Olivier Gonnet, nouveau président du Conseil régional des notaires de la cour d'appel de Grenoble

Olivier Gonnet, nou­veau pré­sident du Conseil régio­nal des notaires de la cour d’ap­pel de Grenoble : « Nous sommes débordés ! »

Olivier Gonnet, nou­veau pré­sident du Conseil régio­nal des notaires de la cour d’ap­pel de Grenoble : « Nous sommes débordés ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

TROIS QUESTIONS À – Olivier Gonnet vient de prendre ses fonc­tions comme pré­sident du Conseil régio­nal des notaires de la cour d’appel de Grenoble. Un Conseil qui regroupe trois dépar­te­ments : l’Isère, la Drôme et les Hautes-Alpes. Notaire dans une étude à Embrun depuis 2003, Olivier Gonnet suc­cède à Mathieu Fontaine pour un man­dat de deux ans non renou­ve­lable. Il a aupa­ra­vant occupé la fonc­tion de vice-pré­sident pour mieux se pré­pa­rer à la tâche qui lui incombe.

PLACE GRE’NET – La crise de la Covid et les confi­ne­ments ont-ils eu un impact sur l’ac­ti­vité des notaires ? Comment les études se sont-elles adap­tées aux nou­velles règles sanitaires ?

OLIVIER GONNET – Il y a eu des impacts. Il se peut que des jeunes aient mal­heu­reu­se­ment choisi de s’ins­tal­ler au moment où la pan­dé­mie et sur­tout le confi­ne­ment ont com­mencé. Cependant, quand nous sommes sor­tis du confi­ne­ment, je me suis dit à titre per­son­nel que nous n’al­lions rien faire pen­dant quatre mois. Et, en fait, pas du tout ! Comme beau­coup de pro­fes­sion­nels, nous avons une lec­ture de l’a­ve­nir très dif­fi­cile à faire.

Olivier Gonnet, nouveau président du Conseil régional des notaires de la cour d’Appel de Grenoble © Conseil régional des notaires

Olivier Gonnet, nou­veau pré­sident du Conseil régio­nal des notaires de la cour d’appel de Grenoble. © Conseil régio­nal des notaires

En matière d’a­dap­ta­tion, les outils exis­taient déjà mais se déployaient len­te­ment. Il y a une cer­taine solen­nité à signer les actes sur papier, à se rendre chez le notaire pour avoir l’en­semble des expli­ca­tions quand on achète, pour ren­con­trer le ven­deur, pour visi­ter une der­nière fois le bien, pour la trans­mis­sion des clés… Tout cela a été balayé par le pre­mier confi­ne­ment ! Il y a un vrai chan­ge­ment d’ha­bi­tude. On nous demande des ren­dez-vous en visio. La signa­ture à dis­tance s’est déployée très rapidement.

Nous avons été encou­ra­gés finan­ciè­re­ment par le Conseil supé­rieur du nota­riat à nous équi­per et inci­tés à prê­ter nos ins­tal­la­tions à ceux qui ne l’é­taient pas encore. Car quand tout le monde a com­mandé le même type d’é­qui­pe­ment au début du confi­ne­ment, il y a eu un effet de gou­lot d’é­tran­gle­ment. Il y a donc une soli­da­rité finan­cière dans le prêt des locaux et du maté­riel. La confra­ter­nité qu’on connais­sait, très forte entre notaires, l’un des métiers où elle exis­tait le plus, a ten­dance à dis­pa­raître un peu, mais il y a quand même encore des sys­tèmes de solidarité !

PLACE GRE’NET – L’immobilier repré­sente le “gros” de l’ac­ti­vité nota­riale. Comment celui-ci se porte-t-il depuis la crise sani­taire et suite aux périodes de confinement ?

Les gens se sont aperçu qu’ils n’é­taient peut-être pas logés confor­ta­ble­ment, qu’ils n’é­taient pas satis­faits de leur loge­ment, qu’ils vou­laient plus grand ou par­tir dans un autre lieu… Il y a eu véri­ta­ble­ment une prise de conscience de la part des clients d’une volonté et d’un besoin de chan­ger de lieu de rési­dence, voire de rési­dence secon­daire. Résultat : le mar­ché depuis mai 2020 est extrê­me­ment dyna­mique ! J’aurais presque ten­dance à dire que ce qui limite aujourd’­hui le nombre de muta­tions, c’est le manque de biens à vendre. Chaque mois, je me dis que cela ne peut pas durer comme cela indé­fi­ni­ment, mais pour le moment ça dure…

Chambre des notaires à Seyssins © Florent Mathieu - Place Gre'net

Chambre des notaires à Seyssins. © Florent Mathieu – Place Gre’net

Nous ne sommes pas les seuls : les cui­si­nistes sont débor­dés, les ven­deurs de mate­las ou de cana­pés sont débor­dées… Il y a eu une prise de conscience du confort que l’on peut tirer de son loge­ment et beau­coup de gens sautent le pas. Les arti­sans sont très contents, les agences immo­bi­lières sont très contentes. Après, il reste dif­fi­cile de savoir com­ment tout cela va évo­luer dans le temps.

Je pense aussi que le mar­ché immo­bi­lier en France est sain : quand on achète et que l’on revend de la pierre, il peut y avoir un peu de moins-value, mais on ne fait jamais de mau­vaises affaires. Certaines per­sonnes se sont peut-être dit que l’argent sur les contrats d’as­su­rance-vie ne rap­por­tait plus grand-chose et que la garan­tie des banques était un peu fra­gi­li­sée. Environ 5 % des gens ont en tout cas décidé de sor­tir de l’é­pargne pour acqué­rir de l’im­mo­bi­lier. Et 5 % sur un por­te­feuille, ça fait beau­coup de clients.

