Office de tourisme rénové à Grenoble : « un outil au service du rayonnement territorial » de la Métropole

sep article



EN BREF – Christophe Ferrari, président de la Métro, Éric Piolle, maire de Grenoble, et Fabrice Hugelé, président de l’office de tourisme Grenoble-Alpes Métropole inauguraient ce jeudi 14 décembre les locaux rénovés abritant l’office de tourisme et la Maison de la montagne de Grenoble. L’occasion de prôner la coopération et de fixer les ambitions touristiques de demain pour le territoire.

 

 

Fabrice Hugelé, pré­sident de l’office de tou­risme Grenoble-Alpes Métropole, le rap­pelle : la ville de Grenoble a été la pre­mière à créer un syn­di­cat d’i­ni­tia­tive… en 1889. « C’est dire la tra­di­tion d’hos­pi­ta­lité de ce ter­ri­toire ! », insiste-t-il, aux côté du maire de Grenoble Éric Piolle et du pré­sident de la Métro Christophe Ferrari, à l’oc­ca­sion de l’i­nau­gu­ra­tion des locaux réno­vés de l’of­fice de tou­risme, rue de la République à Grenoble, ce jeudi 14 décembre.

 

Le hall de l'Office de tourisme © L.Ravier - OTG-AM

Le hall de l’of­fice de tou­risme Grenoble-Alpes Métropole © L.Ravier – OTG-AM

 

L’office de tou­risme par­tage ses locaux avec un autre lieu clé, la Maison de la mon­tagne. Le sym­bole d’une coopé­ra­tion entre acteurs d’un même ter­ri­toire : depuis le 1er jan­vier 2015, la com­pé­tence tou­risme relève en effet de la Métropole, tan­dis que la Maison de la mon­tagne dont les guides et gar­diens de refuge sont par­te­naires reste gérée par la Ville de Grenoble.

 

Suite à sa prise de pos­ses­sion d’une par­tie des locaux en mars 2017, l’of­fice a enre­gis­tré une très nette aug­men­ta­tion de la fré­quen­ta­tion. En l’es­pace d’une dizaine de mois, envi­ron 15 000 per­sonnes ont ainsi fran­chi ses portes.

 

 

Des travaux de « mise en vie et mise en scène »

 

Débutés en jan­vier 2016, les tra­vaux de réno­va­tion du bâti­ment concer­naient tout autant sa façade exté­rieure que son hall prin­ci­pal et son sol, voués à la scé­no­gra­phie d’un lieu. Une « mise en vie et en scène de cet éta­blis­se­ment encore plus tourné vers son éco­sys­tème », ainsi que le résume Fabrice Hugelé. Coût total de l’o­pé­ra­tion ? 1,54 mil­lion d’eu­ros, par­ta­gés entre la Ville (à hau­teur de 52 %) et la Métro (48 %).

 

Christophe Ferrari, Éric Piolle et Fabrice Hugelé, durant l'inauguration de l'Office du tourisme rénové. © Florent Mathieu - Place Gre'net

Christophe Ferrari, Éric Piolle et Fabrice Hugelé, durant l’i­nau­gu­ra­tion de l’of­fice de tou­risme rénové. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Ces tra­vaux sont l’oc­ca­sion de mar­quer un virage, une nou­velle coopé­ra­tion et un nou­vel état d’es­prit pour le por­tage du ter­ri­toire gre­no­blois », note Éric Piolle. Qui plaide pour un ren­for­ce­ment des liens entre la ville et la mon­tagne autant que pour un « tou­risme zéro car­bone » et une rela­tion res­pec­tueuse à la nature. En ne man­quant pas de rap­pe­ler que Grenoble a récem­ment obtenu le label Ville d’art et d’his­toire.

 

 

Christophe Ferrari fixe les objectifs futurs

 

Côté Métropole, si Christophe Ferrari se dit « bluffé » par les tra­vaux réa­li­sés, il veut à pré­sent se tour­ner vers l’a­ve­nir. Ses objec­tifs ? Le déve­lop­pe­ment du tou­risme d’af­faire, ou encore du tou­risme scien­ti­fique et indus­triel.

 

La balade théâtralisée « Panique au Téléphérique » est à découvrir jusqu'au 26 août. © Office de Tourisme de Grenoble

Balade théâ­tra­li­sée esti­vale « Panique au Téléphérique ». © Office de Tourisme de Grenoble

Le pré­sident de La Métro le clame : il désire « un outil au ser­vice du rayon­ne­ment ter­ri­to­rial, au ser­vice du par­tage de ce que nous avons de plus beau dans ce ter­ri­toire – nos pay­sages – mais aussi sur ce que nous fabri­quons, les hommes et les femmes qui y vivent ! »

 

Autre objec­tif : déve­lop­per le numé­rique. Fabrice Hugelé en a d’ailleurs pro­fité pour faire un appel du pied à Christophe Ferrari.

 

Et s’est fendu au pas­sage d’un joli lap­sus : « Nous avons besoin d’en­fon­cer le “flou” sur cet outil numé­rique. » En retard dans le domaine ? Le pré­sident de Grenoble-Alpes Métropole l’ad­met à demi-mot, évo­quant la néces­sité de « diver­si­fier les modes d’in­for­ma­tion et l’ou­til numé­rique, sur­tout dans un envi­ron­ne­ment par­ti­cu­liè­re­ment dyna­mique sur ce sujet-là ».

 

 

« Promouvoir ce territoire […] se fera autour d’une marque »

 

Coopération... ou concurrence avec la marque Alpes Is(h)ere du Département ? © Florent Mathieu - Place Gre'net

Coopération… ou concur­rence avec la marque Alpes Is(h)ere du Département ? © Florent Mathieu – Place Gre’net

Mais Christophe Ferrari veut avant tout mettre en avant la coopé­ra­tion, maître-mot des dis­cours.

 

« Ce qui nous réunit, c’est l’a­mour de notre ter­ri­toire, de ce que l’on crée, des ini­tia­tives citoyennes, de la culture, du sport… C’est tout cela que nous aimons par­ta­ger. C’est aussi dans notre ADN », lance-t-il, volon­tiers lyrique.

 

Une coopé­ra­tion autour d’un mar­ke­ting ter­ri­to­rial ? Le pré­sident de la Métro le men­tionne sans tabou : « Promouvoir ce ter­ri­toire et ce que nous sommes, cela se fera autour d’une marque. » À l’i­mage des voi­sins savoyards de Savoie Mont Blanc… ou de celle du Département de l’Isère Alpes Is(h)ere ?

 

FM

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3135 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. mmmm quelques idées :
    – rendre la ville acces­sible pour les tou­riste (train qui ne mettes pas 1h30 depuis Lyon),
    – auto­ri­ser le meurtre de masse des maitres & chiens salo­pant la ville,
    – redon­ner de la beauté / joie aux rue, embel­lir,
    – si Grenoble sert de « camp de base » pour visi­ter et faire des ballades=il faut une auto­mo­bile pour se dépla­cer,
    Pour rap­pel, le pre­mier tou­risme à Gre est du tou­risme scien­ti­fique.…

    sep article