Violences conjugales : Laurent Wauquiez lance un plan d’urgence régional et obtient le SMS d’alerte au niveau national

sep article



 

EN BREF — Alors que les interventions des forces de l’ordre suite à des violences conjugales ont augmenté de 30 % depuis le début de la période de confinement, Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, lance un plan d’urgence pour les victimes. Au programme : des places d’hébergement supplémentaires et un soutien logistique aux associations. Il vient en outre d’obtenir la mise en place d’une plateforme d’envoi de SMS d’urgence au niveau national.

 

 

Depuis le début de la période de confi­ne­ment, les inter­ven­tions de police pour cause de vio­lences intra­fa­mi­liales ont aug­menté de 30 %, a fait savoir le minis­tère de l’Intérieur. De quoi inci­ter le Conseil régio­nal Auvergne-Rhône-Alpes à acti­ver un plan d’ur­gence pour les vic­times. « Notre devoir est de répondre au mieux à la détresse de ces femmes et de leurs enfants », a ainsi déclaré son pré­sident Laurent Wauquiez.

 

Le président de Région Laurent Wauquiez © Patricia Cerinsek - Place Gre'net

Confinement : un SMS d’ur­gence anti-vio­lences conju­gales Le pré­sident de Région Laurent Wauquiez. © Patricia Cerinsek – Place Gre’net

 

Le plan en ques­tion ? La mise à dis­po­si­tion d’en­vi­ron 60 nou­veaux loge­ments d’ur­gence pour héber­ger les vic­times et leurs enfants, le tout avec une prise en charge des loyers et des besoins ali­men­taires, « en lien avec le tissu asso­cia­tif ». Les loge­ments viennent en com­plé­ment des 117 places d’hé­ber­ge­ment déjà finan­cées par la Région, qui s’est fixé pour objec­tif 300 loge­ments d’ici l’an­née 2021.

 

 

Mise à disposition des internats de lycées pour les situations d’urgence

 

Autres mesures : le conseil régio­nal annonce mettre à dis­po­si­tion des inter­nats de lycées (actuel­le­ment fer­més) à l’in­ten­tion des acteurs de la lutte contre les vio­lences conju­gales « afin d’accueillir en urgence les femmes vic­times et leurs enfants ». La Région finance éga­le­ment l’a­bon­ne­ment à une pla­te­forme de visio­con­fé­rence pour main­te­nir le lien entre asso­cia­tions et vic­times, « et per­mettre ainsi un meilleur accom­pa­gne­ment au quo­ti­dien ».

 

Manifestation de la Journée internationale des Droits des femmes 2019 à Grenoble © Florent Mathieu - Place Gre'net

Confinement : un SMS d’ur­gence anti-vio­lences conju­gales Manifestation de la Journée inter­na­tio­nale des droits des femmes 2019 à Grenoble. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

Enfin, la Région tra­vaille sur « un plan de com­mu­ni­ca­tion glo­bal […] pour favo­ri­ser la vigi­lance citoyenne et la prise en charge des situa­tions à risque ». Elle vient d’ob­te­nir ce mardi 31 mars la mise en place « d’une pla­te­forme d’envoi de SMS d’urgence », en plus des numé­ros d’ur­gence déjà exis­tants. Une piste rete­nue par le minis­tère de l’Intérieur suite à une sai­sine du gou­ver­ne­ment par Laurent Wauquiez.

 

ALERTE PAR SMS AU 114

 

Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a annoncé la mise en place, dès ce mer­credi 1er avril, d’un dis­po­si­tif d’a­lerte à des­ti­na­tion des vic­times de vio­lences intra­fa­mi­liales durant cette période de confi­ne­ment.

 

Celles-ci pour­ront désor­mais don­ner l’a­lerte grâce à un « simple texto » adressé au 114. Les opé­ra­teurs pré­vien­dront alors les forces de l’ordre et leur com­mu­ni­que­ront les coor­don­nées de la vic­time afin qu’elles puissent inter­ve­nir. « C’est un dis­po­si­tif qui est au départ porté par le CHU de Grenoble et est dédié aux per­sonnes sourdes et mal­en­ten­dantes […] », a pré­cisé Christophe Castaner. « [Le texto d’a­lerte] per­met d’ap­pe­ler au secours sans se faire entendre » par les auteurs de vio­lences.

 

Christophe Castaner a par ailleurs sol­li­cité la pla­te­forme arretonslesviolences.gouv.fr pour qu’elle puisse être éga­le­ment sai­sie par SMS à l’a­ve­nir.

 

Dès le début de la période de confi­ne­ment, la Ville de Grenoble a elle aussi annoncé un plan ren­forcé pour la prise en charge des femmes vic­times de vio­lences conju­gales, ainsi que de leurs enfants. Le maire de Grenoble Éric Piolle a ainsi fait savoir que plu­sieurs places d’hé­ber­ge­ment avaient été spé­ci­fi­que­ment réser­vées aux vic­times. Des places qui seraient com­plé­tées par des loge­ments en hôtel en cas de satu­ra­tion du réseau, a t‑il pré­cisé.

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2397 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.