Actualité

Chérif Boutafa et Sid Hamed Beldjenna. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un poli­cier réin­té­gré au sein de la police muni­ci­pale de Grenoble sept ans après son exclusion

Un poli­cier réin­té­gré au sein de la police muni­ci­pale de Grenoble sept ans après son exclusion

FOCUS – Sid Hamed Beldjenna, révo­qué de la police muni­ci­pale de Grenoble en 2011, va pou­voir réin­té­grer son corps d’o­ri­gine. La Ville a décidé d’ap­pli­quer un juge­ment du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif du 9 octobre 2018 lui enjoi­gnant de le réin­té­grer avant le 15 décembre. Un sou­la­ge­ment pour l’in­té­ressé après sept années de pro­cé­dures judi­ciaires. Et un constat amer d’in­jus­tice et de « gâchis humain » pour le syn­di­cat FO.

De gauche à droite : Sid Hamed Beldjenna, le policier municipal réintégré et Chérif Boutafa, secrétaire général FO. © Joël Kermabon - Place Gre'net

De gauche à droite : Sid Hamed Beldjenna, le poli­cier muni­ci­pal réin­té­gré et Chérif Boutafa, secré­taire géné­ral FO. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« La Ville a décidé de me réin­té­grer dans mes fonc­tions de poli­cier muni­ci­pal où dans un pre­mier temps je serai affecté à la four­rière. Elle m’a éga­le­ment confirmé que mon déta­che­ment illé­gal en tant qu’agent tech­nique [au ser­vice d’hygiène et salu­brité, ndlr] pre­nait fin le 1er décembre », déclare Sid Hamed Beldjenna.

Révoqué en 2011 de la police muni­ci­pale de Grenoble, l’agent, repré­sen­tant syn­di­cal FO, voit enfin se pro­fi­ler la fin d’un long cal­vaire judi­ciaire, finan­cier et admi­nis­tra­tif. Sept longues années de pro­cé­dures – recours en jus­tice, appels – entre­cou­pées de deux grèves de la faim auront en effet été néces­saires avant qu’il ne puisse rejoindre ses col­lègues de Grenoble.

Un par­cours judi­ciaire semé d’embûches, des pro­messes oubliées

Cette bonne nou­velle, il la doit à un juge­ment du tri­bu­nal admi­nis­tra­tif (TA) de Grenoble du 9 octobre 2018 enjoi­gnant la muni­ci­pa­lité à le réin­té­grer dans les rangs de son corps d’o­ri­gine. Et ce avant le 15 décembre. Un juge­ment auquel la Ville de Grenoble vient de se conformer.

Police municipale à Grenoble. © Elodie Rummelhard - placegrenet.fr

Police muni­ci­pale à Grenoble. © Élodie Rummelhard – pla​ce​gre​net​.fr

Sid Hamed Beldjenna avait été mis à pied durant vingt-quatre mois sans salaire en 2011 pour avoir répondu à une inter­view radio sans avoir fait état de sa qua­lité de repré­sen­tant syn­di­cal FO ainsi que pour une alter­ca­tion avec une col­lègue de travail.

En 2013, il est affecté au ser­vice d’hygiène et salu­brité en qua­lité d’agent tech­nique. Pas du tout ce à quoi il s’at­ten­dait, en l’occurrence.

Une « mise au pla­card assor­tie d’une impor­tante baisse de reve­nus », consi­dé­rait-il alors. Après une grève de la faim enta­mée en 2014 – qu’il stoppe suite à l’as­su­rance du sou­tien pour sa réin­té­gra­tion de l’é­quipe qui allait prendre les rênes de la Ville –, c’est la déception.

Un juge­ment sal­va­teur après des pro­messes envolées

En effet, une fois les élec­tions pas­sées, les pro­messes s’en­volent et passent aux oubliettes, le met­tant dans une posi­tion qu’il estime « inte­nable ». Et ce alors même, regrette-t-il, qu’il avait recou­vré son agré­ment de poli­cier muni­ci­pal suite à une condam­na­tion du pré­fet de l’Isère pour « retrait illé­gal d’agrément ».

De gauche à droite : Philippe Candegabe, secrétaire général FO Ville de Grenoble et Sid Hamed Beldjenna , ancien policier municipal FO. © Joël Kermabon - Place Gre'net

En sep­tembre 2016, Sid Hamed Beldjenna avait planté sa tente devant l’Hôtel de ville avant d’en­ta­mer une grève de la faim. © Joël Kermabon – Place Gre’net

La suite ? Sid Hamed Beldjenna engage alors un recours devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif qui juge, au mois d’avril 2016, le déta­che­ment au ser­vice d’hygiène illé­gal, le consi­dé­rant comme un abus de pou­voir. Et qui donne alors trois mois à la Ville pour revoir sa posi­tion. Mais cette der­nière se pour­voit aus­si­tôt en appel.

Pour faire simple, ce juge­ment du 9 octobre 2018 vient annu­ler, pour « excès de pou­voir », la déci­sion du 7 juillet 2016 par laquelle le maire de Grenoble a rejeté la demande de Sid Hamed Beldjenna ten­dant à sa réin­té­gra­tion au sein du ser­vice de la police municipale.

Une vic­toire au goût amer après de mul­tiples atermoiements

Tous ces ater­moie­ments cumu­lés inter­pellent Chérif Boutafa, secré­taire géné­ral FO à la Ville de Grenoble et par ailleurs can­di­dat aux muni­ci­pales de 2020. Pour ce der­nier, c’est clair, la Ville a joué la montre.

Sid Hamed Beldjenna. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sid Hamed Beldjenna. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« C’est bien ça que nous avons de la dif­fi­culté à com­prendre. Tous ces juge­ments, c’est là-des­sus que la col­lec­ti­vité s’est appuyée pour brouiller les cartes. La Ville tarde, tarde… Et d’ailleurs pas que sur ce dos­sier », affirme-t-il, gar­dant d’autres cas sous le coude.

Alors une vic­toire certes, mais au goût amer, nuancent de concert le syn­di­cat FO et l’intéressé.

Sid Hamed Beldjenna qui espé­rait pou­voir rejoindre l’u­nité de police géné­rale fait part d’un cer­tain désen­chan­te­ment. « On m’a remis mon pro­fil de poste mais je suis affecté à la four­rière. Il n’y a pas de pro­blème pour reprendre mon poste dans la PM dans l’at­tente de pou­voir retrou­ver ma qua­lité de poli­cier de police judi­ciaire adjoint », explique le quadragénaire.

« Il faut aller jus­qu’au bout quand on a raison »

Face à ce qui reste une bonne nou­velle, à la fois satis­fait et fati­gué, Sid Hamed Beldjenna accuse le coup de sept années de conflit che­vau­chant deux man­da­tures avec la col­lec­ti­vité. « Tout ça pour ça ! Tout cela aurait dû être réglé depuis 2014 ! », déplore le poli­cier qui souffle « qu’il lui fau­dra encore du temps pour réa­li­ser que c’est ter­miné ».

Ce qui l’a fait tenir ? « Il savait qu’il avait rai­son dans ce com­bat. L’injustice a été fla­grante depuis le début et a conti­nué tout du long. Il a eu cette rage de vou­loir à tout prix faire valoir sa vérité, la vérité ! Sid Hamed a fina­le­ment obtenu gain de cause et prouve ainsi qu’il faut aller jus­qu’au bout quand on a rai­son », com­mente, convaincu, Chérif Boutafa.

Chérif Boutafa et Sid Hamed Beldjenna. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Chérif Boutafa et Sid Hamed Beldjenna. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Quant au pré­ju­dice finan­cier dû à cette longue paren­thèse dans sa car­rière, Chérif Boutafa l’es­time consé­quent et fac­teur d’en­det­te­ment. « Si on part sur 500 euros de salaire par mois per­dus depuis 2013 – soit 62 mois – ça fait 31 000 euros », estime le délé­gué syn­di­cal. Qui ne manque pas d’in­ter­ro­ger. « J’aimerai savoir quel a été le coût de toute cette affaire pour la col­lec­ti­vité, notam­ment en matière d’a­vo­cat et tous les frais affé­rents à ce dos­sier ».

Sollicitée pour répondre à nos ques­tions sur cette réin­té­gra­tion, la Ville de Grenoble n’a donné aucune suite à notre requête.

Joël Kermabon

Joël Kermabon

Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire aussi sur Place Gre'net

Domène : l’élu RN Quentin Feres s’op­pose à une lec­ture théâ­trale, qua­li­fiée de « pro­mo­tion du wokisme », à la médiathèque

EN BREF - Le conseiller municipal Rassemblement national de Domène Quentin Feres, membre de la majorité, s'oppose à l'organisation d'une lecture théâtrale du livre La Lire plus

Saint-Égrève : le Chai inau­gure l’hô­pi­tal de jour soins conjoints parents-bébé, « une struc­ture unique en Isère »

FOCUS - Le Centre hospitalier Alpes-Isère (Chai) de Saint-Égrève a inauguré, jeudi 11 avril 2024, l'hôpital de jour soins conjoints parents-bébé. Ouverte en décembre 2023, Lire plus

"Arabes de service": deux élues grenobloises portent plainte contre une troisième pour injure raciste
« Arabes de ser­vice » : deux élues gre­no­bloises portent plainte contre une troi­sième pour injure raciste

FOCUS - La Ville de Grenoble a validé l'octroi de la protection fonctionnelle en faveur de ses élues Salima Djidel et Kheira Capdepon contre une Lire plus

Chasse-sur-Rhône appelle à l’ap­pli­ca­tion du prin­cipe pol­lueur-payeur pour les PFAS, ou pol­luants éternels

FLASH INFO - La mairie de Chasse-sur-Rhône s'engage contre les PFAS, soit les substances perfluoroalkylées et polyfluoroalkylées communément désignées comme des "polluants éternels" que l'on Lire plus

Palais de justice de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net
Meurtre d’une jeune Lyonnaise en Italie : le sus­pect placé sous écrou extra­di­tion­nel et en déten­tion par les juges grenoblois

EN BREF - Le compagnon de la jeune Lyonnaise retrouvée morte poignardée dans le Val d'Aoste, le 5 avril 2024, a été déféré au palais Lire plus

Tirs de balles, coups de tournevis ou violences contre des policiers, un week-end agité sur l'agglomération grenobloise
Meurtre d’une jeune femme en Italie : son com­pa­gnon inter­pellé à Lyon et déféré au par­quet de Grenoble

EN BREF - Une jeune Lyonnaise de 22 ans a été retrouvée morte poignardée, dans une église, le 5 avril 2024, dans le Val d'Aoste, Lire plus

Flash Info

|

12/04

14h06

|

|

12/04

13h33

|

|

11/04

12h01

|

|

10/04

19h58

|

|

10/04

16h43

|

|

09/04

16h21

|

|

09/04

15h20

|

|

09/04

10h46

|

|

08/04

22h04

|

|

08/04

11h54

|

Les plus lus

A écouter| Chronique Place Gre’net – RCF : Les stages en immer­sion d’Éric Piolle

Société| « Violeur à la trot­ti­nette » à Grenoble : le sus­pect mis en exa­men et placé en déten­tion provisoire

Culture| Plus de 120 œuvres de Joan Miró à décou­vrir au Musée de Grenoble du 20 avril au 21 juillet 2024

Agenda

Je partage !