Les dessinateurs de rue à la Une sur le mur d’enceinte de l’Ancien évêché

sep article

REPORTAGE VIDÉO – Jean-Pierre Barbier, le président du département de l’Isère, et Éric Piolle, le maire de Grenoble, ont inauguré, ce samedi 4 février, la première exposition hors les murs qu’ait jamais organisée le musée de l’Ancien Évêché. Cinquante-quatre agrandissements de dessins croqués par six dessinateurs de rue professionnels s’offrent désormais à la vue des passants sur le mur d’enceinte de l’Ancien Évêché, côté Très-Cloîtres.

 

 

 

 

Isabelle Lazier, la conservatrice du musée de l'Ancien évêché présente l'exposition. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Isabelle Lazier, la conservatrice du musée de l’Ancien Évêché, en train de présenter l’exposition. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Les habitants, depuis plus de vingt ans, regardent ce mur en se demandant ce qu’ils peuvent en faire », a rappelé Éric Piolle, le maire de Grenoble, ce samedi 4 février au sujet de d’enceinte de l’Ancien Évêché, côté Très-Cloîtres.

 

Des habitants désormais satisfaits puisque l’édile inaugurait justement, en compagnie de Jean-Pierre Barbier, le président du département, la toute première exposition organisée hors les murs par le musée de l’Ancien Évêché sur la vénérable enceinte de l’ancien palais épiscopal. Une exposition pour le moins atypique qui consiste en une longue fresque murale sur laquelle ont été reproduits les agrandissements de cinquante-quatre dessins et croquis réalisés par six “urban sketchers » – ou dessinateurs de rue – professionnels.

 

 

 

Un espace culturel de rue ouvert sur la ville

 

 

Le mur d’enceinte de l’Ancien Évêché, côté rue Très-Cloîtres, qui n’était jusqu’alors qu’une longue muraille haute, grise et triste, offre désormais à la vue des passants des scènes de la vie quotidienne croquées in situ par ces dessinateurs de renom. Une manière de conférer à ce mur « un nouveau caractère, celui d’espace culturel de rue ouvert sur la ville », s’est enthousiasmée la conservatrice du musée de l’Ancien Évêché.

 

Retour en images sur quelques épisodes de cette inauguration.

 

 


Reportage Joël Kermabon

 

 

Cinquante-quatre dessins retenus sur une centaine

 

 

Cette première exposition, qui en préfigure d’autres, est le résultat d’une commande du département de l’Isère. Elle fait écho à l’exposition « Pic & Bulle, la montagne dans la BD », dans la continuité de la première saison de son opération Paysage > Paysages, l’un des marqueurs forts de la politique culturelle 2015 – 2016 impulsée par le département. Une vraie réussite pour Jean-Pierre Barbier, qui en dresse un rapide bilan.

 

Un extrait des dessins de la fresque. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Un extrait des dessins de la fresque. © Joël Kermabon – Place Gre’net

« Pendant trois mois, toute l’Isère s’est mobilisée pour ses paysages […] Deux cents partenaires, cent-soixante rendez-vous, 135 000 personnes ont été directement touchés par cette exposition », se félicite l’élu.

 

C’est après un “sketch tour”, voyage en bus entre Grenoble, La-Tour-du-Pin et l’Isle-d’Abeau, et un “sketch crawl », marathon de dessin qui s’est déroulé à Grenoble dans le quartier Notre-Dame, que les dessinateurs de rue Ben Bert, Emdé, Lapin, Maja, Gérard Michel et Tazab ont pu donner libre cours à leur inspiration. Accompagnés par deux cents participants, dessinateurs débutants ou aguerris, ils ont ainsi livré, au terme de ce périple hors du commun, une centaine de savoureux croquis dont cinquante-quatre ont été retenus pour figurer sur la fresque.

 

 

 

« Casser l’effet frontière avec la rue Très-Cloître »

 

 

Un projet attendu de longue date par les habitants du quartier Alma-Très-Cloîtres (qui jouxte la place Notre-Dame), appuyés par l’association Mosaïque des acteurs du quartier (Amaq) Très-Cloître, la Maison des habitants centre-ville et la table de quartier locale. Le challenge à relever ? « C’était comment embellir ce mur, comment le rendre plus agréable et comment casser cet effet frontière qu’il y a avec la rue Très-Cloître », a expliqué Éric Piolle. Mais pas seulement « puisqu’il s’agissait aussi de soutenir le dynamisme des commerces et des acteurs du quartier comme la Ville, la Métropole, l’État cherchent à le faire ». Et de conclure : « Comme partout en ville, l’art peut vraiment changer notre quotidien, sous toutes ses formes, toutes ses déclinaisons. »

 

Le mur d'enceinte de l'Ancien évêché sous ses nouveaux atours. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Le mur d’enceinte de l’Ancien Évêché sous ses nouveaux atours. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce n’est pas Jean-Pierre Barbier qui lui a apporté la contradiction. « L’art est multiple, il n’y a pas d’art majeur, il n’y a pas d’art mineur, l’art c’est l’expression des artistes quels qu’ils soient. Dessinateurs de BD, de rue… Peu importe, l’art doit pouvoir s’exprimer sous toutes ses formes », a déclaré l’élu lors de son discours inaugural.

 

Le président du département, en sa qualité de tuteur de l’opération ayant abouti à la renaissance du mur d’enceinte, n’a pas manqué d’évoquer l’importante implication du quartier et de l’association Amaq. Mais aussi l’efficacité du partenariat du Département avec son « compagnon de route » de circonstance. En l’occurrence, la ville de Grenoble.

 

L’occasion pour Jean-Pierre Barbier, s’adressant à Éric Piolle, de glisser une de ses petites phrases « à tiroir » : « Compagnon de route un jour, compagnon de route toujours ! », a-t-il lancé, provoquant ainsi quelques rires dans l’assemblée.

 

 

Joël Kermabon

 

 

Une plaquette pour en savoir plus

 

Le Département de l’Isère et le musée de l’Ancien Évêché ont également publié une plaquette de 28 pages, Paysages en Isère. Croquis d’urban sketchers, présentant une partie des dessins réalisés lors du sketch tour et du sketchcrawl.

 

Outre le déroulé du travail réalisé par les dessinateurs professionnels reproduit sur le mur d’enceinte, elle donne à voir une sélection des dessins de participants amateurs. L’ouvrage permet ainsi d’apprécier les différents styles et regards des artistes mais aussi d’en savoir plus sur les diverses techniques picturales mises à contribution.

 

La plaquette est gratuite et peut être retirée à l’accueil du musée.

 

commentez lire les commentaires
2895 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.