PLACE GRE’NET – Le notaire a un regard par­ti­cu­lier sur les familles, à tra­vers les mariages, les divorces ou encore les décès. Avez-vous senti un effet de la crise sani­taire sur cette part de votre activité ?

Malheureusement, sur une aug­men­ta­tion des décès, oui. À titre d’exemple, dans notre étude, nous fai­sons habi­tuel­le­ment entre 110 et 120 suc­ces­sions par an. Nous en avons fait 150 l’an­née der­nière. Et je pense que tous les notaires ont mal­heu­reu­se­ment vu cette augmentation.

Le confi­ne­ment a aussi été un moment de réflexion. Les gens se sont demandé si ce n’é­tait pas le moment de don­ner à leurs enfants. Nous avons vu des par­tages : quand vous étiez en indi­vi­sion avec votre frère ou votre sœur, c’é­tait l’oc­ca­sion de réfléchir.

Le Palais de justice de Grenoble. Les notaires sont placés sous l'autorité du procureur de la République © Place Gre’net - Tim Buisson

Le Palais de jus­tice de Grenoble. Les notaires sont pla­cés sous l’au­to­rité du pro­cu­reur de la République. © Place Gre’net – Tim Buisson

En ce qui concerne les mariages, les gens ne se sont pas mariés parce que les céré­mo­nies n’é­taient pas pos­sibles, mais nous consul­taient quand même sur les contrats de mariage ou les contrats de Pacs. Et puis, des gens non mariés ou pac­sés mais qui vou­laient tout de même ache­ter ensemble nous ont aussi sollicités.

J’ai vu quelques divorces, un petit peu plus à la sor­tie du confi­ne­ment. Quand vous êtes enfer­més chez vous et que vous ne vous sup­por­tez plus, ce n’est pas facile de faire une visio pour cela ! Nous avons été sol­li­ci­tés. Nous avons constaté un rythme de sépa­ra­tions ou de divorces un peu plus fort… mais ce n’est pas une explosion.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Florent Mathieu

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Urgences "adaptées": la Ville de Grenoble et les sénateurs Michel Savin et Frédérique Puissat réagissent
Urgences « adap­tées » : la Ville de Grenoble et les séna­teurs Michel Savin et Frédérique Puissat réagissent

FLASH INFO – Alors que le service des urgences (nocturnes) du CHU Grenoble-Alpes passe en fonctionnement "adapté" à compter du lundi 27 juin, des réactions Lire plus

A droite, le Haut Bois du bailleur Actis livré début 2022. En face, Bouygues immobilier construit l'immeuble Aromatik, 53 logements répartis sur deux bâtiments dont l'un s'élèvera sur 10 étages, vendredi 13 mai 2022. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Réquisitions, loge­ments sociaux, enca­dre­ment des loyers… La majo­rité gre­no­bloise avance ses propositions

DÉCRYPTAGE - Le groupe Grenoble en commun a dévoilé son futur projet sur le logement. Des propositions déclinées dans une délibération cadre présentée lors du Lire plus

La librairie la caverne (c) Elias Muhlstein - Place Gre'net
La Caverne, une nou­velle librai­rie indé­pen­dante qui veut faire vivre le livre à Grenoble

EN BREF - Phénomène rare de nos jours, une nouvelle librairie indépendante vient d'ouvrir à Grenoble : la Caverne, située 11 rue Montorge. Son propriétaire, Lire plus

éco-tourisme vélo montagne © La Métro
Cet été, Grenoble Alpes Tourisme pro­meut plus encore l’é­co­tou­risme et le décarboné

EN BREF - En cette fin du mois de juin 2022, Grenoble Alpes Tourisme lance sa saison estivale. Une saison privilégiant un tourisme plus lent, Lire plus

Le « Groupe Électrogène Zéro Émission » se présente comme une alternative écologiquement viable aux groupes électrogènes diesel classiques © Enedis
Transition éco­lo­gique : Enedis Alpes expé­ri­mente son « groupe élec­tro­gène zéro émis­sion » en Isère

EN BREF - Dans le cadre de travaux de fiabilisation d’une ligne électrique réalisés le 16 juin 2022 sur la commune du Passage, en Isère, Enedis Lire plus

Un marché de l'immobilier qui se porte bien en Isère, vante la Chambre des notaires
Un mar­ché de l’im­mo­bi­lier qui se porte bien en Isère, vante la Chambre des notaires

FOCUS - La Chambre des notaires de l'Isère dresse un premier bilan des tendances de l'immobilier sur l'Isère et Grenoble pour l'année 2021. Les ventes Lire plus

Flash Info

|

28/06

9h18

|

|

27/06

15h07

|

|

27/06

11h44

|

|

27/06

11h06

|

|

27/06

10h59

|

|

24/06

13h49

|

|

24/06

10h01

|

|

24/06

8h54

|

|

23/06

15h35

|

|

23/06

13h00

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 36 : « Les dif­fi­cul­tés à exer­cer le métier de jour­na­liste dans cer­tains quartiers »

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF épi­sode 35 : « Le second tour des légis­la­tives en Isère »

Législatives| Carte inter­ac­tive légis­la­tives 2022 : l’en­semble des résul­tats du second tour en isère

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin