Une bio­pile ali­men­tée par la sueur mise au point par des cher­cheurs de Grenoble

Une bio­pile ali­men­tée par la sueur mise au point par des cher­cheurs de Grenoble

FIL INFO – Des cher­cheurs des uni­ver­si­tés Grenoble Alpes et San Diego aux États-Unis ont mis au point une bio­pile unique. Celle-ci trans­forme des com­po­sés pré­sents dans la trans­pi­ra­tion pour pro­duire de l’éner­gie élec­trique. Le dis­po­si­tif, d’ores et déjà bre­veté, peut même allu­mer une Led en continu. Ces tra­vaux ont été publiés dans Advanced Functional Materials, le 25 sep­tembre dernier.

Imaginez que l’on puisse géné­rer de l’énergie renou­ve­lable au moyen du corps humain. Voilà qui pour­rait rem­pla­cer avan­ta­geu­se­ment les piles jetables et pol­luantes ali­men­tant actuel­le­ment de nom­breux appa­reils élec­tro­niques por­tables. Notamment dans les domaines en pleine expan­sion de la sur­veillance médi­cale et sportive.

Études de résistance mécanique et électrochimique de la biopile à des étirements de 20% en 2D direction. © Xiaohong Chen

Études de résis­tance méca­nique et élec­tro­chi­mique de la bio­pile à des éti­re­ments de 20% en 2D direc­tion. © Xiaohong Chen

Loin d’être une gageure, l’affaire est aujourd’hui pliée grâce à des cher­cheurs gre­no­blois du centre natio­nal de la recherche scien­ti­fique (CNRS). En effet, ces scien­ti­fiques du dépar­te­ment de chi­mie molé­cu­laire de l’université Grenoble Alpes (UGA) sont par­ve­nus à mettre au point une bio­pile uti­li­sant comme « bio­car­bu­rants » les liquides orga­niques humains. Plus spé­ci­fi­que­ment la sueur.

Le dis­po­si­tif, unique et bre­veté, a été déve­loppé en col­la­bo­ra­tion avec une équipe amé­ri­caine de l’université de San Diego en Californie (USA), pour sa part experte en nano­ma­chines, bio­cap­teurs et nano­bio­élec­tro­nique. La revue Advanced Functional Materials a publié leurs tra­vaux le 25 sep­tembre dernier.

Une pile uti­li­sant la sueur et capable d’allumer une led

La bio­pile pro­duit plus pré­ci­sé­ment de l’éner­gie élec­trique par réduc­tion de l’oxy­gène et par oxy­da­tion de l’acide lac­tique pré­sent dans la trans­pi­ra­tion. Pour ce faire, le dis­po­si­tif doit épou­ser par­fai­te­ment les contours de la peau. Raison pour laquelle les cher­cheurs l’ont réa­lisé en tissu conduc­teur flexible et extensible.

Sa com­po­si­tion ? Des nano­tubes de car­bone, de poly­mère réti­cu­lant et d’enzymes, reliés entre eux par des connec­teurs exten­sibles. La séri­gra­phie a per­mis, quant à elle, d’imprimer ces der­niers direc­te­ment sur le tissu.

Image de la biopile portable collée sur un bras et alimentant unediode fixée sur le brassard noir entourant l’avant-bras. © Xiaohong Chen

Image de la bio­pile por­table, col­lée sur un bras. Elle ali­mente une diode fixée sur le bras­sard noir entou­rant l’avant-bras. © Xiaohong Chen

Ses per­for­mances actuelles ? Après son adhé­sion sur le bras d’une per­sonne, cette bio­pile est capable, via la connexion d’un ampli­fi­ca­teur de ten­sion, d’allumer une diode élec­tro­lu­mi­nes­cente ou Led (de l’an­glais : light-emit­ting diode) en continu.

Une bio­pile simple à fabri­quer et peu onéreuse

L’ultime atout de cette bio­pile est sa fabri­ca­tion rela­ti­ve­ment simple et peu oné­reuse. Son coût est prin­ci­pa­le­ment lié à la pro­duc­tion des enzymes qui per­mettent de trans­for­mer les com­po­sants de la sueur.

