Coronavirus : les sans domicile fixe, grands oubliés des annonces d’Emmanuel Macron ?

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

 

FOCUS – Quelles mesures pour les sans domicile fixe face à la crise du coronavirus ? Si le président de la République a annoncé une extension de la trêve hivernale, le détail des autres mesures promises se fait attendre. À Grenoble, Solident et Médecins du Monde ont tiré la sonnette d’alarme, rapidement soutenus par d’autres structures d’aide aux plus fragiles. En ligne de mire, notamment : la vingtaine de jeunes majeurs étrangers actuellement sans solution de logement adapté.

 

 

Comment res­ter confiné chez soi… quand on est sans domi­cile fixe ? C’est la ques­tion que pose le cabi­net den­taire soli­daire de Grenoble Solident et l’an­tenne gre­no­bloise de Médecins du monde (MDM). Suite aux mesures annon­cées par le pre­mier ministre au soir du samedi 14 mars afin de lut­ter contre la pro­pa­ga­tion du coro­na­vi­rus Covid-19, les deux asso­cia­tions ont rap­pelé que les per­sonnes dépour­vues de loge­ment étaient en pre­mière ligne concer­nant le risque sani­taire.

 

Les annonces d'Emmanuel Macron n'ont pas livré de détail sur les mesures à apporter aux plus précaires © Élysée

Les annonces d’Emmanuel Macron n’ont pas livré de détail sur les mesures à appor­ter aux sans domi­cile fixe. © Élysée

 

Si le gou­ver­ne­ment et le pré­sident de la République ont donné des indi­ca­tions sur le sou­tien de l’État aux acteurs éco­no­miques impac­tés par la crise, les élé­ments concer­nant les plus pré­caires res­tent par­cel­laires. « La trêve hiver­nale sera repor­tée de deux mois, et je demande au gou­ver­ne­ment des mesures excep­tion­nelles, dans ce contexte, pour les plus fra­giles », a déclaré le pré­sident le 12 mars. La ques­tion n’a depuis plus été abor­dée, ni par le pré­sident, ni par le pre­mier ministre.

 

 

Mettre à l’abri les plus précaires

 

Prolonger la trêve hiver­nale ? « Si cette mesure est salu­taire, elle n’est, à notre sens, pas suf­fi­sante pour empê­cher réel­le­ment la pro­pa­ga­tion du virus et per­mettre aux per­sonnes d’être confi­nées digne­ment comme l’impose la situa­tion », s’in­quiètent les asso­cia­tions. Qui demandent à l’État de « tout mettre en œuvre pour orga­ni­ser la mise à l’abri de ces publics, dans le res­pect des normes sani­taires et sociales qui en découlent ».

 

En 2018, Médecins du Monde interpellaient les Grenoblois sur les conséquences du mal-logement © Léa Raymond - Place Gre'net

En 2018, Médecins du Monde inter­pel­laient les Grenoblois sur les consé­quences du mal-loge­ment. © Léa Raymond – Place Gre’net

 

Lancé le lundi 16 mars, l’ap­pel de Solident et Médecins du monde a ren­con­tré un cer­tain écho parmi les acteurs de la soli­da­rité. Et rece­vait le len­de­main le sou­tien de nou­velles struc­tures, depuis l’Apardap au Diaconat pro­tes­tant, en pas­sant par la Ligue des Droits de l’Homme, le Secours catho­lique, la Ligue de l’en­sei­gne­ment, la Cimade ou Le Habert Saint-Paul.

 

Les struc­tures notent le ton mar­tial réso­lu­ment employé par Emmanuel Macron lors de sa seconde allo­cu­tion, et choi­sissent de prendre le pré­sident à la lettre : « “Nous sommes en guerre” jus­ti­fie que des moyens excep­tion­nels soient déployés en urgence pour per­mettre la mise à l’abri et le confi­ne­ment de l’ensemble des per­sonnes actuel­le­ment dépour­vues de loge­ment per­son­nel et regrou­pées dans des habi­tats pré­caires, insa­lubres et dan­ge­reux pour leur santé ».

