Greenpeace contre Total : action dans une station-service de La Tronche pour protéger les coraux de l’Amazone

sep article



REPORTAGE – Ce samedi 27 mai, Greenpeace a lancé un appel à la mobilisation internationale pour protester contre un projet de forage du groupe Total au large du Récif de l’Amazone. Pendant que les militants de l’ONG, associés à ceux d’Action non violente Cop21 (ANV-Cop21), occupaient une vingtaine de stations-service dans 18 villes de France, les activistes des groupes locaux de Grenoble et Chambéry se donnaient rendez-vous devant la station-service Total située à La Tronche.

 

 

 

Lors d'une mobilisation internationale contre Total, les militants de Greenpeace et ANV-Cop21 ont occupé la station-service de La Tronche samedi 27 mai.

L’action de Greenpeace et ANV-Cop21 contre Total. L’objectif ? Défendre le Récif de l’Amazone. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Il était 11 heures quand, ce samedi 27 mai, une dizaine de per­sonnes de tous âges ont débar­qué, en défi­lant l’une après l’autre sur leur vélo, à la sta­tion-ser­vice Total de La Tronche. Gilets fluo­res­cents, sacs à dos, t‑shirts confor­tables aux cou­leurs vives : on aurait pu croire qu’il s’agissait d’un ras­sem­ble­ment de cyclistes.

 

Mais au lieu de gourdes et de ravi­taille­ments, les cyclistes ont pré­féré sor­tir de leurs sacs quelques pan­neaux en formes de pois­sons, de tor­tues ou de dau­phins, pour les affi­cher sur les vitrines et les pompes de la bou­tique.

 

Suivant les direc­tives inter­na­tio­nales, ces mili­tants de Greenpeace Grenoble-Chambéry et d’ANV-Cop21 démar­raient ainsi leur action sym­bo­lique. Au même moment, dans 17 villes de France (dont Paris, Strasbourg, Bordeaux et Lille), armés à leur tour de sil­houettes de créa­tures marines, d’autres acti­vistes et cama­rades de lutte enva­his­saient une ving­taine de points de vente du groupe pétro­lier.

 

L’objectif de tous ces mili­tants ? Demander à ce géant de l’industrie des com­bus­tibles fos­siles à échelle mon­diale de renon­cer à ces pro­jets d’ex­plo­ra­tion pétro­lière à l’embouchure de l’Amazone. C’est dans cette région, en effet, qu’une équipe de scien­ti­fiques a récem­ment décou­vert l’existence d’un récif coral­lien étendu sur 95 000 km2.

 

 

Cliquez sur la flèche au milieu en haut de l’i­mage pour démar­rer le dia­po­rama.

 

 

 

 

Poissons, tortues et corail dans une station-service : une action symbolique

 

 

Et pour cause, les explo­ra­tions pétro­lières en off­shore ultra-pro­fond pour­raient pro­vo­quer une marée noire s’étendant des côtes bré­si­liennes jusqu’à la Guyane fran­çaise. Une catas­trophe éco­lo­gique, sans comp­ter l’im­pact sur les res­sources des com­mu­nau­tés locales.

D’où l’explication du geste sym­bo­lique que les mili­tants des asso­cia­tions de pro­tec­tion de l’environnement ont accom­pli ce samedi dans toute la France : trans­for­mer les points de vente Total en récif coral­lien en des­si­nant, sur le sol et sur les vitrines, des coraux à la pein­ture jaune, ou bien en dis­po­sant des pan­neaux repré­sen­tant des tor­tues, des dau­phins ou des espèces de pois­sons.

