Des scientifiques grenoblois vont étudier les effets du manque d’oxygène à 5300 mètres d’altitude au Pérou

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

FOCUS – Du 28 janvier au 3 mars 2019, l’Expédition 5300 composée de chercheurs et médecins grenoblois va étudier pour la première fois l’hypoxie à La Rinconada, ville la plus haute du monde. Une localité située au Pérou où vivent plus de 50 000 habitants dans des conditions de privation d’oxygène aux limites de la tolérance humaine. Outre sa dimension scientifique, ce projet phare de la chaire Altitude montagne santé de la fondation Université Grenoble-Alpes poursuit un but humanitaire.

 

 

Au-delà de 5 000 m d’altitude, on considère que la pression atmosphérique n’est plus suffisante pour permettre une vie humaine permanente. Le taux d’oxygène dans l’atmosphère est en effet réduit de 50 % par rapport au niveau de la mer. Et pourtant, au Pérou, à La Rinconada, dans la ville la plus haute du globe, 50 000 habitants vivent toute l’année à 5 300 m d’altitude. Et ce, sans que la plupart d’entre eux ne souffrent d’hypoxie, c’est-à-dire du manque d’oxygène au niveau des tissus de l’organisme.

 

La Rinconada, la ville la plus haute du monde située à 5 300 m d'altitude. © Expédition 5300

La Rinconada, ville la plus haute du monde située à 5 300 m d’altitude. © Expédition 5300

 

Cette étonnante caractéristique qualifiée « d’anomalie scientifique » intrigue au plus haut point les chercheurs. Pour en élucider la raison, quoi de mieux que de se rendre sur place pour y étudier la population ? Tel est l’ambitieux projet de l’expédition baptisée Expédition 5300, élaboré par une équipe d’une quinzaine de chercheurs et médecins grenoblois accompagnés de collaborateurs italiens et canadiens.

 

Le top départ pour cette ville qui tutoie les étoiles ? Il est prévu le 28 janvier prochain pour en revenir, quelques semaines plus tard, le 3 mars. Les bras chargés de données, mais pas seulement. Avec le sentiment également, espèrent-ils, d’avoir été utiles aux habitants. Ce, grâce à la dimension humanitaire de ce projet.

 

 

« C’est la première fois qu’une équipe de chercheurs est autorisée à mener une étude à La Rinconada »

 

« L’accès à La Rinconada est, d’un point de vue scientifique, une occasion exceptionnelle », estime Samuel Vergès, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) qui pilote le projet. Ce physiologiste de l’exercice au sein du laboratoire grenoblois Hypoxie physiopathologies cardiovasculaire et respiratoire (HP2) attend beaucoup de cette étude.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
815 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ce qui ne sert à rien car on sait très reproduire ces conditions en labo depuis fort longtemps.
    La croisière s’amuse avec de l’argent pubic donc..

    sep article
    • VM

      28/01/2019
      9:54

      Bonjour, je ne comprends pas bien votre remarque. Il n’est pas question ici d’étudier l’adaptabilité de l’organisme à la privation d’oxygène qui peut effectivement se réaliser en laboratoire… L’objectif de cette expédition comme le détaille cet article, est d’aller étudier sur place les adaptations physiologiques (jusqu’ici inconnues du monde scientifique) d’une population aux conditions de la très haute altitude (5 300 m). Ce, alors même que l’on pensait impossible la vie permanente au delà de 5 000 m car le taux d’oxygène atmosphérique est inférieur de 50 % par rapport à celui mesuré au niveau de la mer. Adaptations génétiques, épigénétiques ? Lesquelles exactement ? Telles sont les questions auxquelles les chercheurs espèrent bien répondre sur la base des données notamment physiologiques qu’ils collecteront sur place auprès d’un échantillon de la population de La Rinconada.

      sep article