Nature Isère : découvrir la nature iséroise en quelques clics

sep article



EN BREF – Le Muséum de Grenoble, le Département et la LPO se sont unis pour créer une plateforme internet de participation citoyenne dédiée à la nature iséroise, à ceux qui veulent la découvrir, et à ceux qui veulent échanger dessus. Le nom du site ? Nature Isère.

 

 

« Se pro­me­ner dans notre magni­fique nature isé­roise », c’est ainsi que Catherine Gauthier, direc­trice du Muséum de Grenoble, pré­sente l’am­bi­tion du site Nature Isère, offi­ciel­le­ment lancé le 22 sep­tembre.

 

Le logo de Nature Isère. DR

Le logo de Nature Isère. DR

Un « espace de décou­verte et de par­tage » où la nature sau­vage de l’Isère se retrouve à por­tée de clic de chaque inter­naute.

 

Créé à l’i­ni­tia­tive du Département, du Muséum et de la LPO (Ligue pour la pro­tec­tion des oiseaux), le site a voca­tion à être bien plus qu’un forum, une véri­table « pla­te­forme de contri­bu­tion citoyenne » selon Catherine Gauthier. Le but ? « Permettre aux uti­li­sa­teurs de la nature en Isère d’é­chan­ger. Que l’on soit élève, prof, agri­cul­teur, chas­seur, on peut com­mu­ni­quer sur dif­fé­rents aspects. »

 

 

 

À la découverte des « vedettes » du département

 

 

Témoignages, obser­va­tions, conseils… Au fil des onglets, le site se veut hau­te­ment inter­ac­tif et appelle l’in­ter­naute à contri­buer à la pla­te­forme. « Le ton se veut assez posi­tif : l’i­dée, c’est de par­ta­ger les bonnes pra­tiques, par exemple quelles chaus­sures prendre pour aller se pro­me­ner en famille, etc. », note encore la direc­trice du Muséum.

 

Chêvechette d'Europe. © Lionel Tassan

La chê­ve­chette d’Europe n’aura plus de secrets pour vous. © Lionel Tassan

 

On trou­vera éga­le­ment sur le site un impor­tant tra­vail de car­to­gra­phie, ou encore des pages consa­crées aux « ani­maux vedettes » du dépar­te­ment. Ainsi, en quelques pres­sions d’in­dex, la che­vê­chette d’Europe, la cor­du­lie alpestre ou la bar­bas­telle n’au­ront plus de secrets pour vous. Mais que l’on se ras­sure ! Le cha­mois, l’ef­fraie ou le blai­reau font éga­le­ment par­tie du cas­ting.

 

 

 

Guide de bonnes pratiques

 

 

Quant aux uti­li­sa­teurs impa­tients, ils pour­ront s’en remettre au moteur de recherche du site qui leur déli­vrera tout de suite les articles en lien avec leur demande. L’internaute cher­chant une idée de pro­me­nade ou une recette à base d’or­ties n’aura ainsi qu’à taper les mots clés cor­res­pon­dants. Ce n’est tou­te­fois pas encore aujourd’­hui que seront révé­lés les coins à cham­pi­gnons…

 

Le site compte des documents précieux. Ici, une carte des espaces naturels sensibles du département. DR

Le site compte des docu­ments pré­cieux. Ici, une carte des espaces natu­rels sen­sibles du dépar­te­ment. DR

 

Dernier aspect, et non des moindres : Nature Isère se veut aussi un site rap­pe­lant les bonnes pra­tiques. « Je trouve un ani­mal blessé dans mon jar­din, il se passe quelque chose et je ne sais pas quoi faire… Nature Isère sera la pre­mière étape qui per­met­tra d’a­voir les contacts, les numé­ros, ou sim­ple­ment les bons gestes », explique Catherine Gautier.

 

D’ores et déjà bien ali­menté et foi­son­nant, Nature Isère n’at­tend plus que les par­ti­ci­pa­tions des amou­reux de la nature isé­roise pour s’é­tof­fer encore et deve­nir, ainsi que le sou­haite Catherine Gauthier, « une pre­mière marche pour se lan­cer et décou­vrir ce magni­fique monde natu­rel qui nous entoure ! »

 

 

Florent Mathieu avec Joël Kermabon

 

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2219 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.