 

L'action de Greenpeace et ANV-COP21 contre Total. L'obectif? Défendre le Récif de l’Amazone. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

L’action de Greenpeace et ANV-Cop21 contre Total. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

 

La par­ti­cu­la­rité de ces sil­houettes ? Leur cou­leur noire, fond duquel se détachent les phrases écrites par les inter­nautes qui sou­tiennent la péti­tion lan­cée en avril 2016 sur le site de Greenpeace : « Arrêtez de pol­luer notre pla­nète à long terme, pour vos pro­fits à court terme », « STOP à l’écocide, nous n’avons qu’une pla­nète », ou encore plus pro­phé­tique : « Ce pro­jet sera voué à l’échec. Le pétrole est sans ave­nir. »

 

 

 

L’effet de surprise : une arme à double tranchant

 

 

L’occasion, donc, de sen­si­bi­li­ser les citoyens à la cause envi­ron­ne­men­tale de manière directe… et très voyante. « Les formes des pois­sons recou­verts de pein­ture noire évoquent la vie mena­cée par le pétrole. Elles sont beau­coup plus par­lantes qu’une pan­carte tra­di­tion­nelle », pré­cise Christelle.

 

Reste que ces pan­neaux, n’ont été visibles qu’en­vi­ron une heure, c’est-à-dire le laps de temps pen­dant lequel l’action des mili­tants gre­no­blois s’est dérou­lée. Pris de court par l’arrivée inat­ten­due des acti­vistes, le gérant a en effet blo­qué l’accès au point de vente Total à La Tronche, en entou­rant l’entrée avec des cônes de signa­li­sa­tion de chan­tier. Pour toute expli­ca­tion, il a déclaré être « en plein tra­vaux ».

 

L'action de Greenpeace et ANV-COP21 contre Total. L'obectif? Défendre le Récif de l’Amazone. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

La sta­tion-ser­vice « ferme pour tra­vaux » après l’ar­ri­vée des mili­tants de Greenpeace et d’ANV-Cop21. © Yuliya Ruzhechka

Damien Londiveau, res­pon­sable d’ANV-Cop21 ne cache pas sa décep­tion : « Notre idée était de lais­ser l’accès libre aux uti­li­sa­teurs pour que les clients puissent entrer, se ser­vir, tout en échan­geant avec nous. Les mili­tants auraient dû leur poser des ques­tions, les infor­mer du pro­jet de forage de Total au large du récif de l’Amazone et ouvrir un dia­logue sur ce sujet. »

 

Loin de se décou­ra­ger, ces der­niers ont pour­tant pour­suivi leur action de sen­si­bi­li­sa­tion, en essayant d’arrêter les voi­tures de pas­sage pour leur lais­ser des tracts expli­ca­tifs. Un retour aux méthodes tra­di­tion­nelles ? Pas tout à fait. « Notre but est quand même atteint, parce que nous visions à nous faire connaître grâce aux réseaux sociaux, qui nous per­mettent d’avoir une visi­bi­lité d’ampleur natio­nale et inter­na­tio­nale, estime Jean-Luc Mokhmari, coor­di­na­teur adjoint de Greenpeace Grenoble.  Finalement, notre action gagne en termes d’image. »

 

 

« La cible de notre protestation est Total, une grosse entreprise qui exploite ses employés »

 

 

Quant aux désa­gré­ments qu’ils pour­raient avoir pro­vo­qués au ges­tion­naire du petit com­merce, les mili­tants ne semblent pas trop s’en inquié­ter. « La cible de notre pro­tes­ta­tion est Total, une grosse entre­prise qui exploite ses employés. Et même quand il s’agit de gérants indé­pen­dants d’une fran­chise, leur marge de gain est limi­tée. Eux aussi, ils sont à consi­dé­rer comme des vic­times de Total », affirme Jean-Luc Mokhmari.

 

L'action de Greenpeace et ANV-COP21 contre Total. L'obectif? Défendre le Récif de l’Amazone. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Damien Londiveau, res­pon­sable d’ANV-Cop21 dis­cute avec le repré­sen­tant de la sta­tion-ser­vice Total de La Tronche. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

La ques­tion des rela­tions du gérant de la sta­tion ser­vice avec le géant pétro­lier reste cepen­dant ouverte. Invité à maintes reprises à don­ner son opi­nion sur la situa­tion, ce der­nier a en effet refusé de s’exprimer.

