Théâtre Bastille. © Joel Kermabon - placegrenet.fr

À la Bastille ! Un fes­ti­val pour rire, pen­ser et réfléchir

À la Bastille ! Un fes­ti­val pour rire, pen­ser et réfléchir

REPORTAGE VIDÉO – La troi­sième édi­tion de « À la Bastille ! », le fes­ti­val de théâtre en plein air de la Bastille bat son plein. Au pro­gramme, du 1er au 15 août, pas moins de trente spec­tacles mêlant théâtre, danse, musique et confé­rences éco­lo­giques, éthiques ou poli­tiques. Le tout en plein air sur les ter­rasses bor­dant les contre­forts du fort de la Bastille. Retour sur un« fes­ti­val enso­leillé pour rire pen­ser et même réfléchir ».

Une fois par­venu à la gare haute du télé­phé­rique, il faut encore faire quelques pas sur le sen­tier des­cen­dant vers la porte de France pour déni­cher le lieu où se déroule le spec­tacle du jour. A tra­vers le feuillage bor­dant le sen­tier, on per­çoit quelques éclats de dia­logues hachés par le vent souf­flant en rafales.

Une scène "naturelle" sur les contreforts de la Bastille. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Une scène « natu­relle » sur les contre­forts de la Bastille. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La scène, natu­relle, se situe en contre­bas de quelques marches irré­gu­lières déli­mi­tées par des ron­dins. Pas d’es­trade, pas de régie ni d’am­pli­fi­ca­tion. Spectateurs et acteurs sont au même niveau, favo­ri­sant ainsi la proximité.

Deux comé­diens se tiennent là, se don­nant la réplique devant une maigre assis­tance. Il est vrai que la météo, avec la menace d’o­rages immi­nents, est bien loin d’être enga­geante ce samedi 8 août, ceci expli­quant en par­tie cela. Mais pas seulement.

Une com­mu­ni­ca­tion un peu tar­dive, voire confi­den­tielle, n’a peut-être pas per­mis de tou­cher un public déjà rare sur Grenoble en cette période d’été. L’entreprise n’en demeure pas moins cou­ra­geuse : mon­ter un fes­ti­val entiè­re­ment gra­tuit et hors-normes.

Un fes­ti­val de théâtre anar­chiste, alter­na­tif et autogéré

« Burn août », tel était le titre de la pièce jouée ce jour là par Christine Favaro et Philippe Bazatole, pré­sident de la com­pa­gnie Les Bleus de Sassenage, tous deux coor­di­na­teurs du fes­ti­val. Une « comé­die sans queue ni tête, citoyenne, sociale et liber­taire », écrite par le direc­teur de la com­pa­gnie, dont les plâtres ont notam­ment été essuyés lors du fes­ti­val “off” d’Avignon cet été.

De gauche à droite : Philippe Bazatole, Christine Favaro. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Philippe Bazatole, Christine Favaro. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Complices sur la scène comme à la ville, les deux acteurs se délectent à dépeindre, avec une jubi­la­tion non feinte, des scènes de la vie de tous les jours, des com­por­te­ments “ordi­naires”.

Mêlant humour, poé­sie et fan­tai­sie à des tirades – détour­nées – emprun­tées à Cyrano de Bergerac ou encore à Phèdre, ils tendent ainsi un miroir aux spec­ta­teurs qui ne peuvent man­quer de s’y recon­naître. Le tout sur fond de consi­dé­ra­tions éco­lo­giques, socié­tales et politiques.

Pour autant, bien que les per­son­na­li­tés poli­tiques soient sou­vent égra­ti­gnées, ce n’est jamais viru­lent ou agres­sif. Les mes­sages passent en dou­ceur. « Des fois, “ça pique”, mais ce n’est jamais méchant, gra­tuit », sou­ligne Philippe Bazatole. « Le ton est, il est vrai, réso­lu­ment anar­cho-liber­taire, mais c’é­tait aussi notre sou­hait de créer un fes­ti­val de théâtre anar­chiste, alter­na­tif et auto­géré. » L’acteur en est convaincu, la démarche est cohé­rente : « Nous ne sommes pas mar­qués poli­ti­que­ment, mais nous nous ins­cri­vons dans une démarche citoyenne active. Nous sommes pour une démo­cra­tie directe », assure-t-il.

Scène de la pièce "Burn août ". © Joël Kermabon - Place Gre'net

Scène de la pièce « Burn août ». © Joël Kermabon – Place Gre’net

Pour étayer ses pro­pos, Philippe Bazatole évoque une autre facette du fes­ti­val. « Outre les dif­fé­rents spec­tacles, nous orga­ni­sons éga­le­ment des confé­rences-débats éthiques, poli­tiques, dans le sens noble du terme, où l’on parle de la chose com­mune. »

C’est ainsi que Mathilde Anstett et Sylvain Rochex, si la météo l’a­vait per­mis*, auraient animé, lundi 10 août, une confé­rence inti­tu­lée « Il faut tout un vil­lage pour édu­quer un enfant » (pro­verbe séné­ga­lais), sur le thème de la désco­la­ri­sa­tion posi­tive et ico­no­claste.

Un autre thème sera abordé ce ven­dredi 14 août, à 18 heures : « L’art dra­ma­tique : une pra­tique indis­ci­pli­née ». Une confé­rence qui sera sui­vie d’un débat avec Viviane Huys, his­to­rienne de l’art, diplô­mée en phi­lo­so­phie du lan­gage et doc­teure en histoire.

