Évasion fiscale : l’enseigne McDonald’s du centre-ville de Grenoble prise d’assaut

sep article
Changeons nos vieux poêles avec la Prime Air Bois Grenoble Alpes Métropole doublée à 1600 euros !

REPORTAGE VIDÉO – Le collectif « McDo passe à la caisse ! » a lancé, ce mercredi 5 avril vers 18 heures, une opération coup de poing intitulée « Happy hours fiscales » contre l’enseigne MCDonald’s du centre-ville de Grenoble. Suite aux révélations des Panama Papers et après les actions contre BNP Paribas et la Société générale, c’est au tour de la multinationale – accusée de ne pas payer ses impôts – de faire les frais d’opérations non violentes mais spectaculaires.

 

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« McDo, McDo, paie tes impôts ! », « McDo encaisse, McDo engraisse ». Tels sont entre autres les chants et slogans qu’ont scandés une soixantaine de membres ou sympathisants du collectif « McDo passe la caisse ! » devant et dans le fast-food McDonald’s situé rue Félix Poulat.

 

Une action non-violente bien qu’intrusive à l’initiative du Réseau pour l’action collective transnationale (ReAct) et de l’Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action, plus connue sous le nom d’Attac, avec le soutien de la CGT. L’horaire choisi pour ces « Happy hours fiscales » ne relevait du reste pas du hasard puisque c’est l’heure à partir de laquelle « tous les McDonald’s de France travaillent pour l’évasion fiscale », précise Lucile, membre du ReAct.

 

 

 

Une politique d’optimisation fiscale agressive

 

 

Pour dénoncer l’évasion fiscale, le collectif a donc décidé de s’en prendre cette fois à Ronald, le célèbre clown aux cheveux rouge, mascotte de McDonalds, géant mondial de la restauration rapide. Après les scandales révélés par les Panama Papers qui ont vu fleurir les opérations coup de poing contre des banques, notamment BNP Paribas et la Société générale, c’est au tour de la multinationale d’être dans la ligne de mire.

 

Les militants dénoncent notamment « la politique d’optimisation fiscale agressive de McDonald’s qui paye ses impôts dans l’accommodant Luxembourg ». Pour les associations, collectifs et ONG, c’est donc bien de justice fiscale qu’il est question. « Il s’agit de réclamer que la multinationale paie sa juste part d’impôts là où elle vend ses burgers, plutôt que de transférer ses bénéfices dans les paradis fiscaux », résume le collectif « McDo passe à la caisse ! »
Retour en images sur cette opération avec les interventions des représentants du ReAct, d’Attac Isère et de la CGT.

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Les salariés réclament de meilleures conditions salariales

 

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

« L‘objectif est de renforcer la lutte initiée par la campagne “Fight for $15” aux États-Unis, relayée en France par la CGT McDonald’s et le ReAct », explique le collectif. De fait, les salariés, le plus souvent étudiants, employés par l’enseigne réclament de meilleurs salaires et conditions de travail. 

 

 

Joël Kermabon


 

commentez lire les commentaires
6053 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. Sauf qu’encore une fois nos amis les zozos se trompent de cible: les franchisés paient leurs impôts et leurs charges sociales en France parce que ce sont des entreprises françaises distincte de Mc DO dont ils n’utilisent que l’enseigne, le système de production et d’approvisionnement! C’est devant le siège de Mc Do France qu’il fallait aller manifester, pas aux 3 dauphins…

    sep article
    • Les bénéfices, sur place ou à emporter ?
      Visiblement, le géant de la restauration rapide préfère les emporter au Luxembourg, laissant un déficit orchestré, sur place, en France.
      Comment McDo a-t-il fait ? La recette est simple. Pour ouvrir un restaurant en Europe, il faut payer une commission, au titre de la « propriété intellectuelle » qui représente jusqu’à 24 % du chiffre d’affaires. Cette contribution, qui permet d’échapper aux impôts sur les bénéfices, est versée directement à McDo Europe Franchising Sarl au Luxembourg. En plus de cette redevance qui permet d’utiliser le nom, le logo et les produits McDonald’s, le gérant doit aussi payer un loyer car les fast-foods sont franchisés. C’est ainsi que les restaurants apparaissent déficitaires, permettant à McDo d’échapper à l’impôt mais aussi d’amputer les primes dues aux salariés et de maintenir des bas salaires. En effet, comme les primes sont basées sur les résultats des restaurants, elles sont déjà amputées d’un quart avant le calcul.

      Monsieur GAM, vous devriez ouvrir l’Humanité de temps en temps, ça vous changerait de Challenges et du Figaro !

      sep article
    • Vous aussi, vous trompez de cible : ce n’est pas au siège de Mcdo France qu’il faut aller, mais à celui du Luxembourg ou des Panama… enfin, plutôt devant la boite aux lettres vide au pied d’une tour à bureaux !
      Décidément, tout le monde — au passage, merci pour les zozos — a tout faux avec vous… vous croyez vraiment que la personne responsable du Mcdo de Félix Poulat ne sait pas ce qui se passe dans sa firme ? L’objectif de cette manifestation est de sensibiliser le citoyen lambda aux mauvaises pratiques de ce géant de la malbouffe, pas les gros bonnets dans les bureaux du siège «français» ! Ces derniers savent bien ce qu’ils font !

      sep article