté­ri­née. Et cela demande confir­ma­tion que le 13e du cham­pion­nat sera bien main­tenu et non une autre for­mule rete­nue.

 

 

Droguée puis conduite dans un hôtel proche ?

 

 

Mais ce répit aura été de courte durée. France Bleu Gironde sor­tait dans la mati­née une véri­table bombe en indi­quant qu’une jeune femme avait porté plainte pour viol, une affaire qui impli­que­rait des rug­by­men gre­no­blois.

 

Eric Pilaud a dû se soumettre aux nombreuses questions, sportives et extra-sportives, des journalistes mardi 14 mars 2017. © LG

Eric Pilaud a dû se sou­mettre aux nom­breuses ques­tions, spor­tives et extra-spor­tives, des jour­na­listes mardi 14 mars 2017. © LG

Samedi 11 mars après la lourde défaite à Bordeaux (14−46), quelques joueurs, après le dîner, se seraient ren­dus en boîte de nuit. Là, la vic­time pré­su­mée, qui serait âgée de 21 ans, aurait alors été dro­guée puis conduite dans un hôtel proche, où elle aurait été vio­lée dans la nuit du 11 au 12 mars.

 

Trois joueurs du FCG pour­raient être impli­qués dans cette sor­dide affaire. Une enquête pour viol a été ouverte par la police bor­de­laise. Le club isé­rois a condamné avec la plus grande fer­meté ces faits s’il devaient être avé­rés.

 

 

 

Trois sujets d’actualité qui se télescopent pour le FCG

 

 

Mardi après-midi, le pré­sident du FCG Eric Pilaud a pris la parole lors d’une confé­rence de presse. Et comme il l’a sou­li­gné au début de son inter­ven­tion : « Il y a trois sujets qui mal­heu­reu­se­ment se téles­copent. »

 

Outre la fusion Racing-Stade fran­çais, qui pour­rait chan­ger des choses pour le FCG, et cette affaire de viol pré­sumé, Eric Pilaud a annoncé que Bernard Jackman ne serait plus l’en­traî­neur de Grenoble la sai­son pro­chaine. Une déci­sion qui n’a rien à voir avec l’af­faire en ques­tion.

 

Bernard Jackman, au centre, ne sera plus l'entraîneur du FCG la saison prochaine. L'annonce a été faite par Eric Pilaud mardi 11 mars au cours d'une conférence de presse au stade Lesdiguières. Cette décision est sportive et n'a rien à voir avec l'affaire de viol présumé qui impliquerait trois joueurs du FCG. © LG

Bernard Jackman, au centre, ne sera plus l’en­traî­neur du FCG la sai­son pro­chaine. L’annonce a été faite par Eric Pilaud mardi 11 mars au cours d’une confé­rence de presse au stade Lesdiguières. Une déci­sion pure­ment spor­tive. © LG

 

« On s’é­tait donné ren­dez-vous sur le match de Bordeaux (14−46) », a expli­qué le pré­sident du FCG. « La ques­tion n’é­tait pas de gagner ou de perdre mais, là, il a man­qué beau­coup d’in­gré­dients et c’est iro­nique de voir que le seul ingré­dient qui n’a pas man­qué c’é­tait la conquête [les joueurs n’ont pas mis l’en­ga­ge­ment et la saine agres­si­vité néces­saires pour tout match de rugby notam­ment, ndlr]. On a vu des pro­grès mais on a consi­déré que ce n’é­tait pas suf­fi­sam­ment sta­bi­lisé pour par­tir en toute confiance la sai­son pro­chaine en se disant : on a tous les ingré­dients. »

 

Il reste six matches aux Grenoblois pour se main­te­nir, en conso­li­dant dans un pre­mier temps leur 13e place. Bayonne, der­nier, est actuel­le­ment cinq points der­rière le FCG. Avec cette déci­sion, Eric Pilaud a sou­haité créer un « élec­tro­choc » dans le groupe. Désormais les joueurs doivent assu­mer leurs res­pon­sa­bi­li­tés pour cette « mis­sion com­mando ». Ils seront enca­drés par l’en­traî­neur des avants Aaron Dundon et le coach des arrières Mike Prendergast, ainsi que le spé­cia­liste du jeu au pied Philippe Doussy.

 

 

 

Très marqué, Eric Pilaud déplore l’opprobre jeté sur tout le FCG

 

 

Concernant cette affaire de viol pré­sumé, on a senti un Eric Pilaud très ému. Il a indi­qué que « si les faits étaient avé­rés, [c’é­tait] répu­gnant et inac­cep­table » tout en vivant mal que l’op­probre soit jetée sur tout un club et son entou­rage.

 

Le président du FCG Eric Pilaud, ici après une victoire face à Toulouse en décembre 2016, a annoncé mardi qu'il voulait créer un "électrochoc" à six matches de la fin de la saison. © LG

Le pré­sident Eric Pilaud, ici après une vic­toire face à Toulouse en décembre 2016, a annoncé qu’il ne dili­gen­te­rait pas une enquête interne au FCG concer­nant l’af­faire de viol pré­sumé, qu’il lais­sait la police enquê­ter. © LG

« C’est une situa­tion extrê­me­ment déli­cate à vivre pour nous tous », a t‑il déclaré au bord des larmes. « Je ne vais pas jouer la vic­time. Si vic­time il y a, c’est bien évi­dem­ment à elle que je pense, mais aujourd’­hui nos familles, les joueurs, sont asso­ciés dans la tête des gens – l’amalgame est vite fait – à quelque chose qui pour­rait être extrê­me­ment sor­dide. Ce n’est juste pas accep­table. Je vous [les médias, ndlr] demande de nous res­pec­ter. »

 

Eric Pilaud sou­haite donc que l’en­quête avance vite pour espé­rer petit à petit tour­ner la page et se foca­li­ser sur la dimen­sion spor­tive. Pour pro­té­ger les joueurs, les entraî­ne­ments sont excep­tion­nel­le­ment fer­més à la presse toute cette semaine. De fait, Grenoble a besoin de se ras­sem­bler dans ces temps très com­pli­qués alors qu’il reçoit Toulon dimanche (17 heures) en Top 14.

 

 

LG

 

commentez lire les commentaires
1933 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.