Les conséquences juridiques de la démission de Mme Fioraso

sep article



BLOG JURIDIQUE – La démission de Mme Geneviève Fioraso, pour raisons de santé, est désormais officielle. Quelles sont les conséquences juridiques d’une telle décision ? Analyse de Romain Rambaud, professeur de droit public à la faculté de droit de Grenoble.

 

 

 

Geneviève Fioraso au 4ème CaféDébat Grenoble Ville d'Innovation et Polique de l'Emploi

© Véronique Serre

Les rumeurs cou­raient depuis quelque temps déjà. La presse s’en était fait l’é­cho : comme l’in­dique Place Gre’net, Geneviève Fioraso a démis­sionné du gou­ver­ne­ment, ainsi qu’en témoigne le décret du 5 mars 2015 rela­tif à la com­po­si­tion du gou­ver­ne­ment. 

 

Fondé sur l’ar­ticle 8 de la Constitution, en vertu duquel “Sur la pro­po­si­tion du Premier ministre, [le Président de la République] nomme les autres membres du gou­ver­ne­ment et met fin à leurs fonc­tions”, ce décret pré­cise qu”“il est mis fin, à sa demande, aux fonc­tions de Mme Geneviève Fioraso, secré­taire d’État char­gée de l’en­sei­gne­ment supé­rieur et de la recherche”.

 

C’est Madame Najat Vallaud-Belkacem qui prend ses fonc­tions, solu­tion logique dans l’at­tente d’un rema­nie­ment prévu (paraît-il) après les élec­tions dépar­te­men­tales. Quelles sont les consé­quences juri­diques d’une telle démis­sion ?

 

 

 

Retour à l’Assemblée nationale

 

 

 

En vertu de l’ar­ticle 23 de la Constitution, “Les fonc­tions de membre du gou­ver­ne­ment sont incom­pa­tibles avec l’exer­cice de tout man­dat par­le­men­taire”. A la dif­fé­rence d’une inéli­gi­bi­lité, une incom­pa­ti­bi­lité n’empêche pas se pré­sen­ter à une élec­tion, mais à choi­sir entre les deux postes une fois l’in­com­pa­ti­bi­lité consta­tée.

 

Geneviève Fioraso avec Jérôme Safar au 4ème CaféDébat Grenoble Ville d'Innovation et Polique de l'Emploi

© Véronique Serre

Mme Fioraso, élue dépu­tée de la 1ère cir­cons­crip­tion de l’Isère et réélue en juin 2012, n’a­vait ainsi pas siégé à l’Assemblée natio­nale puis­qu’elle avait été nom­mée, dès le mois de mai 2012, ministre de l’Enseignement supé­rieur et de la Recherche, avant d’ac­cep­ter de deve­nir secré­taire d’État lors du der­nier rema­nie­ment. Dans une telle hypo­thèse, c’est le sup­pléant, élu en même temps que le député, qui exerce les fonc­tions de député en appli­ca­tion de l’ar­ticle 25 de la Constitution.

 

Avant la réforme consti­tu­tion­nelle du 23 juillet 2008, le sup­pléant assu­rait alors le man­dat de député jus­qu’au bout, et le ministre ne pou­vait pas reve­nir sié­ger à l’Assemblée natio­nale. En pra­tique, cela condui­sait sou­vent le sup­pléant à démis­sion­ner pour qu’une légis­la­tive par­tielle soit orga­ni­sée, afin que l’an­cien ministre puisse se pré­sen­ter et éven­tuel­le­ment, gagner. Une situa­tion ris­quée, à laquelle la réforme du 23 juillet 2008 a entendu mettre fin : désor­mais, l’ar­ticle 25 de la Constitution auto­rise le retour des anciens ministres à l’Assemblée natio­nale.

 

Plus pré­ci­sé­ment, l’ar­ticle LO. 176 du Code élec­to­ral dis­pose que « Les dépu­tés qui acceptent des fonc­tions gou­ver­ne­men­tales sont rem­pla­cés, jus­qu’à l’ex­pi­ra­tion d’un délai d’un mois sui­vant la ces­sa­tion de ces fonc­tions, par les per­sonnes élues en même temps qu’eux à cet effet ». Mme Fioraso sera donc rem­pla­cée pour un mois encore par son sup­pléant, et récu­pé­rera ensuite son siège de dépu­tée.

 

Une telle solu­tion est évi­dem­ment très favo­rable à la classe poli­tique. Elle a cepen­dant été jus­ti­fiée dans une déci­sion très récente du Conseil consti­tu­tion­nel, la déci­sion 2014 – 4909 SEN, Yonne, du 23 jan­vier 2015. Le Conseil a consi­déré qu’il existe un « inté­rêt qui s’at­tache à ce que les dépu­tés puissent être nom­més membres du gou­ver­ne­ment » et un inté­rêt qui s’at­tache à ce que l’in­com­pa­ti­bi­lité pré­vue par l’ar­ticle 23, et le rem­pla­ce­ment qu’elle rend néces­saire, “ne pro­duisent pas des effets mani­fes­te­ment exces­sifs après la ces­sa­tion de leurs fonc­tions gou­ver­ne­men­tales”.

