Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter

Lutte contre l’alcoolisation massive dans l’espace public : “Nous devons tirer les conclusions des expériences passées”

sep article

TROIS QUESTIONS À – La Ville de Grenoble va lancer une action pour lutter contre l’alcoolisation massive dans l’espace public, observée lors d’événements festifs… Ce qui n’empêche en rien, explique en substance Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué à l’Animation, aux Évènements et Temps festif, la tenue d’événements autour de la bière, comme “le Bal des Bulles“, ce dimanche 10 septembre au Jardin de Ville ou le Grenoble beer week sur l’Esplanade fin septembre. “Il ne s’agit pas du même public“, affirme l’élu EELV. Qui met aussi les choses au clair en ce qui concerne les autorisations d’ouverture de terrasses des bars et restaurants.

 

 

 

Place Gre’net – La Ville semble parfois avoir du mal à arbitrer entre la préservation de la tranquillité des riverains et le désir d’avoir une ville animée en soirée. Alors que plusieurs événements publics sur le thème de l’alcool sont prévus (Bal à bulles, Grenoble beer week, Millésime etc.), comment comptez-vous concilier ces deux objectifs ?

 

 

Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué à l'Animation, aux Évènements et Temps festifs de la Ville de Grenoble DR

Olivier Bertrand, conseiller municipal délégué à l’Animation, aux Évènements et Temps festifs de la Ville de Grenoble DR

Olivier Bertrand – En ce qui concerne Le Millésime, cet événement autour des vins et de la musique classique en est à sa 23e édition. Il n’y a jamais eu de souci car on y croise des consommateurs éclairés.

Autour de la bière, se montent en effet de nouveaux événements festifs, phénomène révélateur d’un réel engouement, qui est bien plus qu’une mode, à mon avis. J’ai participé à quelques événements de ce type-là car je suis moi-même amateur de bières, et on voit un public qui vient pour déguster, et pas picoler… Ce sont en effet des temps propices pour découvrir les bières, leurs subtilités et non s’alcooliser à l’excès.

 

D’ailleurs, un exemple concret : lors de l’événement beaucoup plus grand que celui de ce dimanche, qui s’est tenu au Palais des sports [le festival de la bière ndlr], en avril dernier… on a eu zéro souci, car le public consomme avec modération.

 

Bref, ces festivités autour de la bière n’ont donc strictement rien à voir avec des soirées arrosées, de type soirées étudiantes. Il ne s’agit pas d’un événement susceptible de causer des troubles à l’ordre public ou qui serait gênant pour les riverains, les habitants du centre ville…

 

Sans commentaires... © Joël Kermabon - Place Gre'net

Au festival du Cabaret Frappé  © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

S’agissant de la manifestation de ce dimanche au jardin de Ville, le dernier concert se termine vers 22 heures. Donc, pas de nuisances possibles… J’ajoute que, pour tout type d’événement sur l’espace public, la police municipale est dans la boucle, fait des rondes, et une personne du service événementiel est aussi sur le pont…

 

 

Dans le même temps, la Ville semble limiter de plus en plus les autorisations de terrasses ouvertes le soir. Y a-t-il aujourd’hui un problème avec les débits de boisson à Grenoble ?

 

[…]

 

La suite de contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

Email this to someoneShare on FacebookShare on Google+Tweet about this on Twitter
commentez lire les commentaires
1481 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. on a tous été jeunes,
    le phénomène souligné est plus l’alcoolisation forte, bon…. je me souviens qu’a une époque on sortait pas avant d’avoir bu notre bouteille de whisky (chacun avait son nom sur sa bouteille), on hurlait pas pour autant
    c’est gros rassemblement / concentration de bar, avec en plus la cigarette dehors ca n’aide pas.
    Je compatis avec les riverains (étant désormais à me lever tôt, tous les jours, et veiller sur le sommeil d’un petit).

    comme pour beaucoup de sujets traités on mélange les genres avec un chiffon rouge: bruit + alcool alors que éduquer les gens / verbaliser aiderait
    C’est parce que Grenoble tourne poubelle que tout est permis, et pas besoin de Robocop pour chasser les personnes, juste un peu de bon sens, de temps en temps intervenir sur les mégots, les tags, les nuisances histoire que la notion de vie ensemble reemerge.

    Un détail : en Allemagne les bouteilles sont consignées = pas ou peu de cassées (elles ont une valeure) et peu ou pas d’oubliées, et si elles sont oubliées les SDF les récupères pour se faire 15ct ou 20ct
    On essaie de limiter le verre cassé dans les rues?

    sep article
  2. Notez comme la municipalité Piolle parle d’animation alors qu’il s’agit de nuisances, que les riverains subissent, que ce soit lors de çes fêtes ainsi que toute l’année durant? Et que dire de ces bandes de zadistes ou sdf saouls, qui salissent nos rues, créent des troubles à l’ordre publique, s’ennivrent aux yeux de tous? Appliquer le décrets qui légifère la consommation d’alcool sur l’espace publique, c’est si difficile?

    sep article