Festival Holocène : une deuxième saison “resserrée” et un pas vers le metal

sep article



EN BREF – Le festival Holocène tiendra sa deuxième édition du 27 février au 3 mars 2018 dans différentes salles de l’agglomération grenobloise. Plus courte et plus resserrée sur les styles, elle n’en propose pas moins une programmation diverse, entre pop et hip-hop, soirée électro de rigueur et premier pas vers le metal, avec en tête d’affiche le groupe mythique Cannibal Corpse.

 

 

Après une pre­mière édi­tion cou­ron­née de suc­cès, le fes­ti­val Holocène, plus que jamais tourné vers les musiques actuelles, revien­dra enchan­ter (ou bous­cu­ler) les oreilles des Isérois du 27 février au 3 mars 2018, dans plu­sieurs salles de l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise : La Belle Électrique, L’Heure bleue et Alpexpo.

 

L’un des mots d’ordre de cette deuxième édi­tion ? « Resserrer ». Le fes­ti­val s’é­tend ainsi sur cinq jours en 2018, contre le double en 2017 ; ceci « pour avoir plus d’im­pact et de den­sité », explique Sylvain Nguyen de la société Le Périscope, créa­trice d’Holocène et coor­ga­ni­sa­trice de l’é­di­tion 2018.

 

La grande soirée électro toujours au programme

 

Resserrement aussi autour des styles musi­caux repré­sen­tés. « L’artistique va un peu plus se pré­ci­ser », confie encore Sylvain Nguyen. Le fruit d’une « inter­ro­ga­tion » née de sa pre­mière édi­tion, ame­nant Holocène à vou­loir se concen­trer sur des styles « qui s’ac­cordent mieux ensemble ».

 

La deuxième édition du festival de musique actuelle Holocène se tiendra du 27 février au 3 mars 2018, avec notamment un premier pas vers le metal.Sylvain Nguyen - Le Périscope. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Sylvain Nguyen – Le Périscope. © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Grand suc­cès de l’an­née der­nière, la soi­rée élec­tro est tou­jours au pro­gramme. Et ceci d’au­tant plus que la société Allo Floride, par­te­naire de la nuit élec­tro Crossover Winter de 2017, a rejoint Le Périscope pour copro­duire l’en­semble du fes­ti­val. Un grand chan­ge­ment et une « ren­contre humaine autour des mêmes valeurs », se réjouit Sylvain Nguyen.

 

 

Un premier pas vers le metal

 

Sur les 1 000 visi­teurs mobi­li­sés par Holocène l’an­née der­nière, la moi­tié s’é­tait ren­due à la soi­rée élec­tro. Un enjeu majeur en somme, mais il n’est pas ques­tion pour les orga­ni­sa­teurs de ne se concen­trer que sur l’élec­tro. La diver­sité reste de mise. Pop et hip-hop ont tou­jours leur place, de même qu’un nou­veau venu : le metal.

 

Le Brutal death metal de Cannibal Corpse sera sur la scène de La Belle électrique. DR

Le Brutal death metal de Cannibal Corpse sera sur la scène de La Belle élec­trique. DR

 

Le 1er mars 2018, la Belle élec­trique verra ainsi défi­ler sur scène le groupe lyon­nais In Arkadia et deux groupes amé­ri­cains : The Black Dahlia Murder et les mythiques Cannibal Corpse. Pour Le Périscope, cette pro­gram­ma­tion consti­tue un « pre­mier pas vers ce public, en espé­rant que tout se passe bien pour y aller de manière plus impor­tante sur les édi­tions sui­vantes ».

 

 

Un ancrage local… pour un rayonnement national ?

 

À l’o­rée de sa deuxième édi­tion, Holocène ne cache pas ses ambi­tions. Retours posi­tifs du public et des col­lègues, renou­vel­le­ment des par­te­na­riats, inté­rêt des artistes et des tour­neurs… « On a senti qu’il y avait un fort poten­tiel de déve­lop­pe­ment du fes­ti­val et l’on veut aller plus loin. » Plus loin, en matière de fré­quen­ta­tion, mais aussi en irra­diant au-delà de l’ag­glo­mé­ra­tion, avant un rayon­ne­ment natio­nal.

 

Les DJ seront toujours de la partie © Joël Kermabon - Place Gre'net

Les DJ seront tou­jours de la par­tie © Joël Kermabon – Place Gre’net

 

Holocène n’en demeure pas moins un fes­ti­val ancré dans son ter­ri­toire : l’im­pli­ca­tion de la scène locale conti­nue à faire par­tie de son ADN, aux côtés d’ar­tistes natio­naux et inter­na­tio­naux. Et, cette année, le fes­ti­val a bien l’in­ten­tion de tra­vailler avec la mon­naie locale le Cairn, tant dans son acti­vité res­tau­ra­tion qu’au­près de ses par­te­naires ou sala­riés qui le dési­re­raient.

 

 

Florent Mathieu

 

Grenoble Finaliste pour le concours de Capitale Verte
commentez lire les commentaires
2456 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.