 

 

 

Le risque politique de l’élection partielle en cas de démission

 

 

 

Cependant, Mme Fioraso a annoncé qu’elle quit­tait ses fonc­tions pour rai­sons de santé, son équipe indi­quant, selon Place Gre’net, qu’elle serait “gra­ve­ment malade”. Aura-t-elle alors les forces de reprendre son siège de dépu­tée ?

 

007MunicipalesGrenoble1ertourOlivierVeranGenevieveFiorasoCreditMurielBeaudoing

Geneviève Fioraso et Olivier Véran. © Muriel Beaudoing

Cette ques­tion, qui ne relève bien sûr que d’un choix per­son­nel, pour­rait cepen­dant poser des pro­blèmes poli­tiques. D’après l’ar­ticle LO. 176 du Code élec­to­ral, “Les dépu­tés dont le siège devient vacant pour cause de décès, d’ac­cep­ta­tion des fonc­tions de membre du Conseil consti­tu­tion­nel ou de pro­lon­ga­tion au-delà du délai de six mois d’une mis­sion tem­po­raire confiée par le gou­ver­ne­ment sont rem­pla­cés jus­qu’au renou­vel­le­ment de l’Assemblée natio­nale par les per­sonnes élues en même temps qu’eux à cet effet”.  C’est-à-dire que le rem­pla­ce­ment des dépu­tés par leurs sup­pléants ne devient défi­ni­tif qu’en cas de décès, de départ pour le Conseil consti­tu­tion­nel ou de pro­lon­ga­tion d’une mis­sion tem­po­raire confiée par le gou­ver­ne­ment au délai de six mois. Cette der­nière hypo­thèse avait failli se pro­duire pour M. Moscovici avant son départ pour Bruxelles, mais sa mis­sion s’é­tant ache­vée avant le délai de six mois, il avait fallu orga­ni­ser l’é­lec­tion par­tielle du Doubs.

 

Dans les autres cas, l’ar­ticle LO. 178 du Code élec­to­ral pré­voit : “en cas d’an­nu­la­tion des opé­ra­tions élec­to­rales d’une cir­cons­crip­tion, dans les cas de vacance autres que ceux qui sont men­tion­nés à l’ar­ticle LO 176 ou lorsque les dis­po­si­tions de cet article ne peuvent plus être appli­quées, il est pro­cédé à des élec­tions par­tielles dans un délai de trois mois”. 

 

crédit Nils Louna

cré­dit Nils Louna

Ainsi, si un ministre de retour à l’Assemblée ne reprend pas son siège au bout d’un mois, il est consi­déré démis­sion­naire et une légis­la­tive par­tielle doit être orga­ni­sée. Lors de la réforme de 2008, il avait été prévu dans la loi orga­nique la dis­po­si­tion sui­vante : “si le par­le­men­taire qui a accepté des fonc­tions gou­ver­ne­men­tales renonce à reprendre l’exer­cice de son man­dat avant l’ex­pi­ra­tion d’un délai d’un mois sui­vant la ces­sa­tion de ces fonc­tions, son rem­pla­ce­ment devient défi­ni­tif”. Ce qui aurait pu jouer ici. Cependant, cette dis­po­si­tion a été décla­rée contraire à la Constitution dans une déci­sion du Conseil consti­tu­tion­nel 2008 – 572 DC du 08 jan­vier 2009, au motif que l’ar­ticle 25 de la Constitution (nou­veau) ne pré­voit qu’un rem­pla­ce­ment tem­po­raire, et non un rem­pla­ce­ment défi­ni­tif.

 

En somme, si Mme Fioraso démis­sionne dans un mois, ou plus tard, une légis­la­tive par­tielle devra être orga­ni­sée, à moins que sa démis­sion n’ait lieu un an avant la fin du man­dat de l’Assemblée, puis qu’au­cune élec­tion par­tielle ne puisse avoir lieu dans l’an­née pré­cé­dant “dans les douze mois qui pré­cèdent l’ex­pi­ra­tion des pou­voirs de l’Assemblée natio­nale” (article LO. 178).

 

Ainsi, si d’a­ven­ture Mme Fioraso devait être conduite à démis­sion­ner une deuxième fois dans les mois à venir, une élec­tion par­tielle devrait être orga­ni­sée, ce qui n’ar­ran­ge­rait pas le pou­voir socia­liste, mal­gré le der­nier suc­cès dans le Doubs. Grenoble se trou­ve­rait alors, une nou­velle fois, au centre de l’at­ten­tion natio­nale… et des com­bi­nai­sons poli­tiques, alors qu’une par­tie du per­son­nel poli­tique de la ville se veut déjà, y com­pris dans le cadre des élec­tions dépar­te­men­tales pro­chaines, le labo­ra­toire d’une pos­sible nou­velle gauche.

 

 

Romain Rambaud


Professeur de droit public à l’u­ni­ver­sité Grenoble-Alpes, Faculté de droit
http://droitelectoral.blog.lemonde.fr

 

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
2413 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.