 

« Apparemment, il s’agit d’une fran­chise, donc le gérant est un privé », affirme Damien Londiveau, suite à un dia­logue animé avec le pro­prié­taire. Et celui-ci d’enchaîner, en ébau­chant une timide ten­ta­tive d’excuses : « Notre erreur a été de ne pas être au cou­rant de cette infor­ma­tion. Nous ne vou­lions pas aller à l’encontre du fonc­tion­ne­ment de la sta­tion. »

 

Du reste, juste après le départ des mili­tants (et, avec eux, des jour­na­listes), la sta­tion a rou­vert ses portes aux clients comme si rien ne s’était passé. Et les tra­vaux en cours ? Oubliés, eux aussi. Ou recon­ver­tis en une opé­ra­tion de net­toyage. En l’espace de quelques minutes, la plu­part des pan­neaux avaient été enle­vés. Seuls quelques pois­sons res­ca­pés res­taient expo­sés, sus­ci­tant la curio­sité des usa­gers.

 

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à La Tronche

 

 

UN PRÉCIEUX ÉCOSYSTÈME EN DANGER

 

Le récif d’Amazone est un tré­sor de la nature menacé par l’activité humaine avant même que sa richesse n’ait pu être com­plè­te­ment explo­rée. Depuis quelques années, selon Greenpeace, l’ampleur des res­sources de com­bus­tible fos­sile inex­ploi­tées dans le sol au nord du Brésil attire l’attention des com­pa­gnies pétro­lières. Deux d’entre elles, BP et Total, sou­haitent notam­ment effec­tuer des forages explo­ra­toires, sans tenir compte des dis­tances régle­men­taires à res­pec­ter.

 

Lina Nekipelov, co-coordinatrice de Greenpeace Chambery avant l'action de Greenpeace et ANV-COP21 contre Total. © Yuliya Ruzhechka - Place Gre'net

Lina Nekipelov, co-coor­di­na­trice de Greenpeace Chambéry avant l’ac­tion de Greenpeace et ANV-Cop21 contre Total. © Yuliya Ruzhechka – Place Gre’net

Lina Nekipelov, coor­di­na­trice de Greenpeace Chambéry, pré­cise : « Le gou­ver­ne­ment bré­si­lien a ordonné une étude envi­ron­ne­men­tale, suite à celle menée par Total, qui avait ten­dance à mini­mi­ser les risques. Total ne peut pas com­men­cer sa recherche de pétrole sans retour de cette étude. La situa­tion est en attente, mais on pré­fère anti­ci­per… »

 

Pour expli­quer les consé­quences néga­tives de cette éven­tuelle exploi­ta­tion, Christelle, membre de Greenpeace à Grenoble, prend la parole : « Le récif de l’Amazone a été décou­vert en avril 2016, et il abrite une grande bio­di­ver­sité com­po­sée de diverses espèces de coraux, d’éponges et de rho­do­nites. Si, comme elle l’espère, Total par­vient à forer à moins de 30 kilo­mètres de cet éco­sys­tème, il y aura un fort risque de fuite de pétrole qui ira anéan­tir l’immense com­plexité de cet envi­ron­ne­ment : ainsi, beau­coup de pois­sons et d’algues seront en dan­ger de mort, avec des consé­quences dra­ma­tiques au niveau éco­lo­gique. »

 

commentez lire les commentaires
4572 visites | 2 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 2
  1. Ces mili­tants verts tiennent un dis­cours d’ex­trême-gauche. En fait, ils sont davan­tage rouges que verts.…

    sep article
  2. GreenPeace, par­don, RedWar, est devenu une sorte de secte inté­griste, qui se pré­vaut de déte­nir toute vérité, et qui fait beau­coup de mal à l’é­co­lo­gie ration­nelle, posi­tive et construc­tive.

    sep article