Le camp Valmy menacé d’expulsion : décision dans une semaine

sep article



FOCUS – Le tribunal administratif examinait, ce jeudi 20 avril, la procédure d’expulsion du camp Valmy intentée par la Ville de Grenoble. Une centaine de migrants, venus pour la plupart d’Albanie, de Macédoine et de Serbie, occupent depuis deux mois le parc Valmy, derrière le Stade des Alpes, où ils ont installé un campement de fortune, avec le soutien de l’Assemblée des locataires, mal logé-e‑s et sans logement. Le juge des référés rendra sa décision d’ici une semaine.

 

 

 

La convo­ca­tion a pris tout le monde de court. Quelques jours plus tôt en effet, Eric Piolle, répon­dant en conseil muni­ci­pal à une ques­tion orale de Guy Tuscher, élu du groupe Ensemble à gauche, s’é­tait engagé à sco­la­ri­ser la tren­taine d’en­fants vivant sur le camp Valmy ainsi qu’à y ins­tal­ler des toi­lettes sèches. Certains y voyaient « un signe posi­tif ou au moins une lueur d’es­poir ».

 

La douche n’en a été que plus froide ven­dredi der­nier, lorsque ces der­niers ont appris que la Ville de Grenoble les assi­gnait devant le tri­bu­nal admi­nis­tra­tif, ce jeudi 20 avril, pour une expul­sion en référé. Une pro­cé­dure d’ur­gence, donc.

 

L'annonce par la ville de la prochaine scolarisation des enfants du camp avait pourtant donné de l'espoir aux migrants. © Manuel Pavard, Place Gre'net

L’annonce par la Ville de la pro­chaine sco­la­ri­sa­tion des enfants du camp avait donné de l’es­poir aux migrants. © Manuel Pavard, Place Gre’net

[…]
La suite du contenu est réservé aux abon­nés

Connectez vous…

Veuillez vous connec­ter pour accé­der à cette page.
S’inscrire

 

…ou choi­sis­sez votre abon­ne­ment ci-des­sous !

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3737 visites | 3 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 3
  1. On a com­pris. Comme d’hab” la mai­rie néo-mélen­cho­niste amie des jogueurs manoeuvre, joue la montre et botte en touche 🙁

    sep article
  2. Quelques com­men­taires (le contraire vous aurait cer­tai­ne­ment éton­nés) 😉
    – à ma connais­sance, des toi­lettes sèches ont été ins­tal­lées. Y en a‑t-il assez ? Et même le ramas­sage des ordures a été orga­nisé.
    – les enfants sont tou­jours sco­la­ri­sés avec, ce me semble, can­tine gra­tuite à midi, et le seront jus­qu’à la fin de l’an­née sco­laire, dixit un élu. Donc pas d’ex­pul­sion avant juin/juillet
    – « Les acteurs publics, qui sont en situa­tion de déci­sion, refusent de faire le néces­saire… »
    dit Me Costa et il a rai­son : les deman­deurs d’a­sile doivent être logés par l’Etat, le conseil dépar­te­men­tal doit s’oc­cu­per aussi des familles avec enfants. Aucun des deux ne rem­plit ses obli­ga­tions. Est-ce que la préf et le conseil dépar­te­men­tal vont se bou­ger à moins que la marine ne devienne pré­si­dente … :-((
    – la réqui­si­tion des bâti­ments vides ? ce serait génial si c’é­tait gra­tuit. Qui paie­rait les fluides (eau, élec­tri­cité notam­ment) ?
    Si cha­cun fai­sait son bou­lot, si les 48 autres com­munes de la Métro s’y met­taient aussi, il n’y aurait pas de camp.

    sep article
  3. Il fait quoi Claude Couttaz, l’a­vo­cat spé­cia­liste du droit des étran­gers qui siège dans la majo­rité d’Eric Piolle ?

    sep article