Démissions successives à Debout la France 38 : recomposition en vue

sep article



Hémorragie dans les rangs de Debout la France 38. Alors que cinq cadres du parti de Nicolas Dupont-Aignan ont claqué la porte de DLF, refusant de cautionner certaines orientations et nominations, la recomposition sur la droite de l’échiquier politique se poursuit en Isère.

 

 

Alain Bonnet, candidat Debout la France sur la 3e circonscription de l'Isère. © Alain Bonnet

Alain Bonnet © Alain Bonnet

Les démis­sions se suivent dans les rangs des cadres du comité dépar­te­men­tal de Debout la France. Tour à tour, le secré­taire dépar­te­men­tal Edmond Damais, le délé­gué dépar­te­men­tal aux affaires mili­taires et aux anciens com­bat­tants Daniel Martinet, le délé­gué de la 9cir­cons­crip­tion de l’Isère Mickaël Julian et le délé­gué de can­ton Thierry Colombier ont cla­qué la porte du parti de Nicolas Dupont-Aignan *.

 

Dernier en date, Alain Bonnet leur a emboîté le pas. Le secré­taire dépar­te­men­tal adjoint, éga­le­ment porte-parole en Isère et délé­gué de la 3cir­cons­crip­tion, a lui aussi quitté ses fonc­tions et rendu sa carte du parti. « Je ne peux cau­tion­ner cer­taines orien­ta­tions, déci­sions, nomi­na­tions prises uni­la­té­ra­le­ment, et un fonc­tion­ne­ment natio­nal qui ne recon­naît pas les com­pé­tences humaines », sou­ligne Alain Bonnet dans un com­mu­ni­qué.

 

En ques­tion ? Le ral­lie­ment de Nicolas Dupont-Aignant à Marine Le Pen lors du pre­mier tour de la pré­si­den­tielle. Une déci­sion que, mani­fes­te­ment, cer­tains cadres et mili­tants n’ont pas digé­rée et que cer­tains avaient refusé de cau­tion­ner tout en res­tant fidèles à DLF. La posi­tion, quelque peu acro­ba­tique, n’a pas résisté à la nomi­na­tion et la réin­té­gra­tion de cadres contro­ver­sés dans les rangs du parti.

 

 

Des négociations sont en cours pour rejoindre d’autres rangs

 

 

Alors que le parti de Nicolas Dupont-Aignan s’est lancé sur la voie de la recom­po­si­tion poli­tique en scel­lant une pla­te­forme avec Jean-Frédéric Poisson, le pré­sident du parti chré­tien démo­crate (PCD), la redis­tri­bu­tion des cartes sur la droite de l’é­chi­quier poli­tique suit son cours dans le dépar­te­ment aussi. Car pas ques­tion pour les dis­si­dents isé­rois de DLF d’a­ban­don­ner l’a­rène poli­tique.

 

En atten­dant les muni­ci­pales de 2020 – Mickaël Julian est can­di­dat à Moirans sans l’in­ves­ti­ture de DLF –, les négo­cia­tions pour rejoindre d’autres rangs ont com­mencé…

 

 

PC

 

 

*Nadine Nicolas est la nou­velle porte-parole de DLF 38. Loïc Dallongeville en est le secré­taire dépar­te­men­tal et Ludovic Blanco le délé­gué à l’ac­tion mili­tante.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
4297 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. sep article