Le futur nouveau maire de Lyon Grégory Doucet (EELV) réclame la fermeture du Lyon-Turin

sep article



 

FLASH INFO - Les récentes déclarations du futur nouveau maire EELV de Lyon* remettent les opposants au Lyon-Turin sur les rails.

 

Dans un entre­tien accordé le 1er juillet à La Stampa, Grégory Doucet avait qua­li­fié la ligne à grande vitesse de « pro­jet erroné ». « lI faut le fer­mer [le pro­jet, ndlr], avait-il jugé. Entre notre ville et Turin, une ligne existe déjà, inves­tis­sons dans celle-là et dans le reste des infra­struc­tures fer­ro­viaires fran­çaises. »

 

Grégory Doucet, le nouveau maire de Lyon © capture d'écran France 3 AuvergneRhône-Alpes

Grégory Doucet, le nou­veau maire de Lyon. © cap­ture d’é­cran France 3 AuvergneRhône-Alpes

Des pro­pos qui ont fait bon­dir le Comité pour la Transalpine, fervent défen­seur du Lyon-Turin. Pour qui la ligne his­to­rique n’a pas les capa­ci­tés suf­fi­santes pour sup­por­ter le tra­fic.

 

« Après avis des ingé­nieurs sécu­rité de la Commission inter­gou­ver­ne­men­tale en date du 8 novembre 2016, de sévères contraintes de cir­cu­la­tion et de croi­se­ments des trains dans l’ouvrage ont été déci­dées, rap­pelle le Comité.

 

 

Le nombre maxi­mum de convois pou­vant cir­cu­ler dans l’ouvrage est aujourd’hui de 54 trains par jour (voya­geurs, fret et main­te­nance) selon SNCF Réseau. Cela repré­sente une capa­cité rési­duelle d’environ 5 % en période de pointe. »

 

« De nou­velles res­tric­tions sont envi­sa­gées pour limi­ter les cir­cu­la­tions à 42 trains par jour pour garan­tir la sécu­rité des voya­geurs. Pendant ce temps, les oppo­sants éco­lo­gistes pré­tendent, sans aucune argu­men­ta­tion, pour­voir faire pas­ser plus de 150 trains par jour dans ce tun­nel. »

 

Une aberration économique pour Grégory Doucet

 

Grégory Doucet n’est pas le pre­mier à prendre ouver­te­ment posi­tion contre le Lyon-Turin. Si les com­munes n’ont pas com­pé­tence en matière de fer­ro­viaire, elles ont voix au cha­pitre. En 2016, la Ville de Grenoble s’é­tait ainsi reti­rée du pro­to­cole d’in­ten­tion et avait refusé de par­ti­ci­per au finan­ce­ment de la ligne. Rejoignant en cela les adver­saires du Lyon-Turin, emme­nés par Daniel Ibanez, qui dénoncent sur les pas de Grégory Doucet une ligne sous-uti­li­sée.

 

Ceux-ci fus­tigent, dans la fou­lée de nom­breux rap­ports, notam­ment de la Cour des comptes, une « stu­pi­dité éco­no­mique » avec un pro­jet dont la note a gon­flé à 26 mil­liards d’eu­ros. Mais aussi une « impos­ture éco­lo­gique », entre les nui­sances et des­truc­tions géné­rées par le chan­tier et un impact sur la baisse des émis­sions de CO2 sur­éva­lué selon eux.

 

 

  • * Le nou­veau maire de Lyon sera élu samedi 4 juillet.

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3485 visites | 5 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 5
  1. Même la Cour des Comptes s’é­lève contre le prix exor­bi­tant de ce monu­ment à englou­tir l’argent public :
    « Quinze ans de retard et 4,4 mil­liards de sur­coûts : la Cour des comptes euro­péenne épingle le Lyon-Turin »
    Il faut arrê­ter les frais et repen­ser l’exis­tant.

    sep article
  2. Bienvenue au club les lyon­nais. Votre nou­veau maire s’oc­cupe déjà de ce qui n’est pas de sa res­pon­sa­bi­lité et d’en par­ler aux média, comme ici à Grenoble depuis 6 ans.
    Ne vous éton­nez pas si Lyon devient rapi­de­ment aussi crade que Grenoble, c’est juste que votre maire à mieux à faire que net­toyer sa ville.

    sep article
  3. chouette
    on ira en voi­ture. ou en avion.
    atten­dez.….?!

    N’empeche que à ce jour tout ce qui a couté cher en infra est utile quand même
    Pourquoi s’emmerder à faire des trains ?
    Cela va relier nos deux régions. en on fera du busi­ness, tou­risme entre régions.
    Purée il faut ARRETER de s’en­cla­ver.
    Et il pro­pose quoi à la place ?

    sep article
    • Ben vous connais­sez la réponse : le vélo.

      sep article
      • @desintox mince ! Elle est bonne celle là, je ne l’a­vais pas vue venir

        sep article