 

 

Les jeunes majeurs étrangers sans domicile fixe sans solution

 

Éric Piolle n’a pas dit autre chose lors de sa propre allo­cu­tion – depuis l’Hôtel de Ville de Grenoble – à la suite de celle du pré­sident de la République. « Dans le cas des per­sonnes à la rue, elles sont dans une situa­tion de pro­mis­cuité qui favo­rise la pro­pa­ga­tion du virus », a fait remar­quer le maire de Grenoble. En décla­rant avoir inter­pellé les pou­voirs publics, et attendre des consignes pour leur prise en charge.

 

Les jeunes majeurs étrangers et leurs soutiens étaient à l'Hôtel de Ville de Grenoble lundi 16 mars © Grenoble en lutte- Facebook

Les jeunes majeurs étran­gers et leurs sou­tiens étaient à l’Hôtel de Ville de Grenoble lundi 16 mars © Grenoble en lutte- Facebook

 

Dans la jour­née du lundi 16 mars, la Ville de Grenoble n’a cepen­dant pas apporté de solu­tions à la ving­taine de jeunes majeurs étran­gers qui ont occupé durant cinq heures le hall de l’Hôtel de Ville. Ceux qui “squat­taient” encore récem­ment l’é­glise Saint-Paul de Grenoble avant d’être héber­gés dans une aumô­ne­rie mise à dis­po­si­tion par le Diocèse de Grenoble-Vienne deman­daient une solu­tion de loge­ment d’ur­gence adap­tée aux exi­gences de confi­ne­ment.

 

« Le dis­cours est tou­jours le même, « ce n’est pas notre com­pé­tence ». Les équipes de la mai­rie avaient pour­tant dit nous sou­te­nir… Dans les actes nous n’a­vons vu que du mépris », décrit un témoin dans un mes­sage relayé sur Facebook. Refus simi­laires du côté du conseil dépar­te­men­tal et de la Préfecture. Seules six places d’hé­ber­ge­ment auraient été déblo­quées par la dépu­tée de l’Isère Émilie Chalas, pour­suit le témoi­gnage.

 

 

Dans l’attente d’une « solution rapide et adaptée » 

 

La ques­tion des jeunes majeurs étran­gers pré­oc­cupe aussi MDM et Solident. « Leur situa­tion est extrê­me­ment pré­oc­cu­pante ; d’autant que les accueils de jours de l’agglomération annoncent pro­gres­si­ve­ment leur fer­me­ture totale ou par­tielle », notent les struc­tures. En décri­vant des condi­tions de loge­ment « dans la pro­mis­cuité la plus totale, sans accès à des pro­duits d’hygiène, sans accès aux douches, sans appro­vi­sion­ne­ment en équi­pe­ment de pro­tec­tion ».

 

Coronavirus : les sans domicile fixe, grands oubliés du président ?

Manifestation des jeunes majeurs étran­gers sans domi­cile fixe à Grenoble le 11 sep­tembre 2019. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

« Les main­te­nir une nuit de plus dans un tel endroit irait à l’encontre des recom­man­da­tions médi­cales et gou­ver­ne­men­tales et favo­ri­se­rait des décom­pen­sa­tions d’ordre psy­cho­lo­gique, compte tenu du cli­mat par­ti­cu­liè­re­ment anxio­gène actuel », estiment encore Solident et Médecins du monde.

 

Qui déclarent, pour conclure, se tenir « à dis­po­si­tion des ins­ti­tu­tions pour orga­ni­ser toute démarche de concer­ta­tion visant à trou­ver une solu­tion rapide et adap­tée ».

 

Florent Mathieu

 

MC2 - A la Vie
commentez lire les commentaires
2820 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.