Chronovélo : les unions de quartier réclament une réunion publique de concertation “dans les plus brefs délais”

sep article

FOCUS – Le Comité de liaison des unions de quartier (Cluq) demande au 

vice-président aux déplacements de Grenoble-Alpes-Métropole Yann Mongaburu  d’honorer sa promesse et d’organiser, « dans les plus brefs délais », une réunion publique de concertation sur le plan des « autoroutes à vélos ». Un temps d’échange nécessaire pour lever toute une série de questions, estiment les militants du Cluq. Et alors que la mise en œuvre du plan a largement démarré…

 

Le Cluq demande une réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo, mercredi 10 octobre 2018. De gauche à droite, Marc Chauvel, Guy Waltisperger, Bruno de Lescure, Marie-Laure Loustalot-Forest, Gilles Namur © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Le Cluq demande une réunion publique de concertation sur le plan Chronovélo, mercredi 10 octobre 2018. De gauche à droite, Marc Chauvel, Guy Waltisperger, Bruno de Lescure, Marie-Laure Loustalot-Forest, Gilles Namur. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« Nous sommes favorables au plan Chronovélo, tiennent à rappeler avant toute chose les militants du Comité de liaison des unions de quartier (Cluq). Et notre démarche est constructive. »

 

Cependant, un point chiffonne ces observateurs attentifs de la démocratie locale.

 

Le plan Chronovélo métropolitain, qui cumulera une quarantaine de kilomètres de voiries rapides et de grand gabarit destinées aux vélos, n’a encore jamais fait l’objet d’une concertation auprès des habitants. Et ce alors même que le vice-président aux déplacements de Grenoble-Alpes-Métropole, Yann Mongaburu, en avait fait la promesse en 2015.

 

 

« Des réunions de dialogue » mais pas de concertation…

 

Les militants font référence à un article sorti dans Le Dauphiné libéré où Yann Mongaburu évoquant le plan Chronovélo, déclarait : « Nous n’en sommes qu’au stade de projet. Il y aura bien sûr une concertation plus large […], avec les citoyens, […] !  ».

 

Eric Piolle, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari Faîtes du vélo © Joël Kermabon - Place Gre'net

Eric Piolle, Yann Mongaburu, Christophe Ferrari Faîtes du vélo © Joël Kermabon – Place Gre’net

Ledit plan a, depuis, été abordé « par tronçon et par quartier » et jamais dans sa globalité « malgré les demandes répétées des différentes unions de quartiers concernées », déplorent les militants du Cluq.

 

Qui plus est, lors de ces « réunions de dialogue », le tracé ne semble jamais négociable, alors qu’il n’a jamais été débattu avec les citoyens, s’indigne le groupe de militants.

 

Très patients jusqu’ici, les représentants du Cluq sont passés à la vitesse supérieure et ont adressé, le 5 octobre dernier, un courrier commun à la Métropole de Grenoble, la Ville de Grenoble, et au Syndicat mixte des transports en commun (SMTC), les enjoignant d’organiser cette réunion publique de concertation « dans les plus brefs délais ». Ils attendent désormais une réponse de pied ferme.

 

 

Un plan conçu par une vingtaine de personnes ?

 

Le processus d’élaboration du plan Chronovélo interroge par ailleurs les militants associatifs. Les quatre axes rapides qui forment aujourd’hui le plan Chronovélo s’avèrent le fruit du seul travail d’un comité constitué d’une vingtaine de personnes, à qui on a donné carte blanche en 2015.

 

Planning de réalisation des aménagements du Plan Chronovélo version juin-juillet 2018 DR

Planning de réalisation des aménagements du Plan Chronovélo version juin-juillet 2018. DR

Comment la Métropole a-t-elle validé ces hypothèses de travail ?

 

Y a-t-il eu des alternatives proposées et examinées depuis ? Visiblement non, soutiennent les militants du Cluq.

 

Ce plan imaginé par un petit groupe de personnes aurait ainsi été repris tel quel par Grenoble-Alpes-Métropole, qui en a fait son projet définitif…

 

« Finalement, faire passer des autoroutes à vélos en centre-ville, était-ce la seule solution possible ? Car les conflits d’usage vont être très nombreux », prévoit l’un des membres du Cluq, mettant ainsi les pieds dans le plat. Toujours est-il que c’est aux forceps qu’il va falloir faire passer les Chronovélos sur le cours Berriat ou devant le lycée Champollion.

« 1 900 élèves par jour entrent chaque matin au lycée, cours Lafontaine, témoigne Alain Matton, proviseur du lycée Champollion. J’observe qu’aujourd’hui les vélos serpentent sans guère de vigilance autour des élèves. Qu’en sera-t-il du flux massif de vélos ? », s’interroge le proviseur, qui ne cache pas son inquiétude.

 

Sollicité en mai par les services de la Métropole pour une rencontre, celui-ci a fait savoir qu’il n’était pas disponible avant juillet. La Métropole a repris contact avec lui le 4 octobre dernier, « ayant eu vent du courrier du Cluq » selon l’Union de quartier des habitants du centre-ville.

 

 

« Pas de grands projets sans une véritable adhésion des habitants »

 

Autant dire qu’une réunion publique de concertation ne sera pas du luxe pour tirer de nombreuses zones d’ombre au clair. Et, plus largement, pour permettre aux élus et aux services d’exposer le raisonnement qui les a conduits à retenir ce plan Chronovélo, et aux habitants d’exprimer leurs avis et propositions. Certains ont en effet potassé des alternatives, aux dires du Cluq, dans l’idée de les présenter un jour aux élus.

