Les déchèteries de l’agglo restent accessibles aux usagers malgré la poursuite de la grève des agents

sep article



FIL INFO – En grève depuis le 25 septembre contre la nouvelle organisation de leurs conditions de travail, les agents des déchèteries métropolitaines ont reconduit leur mouvement ce mardi. Celui-ci devrait se poursuivre au moins jusqu’à vendredi, date de la prochaine rencontre avec la direction. En attendant, les 21 déchèteries de l’agglomération, majoritairement bloquées la semaine dernière, ont de nouveau ouvert au public.

 

 

Jeudi der­nier, les agents ont pro­fité de l’i­nau­gu­ra­tion de la nou­velle déchè­te­rie de Saint-Martin-d’Hères pour faire entendre leurs reven­di­ca­tions. © Manuel Pavard, Place Gre’net

Le mou­ve­ment de grève dans les déchè­te­ries métro­po­li­taines, débuté mardi 25 sep­tembre à l’appel de la CGT, est entré dans sa deuxième semaine ce mardi. Les agents pro­testent notam­ment contre la nou­velle orga­ni­sa­tion de leurs condi­tions de tra­vail qu’entend impo­ser, selon eux, la Métropole.

 

Parmi les prin­ci­paux points de cris­pa­tion, le « tra­vail obli­ga­toire le dimanche sans majo­ra­tion sala­riale », la « mobi­lité sans pré­avis sur l’ensemble du ter­ri­toire métro­po­li­tain », un « mana­ge­ment auto­ri­ta­riste » ou encore le « non-res­pect déli­béré des règles d’hygiène et de sécu­rité ».

 

 

Des tracts appelant à signer une pétition en ligne

 

Pourtant, ce mardi, les 21 déchè­te­ries de l’agglomération gre­no­bloise, en majo­rité blo­quées la semaine der­nière, étaient de nou­veau acces­sibles au public. Mais gare aux effets d’optique : cette réou­ver­ture n’a rien à voir avec un quel­conque essouf­fle­ment de la mobi­li­sa­tion.

 

« Si des déchè­te­ries sont ouvertes, c’est parce que la Métropole a décidé de faire appel à des inté­ri­maires pour rem­pla­cer les gré­vistes », dénonce Dimitri Martinez, secré­taire géné­ral de la CGT-Métro. « Mais il y a tou­jours le même nombre de gré­vistes, soit 14 ou 15 sur les 19 agents titu­laires ! »

 

Déchèterie Jacquard, l'une des trois déchèteries que compte Grenoble © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

A l’ins­tar de la déchè­te­rie Jacquard, la majo­rité des 21 déchè­te­ries de l’ag­glo­mé­ra­tion étaient blo­quées la semaine der­nière, avant de réou­vrir cette semaine. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

 

Faute de blo­cage, les agents ont choisi d’adopter une nou­velle stra­té­gie. Toute la jour­née, ces der­niers se sont ainsi relayés devant les dif­fé­rentes déchè­te­ries pour dis­tri­buer des tracts appe­lant à signer une péti­tion en ligne (sur change.org), ainsi qu’une péti­tion papier « très majo­ri­tai­re­ment signée », selon François Bard, gar­dien de déchè­te­rie et repré­sen­tant du per­son­nel CGT.

 

 

« La première réponse de la Métropole, c’est d’envoyer ses agents au tribunal »

 

Quant aux rela­tions avec la Métropole, celles-ci soufflent le chaud et le froid. « La pre­mière réponse de la Métropole, c’est d’envoyer ses agents au tri­bu­nal », s’indigne Dimitri Martinez. Le syn­di­ca­liste a en effet été assi­gné devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif ce mer­credi matin, suite aux constats d’huissiers dres­sés sur les blo­cages ces der­niers jours.

 

La Métropole (ici Georges Oudjaoudi, vice-pré­sident en charge de la pré­ven­tion, la col­lecte et la valo­ri­sa­tion des déchets) rece­vra la CGT ven­dredi . © Manuel Pavard, Place Gre’net

Néanmoins, une petite brèche s’est ouverte ce mardi dans les négo­cia­tions avec la Métropole, encore au point mort la veille. Direction et syn­di­cats ont ainsi accepté de se ren­con­trer ven­dredi matin, après plu­sieurs ten­ta­tives d’ac­cord infruc­tueuses.

 

Un ren­dez-vous réclamé depuis le début par les deux par­ties mais dont la tenue était pour­tant loin d’être gagnée.

 

 

« A l’origine, ils nous ont pro­posé un ren­dez-vous mais pour par­ler uni­que­ment du mana­ge­ment, déplore Dimitri Martinez. On leur a répondu qu’on n’accepterait de dis­cu­ter que dans le cadre glo­bal du pré­avis. » Pour l’instant, la Métropole s’est pliée à cette demande. Mais les agents seront inflexibles, pré­vient François Bard : « Soit on se ren­contre pour abor­der tous les points de reven­di­ca­tion, soit on ne se ren­contre pas. »

 

Manuel Pavard

 

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
1913 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.