Troisième circonscription de l’Isère : qui pourrait déboulonner Michel Destot ?

sep article

Festival oenologique et musical Le Millésime à Grenoble du 5 au 20 octobre 2019

DÉCRYPTAGE – La troisième circonscription de l’Isère, traditionnellement ancrée à gauche, où Michel Destot règne en maître depuis 1988, n’échappe pas à la guerre des gauches pour ces prochaines élections législatives. Feu les espoirs de rassemblement entre le PS, EELV, la France insoumise et le PCF. Chaque formation fait cavalier seul, ou presque. De quoi compliquer une situation déjà tendue dans une circonscription où la candidate de La République en marche pourrait bien l’emporter.

 

 

La 3e circonscription de l’Isère est, depuis 1988, le fief du député sortant Michel Destot (PS). Autant dire un bail. L’ancien maire de Grenoble se représente, cette fois-ci assisté de sa suppléante Francine Claude, conseillère municipale à Fontaine. Les électeurs de cette circonscription – regroupant les cantons de Fontaine-Sassenage, Grenoble III, Grenoble V et Grenoble VI –, traditionnellement à gauche, renouvelleront-ils ce vote le 11 juin lors du premier tour des élections législatives ?

 

Bien malin qui peut le dire. Si l’on extrapole les résultats du premier tour de la présidentielle qui ont vu s’effondrer Benoît Hamon, le candidat du Parti socialiste, et les résultats de quelques récents sondages sur les élections législatives, rien ne laisse penser que Michel Destot pourrait sortir indemne de la bataille.

 

Quant à atteindre, comme en 2012, les quelque 40,49 % des voix qu’il avait engrangées sur la circonscription… En embuscade, Émilie Chalas, la candidate de La République en marche (LREM), forte des résultats obtenus par Emmanuel Macron sur l’agglomération, attend son heure. Mais il faut aussi compter sur Raphaël Briot de la France insoumise, qui entend bien tenir la dragée haute à ses adversaires, d’autant que Jean-Luc Mélenchon à réalisé d’excellents scores, notamment sur les bureaux de vote de Chorrier-Berriat, autour de Mistral, de Vigny-Musset et du Village olympique.

 

Parmi les onze autres prétendants au siège de député en lice (voir encadré), la candidate Les Républicains Élodie Léger, Soukaïna Larabi qui a obtenu le soutien de Europe écologie-les Verts (EELV), la candidate du Front national Béatrix Bolvin et Jean-Paul Trovero, le maire communiste de Fontaine.

 

 

 

Michel Destot brigue un septième mandat

 

 

De fait, Michel Destot qui se présente pour un septième mandat se retrouve dans une position beaucoup moins favorable qu’en 2012, nétant plus le candidat de la majorité présidentielle et surtout plus maire de Grenoble depuis 2014. Autant de vagues sur lesquelles il ne peut plus surfer. De plus, si l’on considère, a priori, que son électorat appartient plutôt au courant de la gauche modérée, ces mêmes électeurs pourraient fort bien être intéressés par la candidature de Émilie Chalas qui, le vent en poupe, joue presque sur du velours.

 

Michel Destot, député sortant de la 3e circonscription de l'isère et sa suppléante Francine Claude. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Michel Destot, député sortant de la 3e circonscription de l’Isère et sa suppléante Francine Claude. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ajoutons à cela la candidature de la jeune socialiste – désormais exclue du PS – Soukaïna Larabi (Ensemble pour gagner !) qui a soutenu Benoît Hamon, et de sa suppléante l’écologiste Maryvonne Boileau de la majorité d’Éric Piolle qui pourrait bien siphonner des voix socialistes.

 

 

Quant au candidat de la France insoumise – la “nouvelle gauche” – ne risque-t-il pas aussi de voler des voix à Michel Destot, alors que Mélenchon avait été placé en tête au premier tour de la présidentielle à Grenoble ? Élection compliquée, dites-vous ?

 

L’élu reste cependant confiant et compte bien sortir quelques atouts de sa manche. Notamment son bilan et sa notoriété, le tout reposant sur un socle électoral qu’il estime important, bien que sans doute un peu vieillissant et, partant, allant en s’effritant. Pour autant, rien n’est joué, l’éclatement des voix qui se profile au premier tour est tel que Michel Destot pourrait très bien se retrouver au second tour.

[…]

La suite du contenu est réservé aux abonnés

Connectez vous…

Veuillez vous connecter pour accéder à cette page.
S'inscrire

 

…ou choisissez votre abonnement ci-dessous !

commentez lire les commentaires
4600 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. Difficile de dire si Destot pourra ou non arriver au second tour.

    Il bénéficie d’un réseau, il bénéficie d’une expérience, il bénéficie aussi d’un appareil. Les Insoumis avaient une chance si Piolle n’avait pas le nécessaire pour placer une dissidente associée à une écolo S.Labari en face de Destot. Peut être que Piolle préfère finalement avoir une candidate EnMarche face au FN au second tour plutôt que Destot (c’est l’homme qui serait visé donc). C’est honteux.

    Car il y avait un espace pour un candidat de gauche au second tour, même avec Destot que je n’apprécie guère il faut être lucide c’est lui qui aurait sans doute pu atteindre le second tour, le PC et les Insoumis étant divisés, mais il aurait été possible de discuter nous Insoumis, nous Communistes pour définir un projet cohérent avant de fusionner avec le PS.

    Avec cette dissidente PS/Ecolo (!!!) dans une campagne déjà bien difficile, il ne faut pas s’attendre à des miracles pour la gauche, et ce dissident est installé par Piolle:

    – je ne comprends rien, Piolle se met à dos les Insoumis à Grenoble,

    – il se met à dos le PS /écolos car Destot reste le candidat du PS n’en déplaise à Piolle. En réalité Piolle vise sans aucun doute la personne de Destot…

    Car je ne veux pas faire un chèque en blanc à Monsieur Macron, mais avec la manoeuvre de Piolle rien n’est certain maintenant, puisque la candidate EnMarche sera probablement là, elle ira prendre des voies à la droite peu présente dans cette circo, la gauche centriste, et bénéficiera du courant actuel, là où Destot n’a pas rejoint EnMarche, contrairement à Véran ou Fioraso qui doit compter les jours pour l’avouer vraiement…

    A croire que l’esprit égoiste de Piolle pour combattre Destot dépasse l’esprit républicain, puisque avec ce choix, il divise toute la gauche, PS, Insoumis, Communistes…Bravo Monsieur Piolle vous avait trahi vos engagements avec le FDG de Grenoble. Enfin rappelons que je n’ai jamais apprécié Destot, en pourtant je reconnais son expertise et sa fidélité à sa famille dans cette période délicate pour le PS.

    sep article