 

L'axe Chronovélo devrait passer sur le Cours Berriat DR

L’axe Chronovélo devrait passer sur le cours Berriat. DR

« Il n’y a pas de grands projets sans une véritable adhésion des habitants », mettent en garde les militants du Cluq dans le courrier envoyé aux décideurs politiques.

 

Une réunion publique de concertation s’avère donc à leurs yeux « l’étape indispensable à la réussite du projet ». Une réunion, voire deux ou trois si besoin, sur toute une journée s’il le faut, ont-ils suggéré lors de la conférence de presse, mercredi 10 octobre.

 

 

« On ne va pas repartir d’une feuille blanche »

 

« C’est tout à fait logique que les habitants se posent des questions et demandent des comptes aux élus », admet Jacques Wiart, conseiller municipal délégué Déplacements et Logistique urbaine de Grenoble, qui a pris connaissance du courrier du Cluq. D’accord pour une réunion publique, approuve le conseiller municipal, mais il n’est pas question de revenir sur les axes Chronovélo retenus, prévient-il.

 

Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux déplacements et à la logistique urbaine. © Séverine Cattiaux - Place Gre'net

Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux déplacements et à la logistique urbaine. © Séverine Cattiaux – Place Gre’net

« On ne va pas repartir d’une feuille blanche, ni réaliser une co-étude avec les habitants. Les axes ont fait déjà l’objet d’études importantes et complexes, tenant compte de la circulation automobile, des commerces, des piétons. Nous allons désormais de l’avant et nous déroulons le plan… »

 

 

Séverine Cattiaux

 

 

 

 

 

LES PLANS VÉLO DE SECTEUR

 

Plan vélo secteur 5

Plan vélo secteur 5

Parallèlement au plan Chronovélo, les plans vélo de secteur se mettent en place.

 

À Grenoble, le quartier de l’Ile verte dispose de son plan vélo depuis 2016, le secteur 5 regroupant les quartiers Abbaye-Jouhaux, Châtelet, Teisseire et Malherbe vient de finaliser le sien, résultat d’un travail de plusieurs mois.

Le même travail vient d’être lancé sur le secteur 3. Fin 2018, le secteur 4 commencera le sien en penchant sur les quartiers Foch-Aigle-Libération.

 

En quoi consiste un plan Vélo de secteur ? Sur le secteur 5, par exemple, des associations et collectifs ont passé au peigne fin tout le quartier, repéré les discontinuités cyclables, pointé les difficultés liées à la sécurité des cyclistes et piétons, notamment aux carrefours, et proposé des aménagements à réaliser (sas à vélo, stationnements à vélo).

 

Ces plans définissent également les axes primaires, secondaires et tertiaires de circulation en vélo et proposent des recommandations sur les travaux et aménagements nécessaires. « Certains aménagements vont pouvoir se faire rapidement, indique Jacques Wiart, conseiller municipal délégué aux déplacements et à la logistique urbaine, d’autres plus lourds, comme la reprise de trottoirs par exemple, se feront à plus longue échéance. »

 

commentez lire les commentaires
2632 visites | 7 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 7
  1. On retrouve toujours les mêmes pro-bagnolards dans les commentaires. On les voit moins quand il s’agit de l’élargissement de l’A480… Mais peut-être que la pollution et les autres nuisances liées à l’usage irraisonné de l’automobile en ville sont leur fond de commerce.

    sep article
    • c’est sûr que le nouveau plan de circulation de la mairie et metro actuelle n’a absolument pas augmenter les bouchons, ni détournés les « voies polluées » vers d’autres endroits.

      Il faudrait des stats, mais je vois 2 fois par mois des « enquêteurs » sur les entrées de grenoble à quoi servent ils ..

      Pour moi la majorité traverse Grenoble pour faire Pays Voironnais > Chambéry / Chambéry > Lyon .

      l’évolution que j’ai constaté est de plus en plus de bouchons, et long à énormement d’endroit de Grenoble qui n’étaient pas bouchés il y a 5 ans. notemment sur la rocade sud direction chambery ( pas sur l’A480 direction chambéry ) beaucoup de très gros ralentissements .
      Après, si voies rapides , il y a aussi le facteur chauffard entre escargots et fous du volants qui causent des ralentissements > bouchons > arrêt

      sep article
  2. Ils ont fait tellement d’études importantes et complexes comme le prétend Jacques Wiart que le plan qu’ils viennent de sortir est strictement identique à l’esquisse qu’ils ont présentée il y a trois ans. Et maintenant ils disent que ça n’est pas discutable. Mais concerter signifie « projeter ensemble, en discutant », y a t-il quelqu’un pour leur offrir un dictionnaire de la langue française ?

    sep article
  3. Le Gam a raison, trop d’amis de l’hôtel de ville au Cluq totalement infiltré politiquement, son president Namur par commencer, les dés son pipés et les Grenoblois en font les frais avec cvcm et demain avec chronovelo.

    sep article
  4. La réponse de la municipalité #piolle à travers Jacques Wiard, au cluq, unions de quartiers et grenoblois? Circulez y’a rien à voir😡 Démocrature et co-construction ne font pas bon ménage à Grenoble.

    sep article
  5. Comment éjecter du CLUQ certains éléments insincères et vendus.

    C’est sain.

    Vous allez voir que ces hypocrites, pour justifier un projet aussi dogmatique et mal conçu que CVCM, vous répondre: « il y a le PDU ».

    sep article
  6. La concertation ce n’est pas les complices municipalité #Piolle #Smtc et #Metropole qui décident pour ensuite nous exposer leurs décisions unilatérales et nous faire choisir la couleur des pots de fleurs et des marquages au sol.

    sep article