Après le « big bang » des services municipaux, Alain Carignon présente son plan pour les déplacements

sep article



FOCUS – Bien qu’il ne se soit toujours pas officiellement déclaré candidat aux prochaines élections municipales, Alain Carignon peaufine son projet pour Grenoble. Après son « big bang » des services municipaux, ce dernier à présenté un plan de déplacement élaboré avec les collectifs de citoyens qui le soutiennent. Un projet qui se décline en trois axes : libérer Grenoble du transit automobile, retrouver l’attractivité du territoire et créer une ville-village avec des jardins.

 

 

Focus sur le plan de déplacements élaboré par les collectifs de citoyens soutenant Alain Carignon, dans la perspective des élections municipales à Grenoble. Alain Carignon dans la perspective de l'alternance à Grenoble a présenté son plan de déplacements élaboré avec les collectifs de citoyens qui le soutiennentLes militants de Grenoble, le changement et Alain Carignon lors de la présentation de la campagne. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les mili­tants de Grenoble, le chan­ge­ment et Alain Carignon. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Alain Carignon, l’an­cien maire de Grenoble, n’est déci­dé­ment pas à court d’i­dées quand il s’a­git de Grenoble. Une ville dont il rêve de reprendre un jour les rênes, c’est un secret de Polichinelle.

 

Après le « big bang des ser­vices muni­ci­paux », pre­mier volet d’une future alter­na­tive à la muni­ci­pa­lité écolo, l’an­cien ministre pro­pose son plan de dépla­ce­ments. Le fruit d’une syn­thèse éla­bo­rée avec les col­lec­tifs de citoyens qui le sou­tiennent, tous dési­reux « d’ou­vrir le débat pour le Grenoble de demain ».

 

Un plan de dépla­ce­ments qui repose sur trois thèmes : affran­chir Grenoble du tran­sit auto­mo­bile, doper et retrou­ver l’at­trac­ti­vité du ter­ri­toire, le tout en créant une ville-vil­lage avec des jar­dins. Son ambi­tion ? « Concilier la qua­lité de la vie des habi­tants dans une ville posi­tive avec les impé­ra­tifs du déve­lop­pe­ment per­met­tant la créa­tion d’emplois. »

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

commentez lire les commentaires
3363 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. « Libérer Grenoble du tran­sit auto­mo­bile » ! ? C’est res­sor­tir les vieux plans d’un tun­nel auto­rou­tier sous la ville ? Celui que vous n’avez pas pu réa­li­ser mais dont l’etude avait pas mal coûté d’argent dans le bud­get !
    Non. Le nuage Carrignon ne peut fran­chir les fron­tières de la mai­rie, … tiens c’est l’anniversaire (11 mai 1986) de sa decla­ra­tion fra­cas­sante sur le nuage de Tchernobyl qui n’était pas entré en France comme tout bon migrant qui se res­pecte…

    sep article
  2. Le trans­port selon Carignon : le par­king Verdun, des mil­lions englou­tis au sens propre dans la nappe phréa­tique au prix modique de 90 000 la place de par­king.
    Je crois que Grenoble a déjà assez donné avec ce bon­homme. Que la muni­ci­pa­lité Piolle ne plaise pas à cer­tains, et en par­ti­cu­lier à des lec­teurs de ce jour­nal, c’est com­pré­hen­sible. Mais en aucun cas cela ne doit être une rai­son pour don­ner de la voix à ce vieux poli­ti­card qui a fait son temps.

    sep article
  3. Carignon c est non
    Main propre tête haute ( oui pour le pro­pos, non pour leur par­tit)
    Que d autres se pré­sentent
    Pas de fasch­sites de droite ou de gauches, pas de condam­nés

    C est simple pour­tant

    sep article