Un tel dis­po­si­tif ouvre de nou­velles pers­pec­tives pour le déve­lop­pe­ment de l’électronique por­table ali­men­tée par des bio-dis­po­si­tifs auto­nomes et res­pec­tueux de l’en­vi­ron­ne­ment. Et, bien sûr, les cher­cheurs ne comptent pas s’arrêter là.

La pro­chaine étape ? Ils vont main­te­nant concen­trer leurs efforts sur l’amplification de la ten­sion four­nie par la bio­pile afin de réus­sir à ali­men­ter des dis­po­si­tifs por­tables plus importants.

VM

Véronique Magnin

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

La SATT grenobloise Linksium co-pilote de deux consortiums industriels dans le cadre du programme France 2030
La Satt gre­no­bloise Linksium co-pilote de deux consor­tiums indus­triels dans le cadre du pro­gramme France 2030

FLASH INFO - Double consortium pour la "société d’accélération du transfert de technologies" Linksium. La Satt Grenoble-Alpes, société privée qui accompagne la création de start-ups Lire plus

Malene Jensen © CEA - www.levetchristophe.fr
Malene Jensen, cher­cheuse de l’IBS de Grenoble lau­réate du pro­gramme Impulscience de la fon­da­tion Bettencourt Schueller

EN BREF - Malene Jensen, chercheuse à l'Institut de biologie structurale de Grenoble (IBS), a été lauréate, en fin d'année 2022, du nouveau programme Impulscience® Lire plus

Constellation de satellites smallsat du programme GESat d’Absolut Sensing pour la détection des émissions de méthane © Absolut
Le groupe isé­rois Absolut lan­cera son satel­lite de mesure des gaz à effet de serre en 2024

EN BREF - Le groupe isérois Absolut a sélectionné en décembre 2022 le constructeur lituanien Nanoavionics pour son satellite de démonstration, Gen1. Celui-ci, mesurant les Lire plus

Covid-19 : des mili­tants de GreLiVe ras­sem­blés à Grenoble pour dénon­cer les effets secon­daires des vac­cins, en hom­mage aux « victimes »

FOCUS - Une quinzaine de militants du collectif GreLive se sont réunis ce samedi 10 décembre 2022, rue Félix-Poulat, à Grenoble, dans le cadre de la Lire plus

Près de 200 points de charge électrique sur la métropole à la fin de l'année 2022, en attendant de nouveaux déploiements
Près de 200 points de charge élec­trique sur la métro­pole à la fin de l’an­née 2022, en atten­dant de nou­veaux déploiements

FLASH INFO - Le Smmag et la Métropole de Grenoble dressent le bilan des points de charge électriques accessibles sur le territoire. D'ici la fin Lire plus

Lunettes Jules Verne ©Elise Cuenot-Hodister
Réalité aug­men­tée : les lunettes Jules Verne pour décou­vrir Grenoble sous un autre jour

FOCUS - La compagnie de théâtre grenobloise La Fabrique des petites utopies et l’Agence Grenoble Alpes ont présenté les nouvelles lunettes de réalité augmentée Jules Lire plus

Flash Info

|

03/02

17h13

|

|

03/02

13h12

|

|

03/02

9h45

|

|

02/02

17h00

|

|

02/02

15h51

|

|

02/02

10h16

|

|

01/02

12h49

|

|

01/02

11h34

|

|

01/02

10h32

|

|

30/01

19h26

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF 54 : « Une confé­rence reli­gieuse avec deux imams inter­dite à Echirolles »

Abonnement| Tollé à Grenoble contre la venue de deux imams confé­ren­ciers consi­dé­rés comme radicaux

Abonnement| Musées gra­tuits, can­tine moins chère… Grenoble finance son « bou­clier social et cli­ma­tique » avec la hausse de la taxe foncière

Agenda

Je partage !