Une œuvre de Giuseppe Penone réalisée avec l’aide de chercheurs grenoblois

sep article

Notre indépendance c

FIL INFO — Le sculpteur italien Giuseppe Penone a travaillé de concert avec des chercheurs grenoblois pour la réalisation d’une œuvre audacieuse mettant en relation deux grains de sable parfaitement identique. Une pièce qui interroge la question de l’unique et de l’inerte, qui sera exposée durant trois ans dans le laboratoire 3SR avant de rejoindre la collection du Musée de Grenoble.

 

 

« Pourriez vous sculp­ter un grain de sable pour le rendre iden­tique à un autre grain de sable ? » Telle est la ques­tion que le sculp­teur Giuseppe Penone a posée à Joël Chevrier, cher­cheur à l’Institut Néel, en 2014. Une ques­tion qui a donné nais­sance à une série d’œuvres d’art (et de science), dont une pièce a été dévoi­lée le mardi 4 décembre au sein du labo­ra­toire 3SR de l’Université Grenoble-Alpes (UGA), du CNRS et de Grenoble INP.

 

Dévoilement de la sculpture de Giuseppe Penone au sein du laboratoire 3SR le mardi 4 décembre 2018 © Université Grenoble Alpes

Dévoilement de la sculp­ture de Giuseppe Penone au sein du labo­ra­toire 3SR le mardi 4 décembre 2018. © Université Grenoble Alpes

 

Issue de la série Essere vento 2015 (lit­té­ra­le­ment tra­duit : « être vent »), la pièce a été offerte au Musée de Grenoble par son créa­teur. Elle sera tou­te­fois visible durant trois ans dans les locaux du labo­ra­toire qui a par­ti­cipé à sa concep­tion, avant de rejoindre les col­lec­tions du Musée. L’occasion pour les cher­cheurs d’ad­mi­rer les deux grains de sable qui la com­posent : l’un tel qu’il fut trouvé, l’autre taillé pour avoir la même forme.

 

 

D’une pierre de 100 kilos aux grains de sable

 

Comme on peut s’en dou­ter, tra­vailler sur la forme d’un grain de sable d’en­vi­ron 3 mil­li­mètres n’a pas été chose aisée. L’aventure a mobi­lisé le direc­teur du labo­ra­toire 3SR autant qu’un ingé­nieur de recherche du CNRS. Sans oublier le savoir-faire d’une entre­prise tou­lou­saine comme Micro usi­nage Laser (MUL). Tomographie (ou ima­ge­rie médi­cale) aux rayons X, lasers de puis­sance… Les scien­ti­fiques ont usé des tech­no­lo­gies de pointe pour par­ve­nir au résul­tat tant espéré.

 

Essere Vento 2015 : deux grains se sable identiques qui interrogent sur l'unicité de l'inerte © Université Grenoble Alpes

Essere Vento 2015 : deux grains se sable iden­tiques qui inter­rogent sur l’u­ni­cité de l’i­nerte. © Université Grenoble Alpes

Essere Vento fait écho à une autre œuvre de Giuseppe Penone, Essere Fiume (« Être fleuve ») : une pierre de plus de 100 kilos sculp­tée à l’i­den­tique d’une seconde. Depuis l’im­mense au micro­sco­pique, le sculp­teur pose la ques­tion de l’u­ni­cité de l’i­nerte. « Essere vento sou­ligne, à la limite du visible, la place de l’air qui sou­lève et emporte les grains de sable alors sou­mis à d’innombrables chocs et frot­te­ments qui déter­minent leur pro­fil unique », décrit l’UGA.

 

Grand nom de la sculp­ture contem­po­raine, Giuseppe Penone a exposé ses œuvres dans quelques-uns des musées les plus répu­tés du monde. En France, le Centre Pompidou comme le Château de Versailles ont mis en lumière ses créa­tions, de même que le Musée de Grenoble en 2014. Une expo­si­tion qui avait ren­con­tré un grand suc­cès popu­laire en atti­rant pas moins de 57 000 visi­teurs, soit une affluence record.

 

FM

 

commentez lire les commentaires
2192 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.