Réalisation Joël Kermabon

« Ce n’est pas sau­grenu d’or­ga­ni­ser un fes­ti­val gratuit ! »

Le fes­ti­val ne béné­fi­cie d’au­cune sub­ven­tion. Son orga­ni­sa­tion ne repose que sur le béné­vo­lat. Mais contrai­re­ment à ce que l’on pour­rait pen­ser, pour Philippe Bazatole, le finan­ce­ment, bien que non négli­geable, n’est pas le pro­blème prin­ci­pal. « Nous n’a­vons pas réel­le­ment besoin d’argent. Nous avons besoin d’une com­mu­ni­ca­tion sérieuse et sou­te­nue en amont et aussi d’un sou­tien moral de la mai­rie », expose le comédien.

Pour cette troi­sième édi­tion, la ville de Grenoble figure bien parmi les quelques par­te­naires du fes­ti­val. Mais en quoi consiste ce par­te­na­riat ? « Elle est par­te­naire dans le sens où elle ne s’op­pose pas au fes­ti­val. Ils nous ont relayés sur le site de la ville de Grenoble, tout comme l’a fait la régie du télé­phé­rique, sans pour autant nous sou­te­nir finan­ciè­re­ment si l’on fait excep­tion d’une qua­ran­taine d’al­lers-retours gra­tuits dans les bulles », constate Philippe Bazatole.

Après le théâtre, la musique avec le Collectif des musiciens de Chartreuse. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Après le théâtre, la musique avec le Collectif des musi­ciens de Chartreuse. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Selon ce der­nier, la mai­rie avait déjà été appro­chée juste après l’é­di­tion 2014. La muni­ci­pa­lité n’a­vait alors pas donné de suites, sans doute « encore débor­dée par sa récente arri­vée aux affaires », tente d’ex­pli­quer l’acteur.

« Nous sou­hai­tons à la ren­trée pou­voir éta­blir des contacts sérieux avec eux et qu’ils puissent nous entendre. Ce n’est pas une idée sau­gre­nue que d’or­ga­ni­ser un fes­ti­val gra­tuit. Ça ne coûte rien à la col­lec­ti­vité », sou­ligne Philippe Batazole.

En atten­dant, le fes­ti­val suit son cours jus­qu’au 15 août. Malgré une météo fluc­tuante, les orga­ni­sa­teurs gardent une moti­va­tion intacte. Si vous mon­tez à la Bastille (ou en redes­cen­dez) sur le coup de 16 heures et que vous enten­dez quelques répliques, vous êtes au bon endroit ! Prenez le temps de vous arrê­ter et d’as­sis­ter à l’une des repré­sen­ta­tions offertes par ce petit fes­ti­val qui aime­rait bien, un jour, jouer dans la cour des grands.

Joël Kermabon

Pour en savoir plus : consul­tez la pro­gram­ma­tion sur le site offi­ciel du festival.

* Suite à l’an­nu­la­tion de la confé­rence, l’ar­ticle a été modi­fié le 11 août 2015 à 11 h 45.

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Etien' en train de peindre une une fresque à Galienni lors du Street Art Fest 2021 (c) Ilan Khalifa--Delclos | Place Gre'net
Le Street Art Fest Grenoble-Alpes est-il en dif­fi­culté à cause du « désen­ga­ge­ment » des col­lec­ti­vi­tés publiques ?

FOCUS - Au lendemain de l’annulation de l’événement « Bomb » qui devait ouvrir la 10e édition du Street Art Fest Grenoble-Alpes, le directeur du festival Lire plus

Le Muséum de Grenoble propose un bond de 300 millions d'années dans le passé à la rencontre du carbonifère
Le Muséum de Grenoble pro­pose un bond de 300 mil­lions d’an­nées dans le passé à la ren­contre du carbonifère

ÉVÉNEMENT - Le Muséum de Grenoble invite à un voyage dans le temps... pour remonter très (très) loin dans le passé de notre planète. Avec Lire plus

Histoires d'eau, une nouvelle exposition hors les murs du Musée de Grenoble à la bibliothèque Abbaye-les-Bains
Histoires d’eau, une nou­velle expo­si­tion hors les murs du Musée de Grenoble à la biblio­thèque Abbaye-les-Bains

ÉVÉNEMENT - Pour la dix-neuvième édition de ses expositions hors les murs, après avoir notamment investi la maison des habitants Teisseire-Malherbe en 2022 et la Lire plus

La réponse au vitriol du conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol à la Ville de Grenoble
MJC-Théâtre Prémol : la réponse au vitriol du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion à la Ville de Grenoble

FOCUS - Le conseil d'administration de la MJC-Théâtre Prémol a adressé une réponse au vitriol à la Ville de Grenoble, qui lui avait envoyé un Lire plus

Le festival Regards croisés, dédié à l'écriture (et la lecture) théâtrale contemporaine, de retour sur Grenoble
Le fes­ti­val Regards croi­sés, dédié à l’é­cri­ture (et la lec­ture) théâ­trale contem­po­raine, de retour sur Grenoble

ÉVÉNEMENT - La 24e édition du festival Regards croisés prend son envol sur la région grenobloise avec des rendez-vous à Fontaine, Pont-de-Claix, Grenoble et Le Lire plus

Simone, une exposition itinérante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la bibliothèque Mi-Plaine de Meylan
Simone, une expo­si­tion iti­né­rante dédiée à Simone Lagrange, à voir à la biblio­thèque Mi-Plaine de Meylan

ÉVÉNEMENT - La bibliothèque Simone-Lagrange/Mi-Plaine de Meylan accueille du mercredi 22 mai au samedi 29 juin 2024 la première étape de l'exposition itinérante Simone, organisée Lire plus

Flash Info

Les plus lus

Agenda

Je partage !