Grenoble : le lycée Vaucanson bloqué pour empêcher les épreuves de contrôle continu du Bac

sep article



 

FOCUS – Ce vendredi 24 janvier, des élèves, enseignants, personnels et parents ont bloqué les portes du lycée polyvalent Vaucanson en début d’après-midi. En cause ? La première épreuve de contrôle continu en cours de formation (E3C), à laquelle des élèves ont refusé de se rendre. Une décision prise en assemblée générale malgré « des pressions de l’administration », dénonce Sud éducation.

 

 

Élèves, parents et enseignants devant le lycée Vaucanson. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Élèves, parents et ensei­gnants devant le lycée Vaucanson. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ce ven­dredi 24 jan­vier vers 13 heures, il y avait foule devant le lycée poly­va­lent Vaucanson dont plus d’une cen­taine de lycéens, pro­fes­seurs, parents d’é­lèves et per­son­nels de l’é­du­ca­tion blo­quaient le por­tail.

 

La rai­son de ce blo­cage paci­fique ? Le dérou­le­ment de la pre­mière épreuve de contrôle continu (E3C) à laquelle 57 élèves sur 160 ont refusé de se sou­mettre après en avoir décidé en assem­blée géné­rale. Ce « mal­gré les pres­sions et les inti­mi­da­tions de l’administration sur les élèves et leurs parents », rap­porte le syn­di­cat Sud édu­ca­tion.

 

Tous rejettent en bloc ces épreuves met­tant fin aux séries lit­té­raires, éco­no­mique et social et scien­ti­fique, en accor­dant une place plus impor­tante au contrôle continu. Une des consé­quences de la réforme du bac­ca­lau­réat de Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation natio­nale, sus­ci­tant moult remous et cri­tiques de la part du corps ensei­gnant.

 

 

Les enseignants dénoncent les « effets nocifs et inégalitaires » de la réforme du bac

 

« Nous avons orga­nisé une ren­contre avec les parents mer­credi der­nier et ils voient bien que ces E3C sont mal menés. Mal pen­sés, non péda­go­giques, elles nous mettent dans une situa­tion non for­ma­tive avec les élèves », explique Jean-Christophe Barraud. Professeur d’his­toire-géo­gra­phie, ce der­nier dénonce « des épreuves qui viennent se poser à des moments ponc­tuels et dont on n’aura les notes que dans deux mois ».

 

Le lycée Vaucanson bloqué et en grève. © Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

L’occasion pour l’en­sei­gnant de fus­ti­ger une réforme dont les élèves res­sentent, affirme-t-il, les effets « nocifs et inéga­li­taires ». Notamment le fait de devoir aban­don­ner l’une des trois spé­cia­li­tés « sans en connaître les tenants et abou­tis­sants ».

 

Quant à la déci­sion de blo­quer l’é­ta­blis­se­ment pour empê­cher, en réac­tion, la tenue de l’é­preuve, Jean-Christophe Barraud nous en expose la genèse.

 

 

 

« Ils utilisent la peur contre ceux qu’ils sont censés faire réussir dans la vie »

 

Même son de cloche du côté des élèves de Vaucanson qui dénoncent, pour leur part, un manque d’or­ga­ni­sa­tion et le creu­se­ment des inéga­li­tés. « On n’ar­rête pas de nous par­ler d’é­cole de la confiance, d’é­ga­lité des classes, mais ce n’est abso­lu­ment pas le cas ! », nous confie un élève de pre­mière. Qui, lui aussi, fait part de « l’at­ti­tude auto­ri­taire de l’ad­mi­nis­tra­tion1Le pro­vi­seur, inter­rogé sur place, n’a pas sou­haité s’ex­pri­mer, s’en remet­tant au rec­to­rat. face à la démo­cra­tie lycéenne ».

 

Des poubelles entassées devant le portail du lycée Vaucanson. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Des pou­belles entas­sées devant le por­tail du lycée Vaucanson. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Et pour cause, enchaîne-t-il, « on nous a refusé le droit de réunion et ils exercent une énorme pres­sion sur les élèves […]. Ils uti­lisent la peur contre ceux qu’ils sont cen­sés faire réus­sir dans la vie », s’in­surge le lycéen.

 

Que risquent les élèves qui ont refusé l’exa­men ? « Rien, explique un ensei­gnant. Un élève blo­qué peut invo­quer des rai­sons de sécu­rité et ensuite par­ti­ci­per à l’exa­men de rem­pla­ce­ment. »

 

 

Une trentaine de CRS, dont « certains en équipement anti-émeute »

 

Pour autant, après l’en­tas­se­ment de pou­belles devant les entrées du lycée, la situa­tion, jus­qu’a­lors calme, a pris un tour plus tendu. De fait, vers 14 h 30, des four­gons de police ont pris posi­tion aux abords de l’é­ta­blis­se­ment et déversé une tren­taine de CRS, dont « cer­tains en équi­pe­ment anti-émeute », relate Sud édu­ca­tion. Une inter­ven­tion sur « réqui­si­tion du direc­teur du lycée afin d’é­va­cuer les deux entrées du lycée blo­quées », selon les ser­vices de la Direction dépar­te­men­tale de la sécu­rité publique (DDSP).

 

© Joël Kermabon - Place Gre'net

© Joël Kermabon – Place Gre’net

La suite ? Les adultes pré­sents ont fait un bou­clier humain pour évi­ter tout débor­de­ment et pro­té­ger les élèves.

 

Après som­ma­tions, les forces de l’ordre ont repoussé le groupe afin de déga­ger les deux por­tails en pas­sant à l’intérieur du lycée. Puis ils ont mani­fes­te­ment intimé l’ordre de se dis­per­ser, ce que les mani­fes­tants ont fait dans le calme.

 

Autant dire que pour Sud édu­ca­tion, la pilule n’est pas pas­sée. « Nous obser­vons qu’une fois de plus la seule réponse poli­cière est appor­tée à ceux et celles qui défendent un ser­vice public. Nous conti­nue­rons de nous battre avec déter­mi­na­tion contre les réformes Blanquer et de nos retraites », s’in­digne le syn­di­cat dans un com­mu­ni­qué.

 

« Nous, personnel·les de l’Éducation natio­nale du lycée Vaucanson pré­sents lors du ras­sem­ble­ment dénon­çons avec force la pré­sence poli­cière, ses menaces et la com­pli­cité de notre admi­nis­tra­tion. Est-ce cela l’école de la confiance ? », inter­roge-t-il.

 

Joël Kermabon

 

 

1 Le pro­vi­seur du lycée Vaucanson, inter­rogé sur place, n’a pas sou­haité s’ex­pri­mer s’en remet­tant au rec­to­rat.

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2807 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.