Écoles privées musulmanes : après la première de métropole à Grenoble et celle d’Échirolles, bientôt une à Voiron ?

Écoles privées musulmanes : après la première de métropole à Grenoble et celle d’Échirolles, bientôt une à Voiron ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

DÉCRYPTAGE – Pour le quatrième épisode de ce dossier sur l’Islam dans l’agglomération grenobloise, Place Gre’net s’est intéressé au domaine de l’éducation, avec les écoles privées musulmanes. Ouverte en 2001 à Grenoble, La Plume a été la première de ce type en France métropolitaine. Elle a été suivie par l’école Philippe Grenier, ouverte en 2016 à Échirolles, et une autre est dans les tuyaux à Voiron. Leur enseignement est-il différent de celui de l’école publique ? Pourquoi ces écoles attirent-elles tant d’élèves ? Quels contrôles sont exercés ? Et quid de leur financement ?

 

 

Rentrée des classes à l'école La Plume © Florian Espalieu - Place Gre'net

École La Plume © Florian Espalieu – Place Gre’net

En ce matin d’été indien devant l’école La Plume, ave­nue du géné­ral Mangin à Grenoble, parents et enfants attendent avec des car­tables et de grands sacs d’af­faires de rechange. La joie de retrou­ver leurs cama­rades de classe pour cer­tains, les pleurs pour d’autres.

 

Une école comme les autres ? Pas tout à fait : La Plume est une école pri­vée musul­mane, la pre­mière ouverte en France métro­po­li­taine en 2001*. Elle accueille cette année 50 élèves dans ses trois classes de mater­nelle et 69 dans les six de pri­maire. Un nombre d’élèves qui pro­gresse tous les ans, comme dans l’en­semble des éta­blis­se­ments pri­vés hors contrat (voir encart ci-dessous).

 

Elle a été rejointe en 2016 par une autre école pri­vée musul­mane de l’ag­glo­mé­ra­tion, Philippe Grenier, du nom d’un méde­cin et homme poli­tique fran­çais, pre­mier député musul­man de l’his­toire de France. Choix qu’elle explique d’ailleurs sur son site. Cette école accueille à Échirolles 108 élèves dans huit classes : trois de mater­nelle et cinq de primaire**.

 

 

De faibles effectifs plébiscités par les parents

 

La plu­part des parents ont choisi l’é­cole La Plume en rai­son des faibles effec­tifs dans les classes. « À l’école du Rondeau, ils sont trente ! », s’emporte ce père de famille, tout en sur­veillant les enfants à la fenêtre. « Ici, ils sont moins de quinze… Le cal­cul est vite fait ! »

 

L’apprentissage de l’arabe est éga­le­ment plé­bis­cité. « À la mai­son, nous ne par­lons que fran­çais », explique un couple mixte qui accom­pagne son fils de 5 ans. « S’il n’apprend pas l’arabe à l’école, il risque de perdre une par­tie de cette double culture qui est pour­tant une richesse. » La mère, qui n’est pas musul­mane, recon­naît avoir eu quelques craintes, notam­ment rela­tives au communautarisme.

 

« Mais celles-ci se sont vite dis­si­pées après dis­cus­sion avec la direc­trice. La reli­gion est acces­soire », estime-t-elle. Au contraire, pour d’autres, l’apprentissage du Coran à l’école est « un plus ».

 

Livre religieux pour enfant au centre culturel musulman de Grenoble © Florian Espalieu - Place Gre'net

Livre reli­gieux pour enfant au centre cultu­rel musul­man de Grenoble. © Florian Espalieu – Place Gre’net

Et la ques­tion reli­gieuse, si elle n’est pas pré­pon­dé­rante, reste bien pré­sente. Dans la tenue ves­ti­men­taire, déjà, même si les parents n’affichent pas tous de signes ostensibles.

 

Ainsi, près d’une mère sur deux cache ses che­veux der­rière un fou­lard. Et l’une d’elle porte gants et niqab, un voile cou­vrant inté­gra­le­ment le visage et ne lais­sant appa­raître que les yeux. Une tenue pour­tant contraire à la loi depuis 2010.

