Un plan de financement acté pour la ligne Grenoble-Gap, avec réouverture totale en 2022

sep article



 

FIL INFO — Après des années de mobilisation, la ligne ferroviaire Grenoble-Gap semble enfin sauvée. Mercredi 4 décembre à Valence, un plan de financement des travaux de réhabilitation a été établi, promettant une réouverture totale de la ligne à l’horizon 2022. Une annonce que la Région comme la Métro revendiquent aussi comme une victoire politique.

 

 

La ligne Grenoble-Gap enfin sau­vée ? C’est ce que pense la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez, suite au Comité de pilo­tage inter­ré­gio­nal qui s’est tenu à Valence le 4 décembre der­nier. Une réunion à laquelle par­ti­ci­pait la vice-pré­si­dente en charge des Transports Martine Guibert, mais aussi le pré­sident de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari et le pré­sident du SMTC Yann Mongaburu.

 

Un train en gare de Clelles, le long du tracé Grenoble-Gap © Collectif de l'étoile ferroviaire de Veynes

Un train en gare de Clelles, le long du tracé Grenoble-Gap. © Collectif de l’é­toile fer­ro­viaire de Veynes

 

Son résul­tat ? Un plan de finan­ce­ment des tra­vaux néces­saires pour la péren­nité de la ligne a été conclu pour un mon­tant de 22,5 mil­lions d’eu­ros*. Une somme à laquelle la Région par­ti­ci­pera à hau­teur de 9,8 mil­lions d’eu­ros, aux­quels viennent s’a­jou­ter 2 mil­lions d’eu­ros bud­gé­ti­sés par la Métro depuis main­te­nant plu­sieurs années. Le Conseil dépar­te­men­tal de l’Isère devrait éga­le­ment appor­ter sa pierre à l’é­di­fice.

 

 

Une victoire aux yeux de la Région et de la Métropole

 

Cette avan­cée, le pré­sident de la Région Laurent Wauquiez la reven­dique comme une vic­toire poli­tique. « Je m’étais engagé à sau­ver le Grenoble-Gap. Nous nous sommes bat­tus, tous ensemble, et avons main­tenu la pres­sion pen­dant plu­sieurs mois. Aujourd’hui, nous sommes fiers que son main­tien soit enfin acté », écrit-il dans un com­mu­ni­qué. Non sans rap­pe­ler avoir « hérité » de 830 kilo­mètres de lignes mena­cées lors de sa prise de fonc­tion.

 

Quand Éric Piolle, Yann Mongaburu et Christophe Ferrari se retrouvaient devant la préfecture de l'Isère pour appeler à la sauvegarde de la ligne Grenoble-Gap © Florent Mathieu - Place Gre'net

Quand Éric Piolle, Yann Mongaburu et Christophe Ferrari se retrou­vaient devant la pré­fec­ture de l’Isère pour appe­ler à la sau­ve­garde de la ligne Grenoble-Gap. © Florent Mathieu – Place Gre’net

 

La Métropole n’est pas en reste et rap­pelle, de son côté, s’être « mobi­li­sée depuis le début de la man­da­ture en cours pour la péren­ni­sa­tion de la liai­son fer­ro­viaire entre Grenoble et Gap ». Si elle regrette amè­re­ment le temps perdu, la Métro se réjouit de voir que la mobi­li­sa­tion, por­tée par des élus comme par le (très volu­bile) Collectif de l’Étoile fer­ro­viaire de Veynes, « porte aujourd’­hui ses fruits ».

 

Le déroulé des opé­ra­tions ? Après une période de tra­vaux de réha­bi­li­ta­tion, la ligne Grenoble-Gap doit rou­vrir tota­le­ment à l’ho­ri­zon 2022. Attendues pour l’été 2020, les conclu­sions d’une étude en cours doivent éga­le­ment per­mettre d’é­ta­blir un nou­veau pro­gramme de tra­vaux au-delà de 2023, néces­saire pour assu­rer la péren­nité de la ligne. Reste la ques­tion de son finan­ce­ment. Mais peut-être se fera-t-il un peu moins dans la dou­leur ?

 

Florent Mathieu

 

 

* Une somme qui ne concerne que la par­tie Auvergne-Rhône-Alpes. Le finan­ce­ment des tra­vaux repré­sente au total 34 mil­lions d’eu­ros.

 

Réduire ses déchets
commentez lire les commentaires
2523 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.