 

Le per­son­nel de l’école, exclu­si­ve­ment fémi­nin, porte quant à lui le voile, même si cer­taines ensei­gnantes tendent à l’enlever quand elles sont uni­que­ment en pré­sence des enfants. Parmi les élèves, deux fillettes d’une dizaine d’années ont éga­le­ment les che­veux couverts.

 

 

Des journées plus chargées qu’à l’école publique

 

Dans les pro­grammes, l’“éveil à la foi” se fait une demi-heure le matin et une demi-heure l’après-midi, quatre jours par semaine. « Ce temps est consa­cré à l’apprentissage du livre saint et, pour les élèves de pri­maire, à l’explication de ver­sets », détaille Stéphanie Verscheure, direc­trice de l’établissement. Non sans rap­pe­ler que « cet exer­cice per­met aussi de faire tra­vailler la mémoire ».

Poursuivez votre lecture

Il vous reste 80 % de l’article à lire. Obtenez un accès illimité.

Vous êtes déjà abonné.e ? Connectez-vous

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

FE

Auteur

A lire aussi sur Place Gre'net

La Région annonce une campagne massive de tests de dépistage Covid-19 avant les fêtes de fin d'année
Distribution de masques et caméras thermiques : le plan de rentrée de Laurent Wauquiez pour les lycéens et apprentis

  EN BREF – Laurent Wauquiez a présenté, ce vendredi 28 août à Lyon, son « plan sanitaire de rentrée » pour les lycées et Lire plus

Les parents réclament l’ouverture d’une cinquième classe à l’école Rivoire de la Dame à Sassenage pour éviter une surcharge des classes
Sassenage : des parents d’élèves se mobilisent contre la surcharge des classes à l’école Rivoire de la Dame

FIL INFO - À Sassenage, les parents d’élèves de l’école Rivoire de la Dame réclament l’ouverture d’une cinquième classe à la rentrée pour faire face Lire plus

Les AESH de l’Isère (de nouveau) devant le rectorat pour dénoncer des conditions de rentrée « anarchiques »

  FOCUS — Les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH) étaient de nouveau devant le rectorat de Grenoble, mercredi 4 septembre. Motif de Lire plus

UNE Rentrée des classes à Grenoble. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net
Rentrée scolaire à Grenoble : le dédoublement des classes fait des heureux… et des laissés pour compte

FOCUS - Douze écoles à Grenoble relevant de l'éducation prioritaire bénéficient, pour cette rentrée, de classes en CP et CE1 en petits effectifs, et donc Lire plus

Le Snes-FSU s’inquiète des sureffectifs et du manque de postes dans les collèges et lycées

FOCUS - La section académique du Snes-FSU, qui tenait ce jeudi 31 août sa réunion de rentrée à la Bourse du travail, s'inquiète de la Lire plus

ecoles-maternelle-Noyarey
Seules deux communes de l’agglomération grenobloise reviennent à la semaine de quatre jours

DÉCRYPTAGE - En Isère, 37 % des communes passent à l’organisation des temps scolaires sur quatre jours dès cette rentrée, selon le Rectorat. Alors que les Lire plus

Flash Info

|

03/12

12h21

|

|

03/12

10h25

|

|

03/12

9h49

|

|

02/12

22h42

|

|

02/12

18h18

|

|

02/12

11h21

|

|

02/12

8h30

|

|

01/12

14h28

|

|

01/12

11h39

|

|

30/11

19h38

|

Les plus lus

Environnement| Des loups en plein centre-ville de Grenoble à la faveur du confinement ?

Des contrôles pour le respect des consignes de confinement. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Fil info| Confinement : à Grenoble, la police nationale a verbalisé… des policiers municipaux

Manifestation contre la loi de travail, 26 mai 2016. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'Net

Société| Manifestation contre la loi Travail : des licornes et des heurts à Grenoble

Bois Français. © Isère Tourisme

Société| Des points d’eau pour se rafraîchir !

Témoignage d'une ancienne allocataire du RSA en Isère, aujourd'hui sans aide sociale pour avoir voulu se réinsérer en reprenant une formation.

Société| “J’ai perdu mon droit au RSA pour avoir voulu me réinsérer”

Heureuses... par accident, Les banquettes arrières au Théâtre en Rond de Sassenage le samedi 4 décembre 2021 à 20h30

Agenda

Je partage !
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin