Rififi dans la majorité à Saint-Égrève suite à l’élection de Daniel Boisset, successeur de Catherine Kamowski

sep article

Offres de locations exceptionnelles aux 2 Alpes

EN BREF – Le débat fait rage au sein de la majorité du conseil municipal, à Saint-Égrève. En cause : la nomination au poste de maire de Daniel Boisset qui, depuis le 26 juin, est entré en fonction pour remplacer Catherine Kamowski, élue députée de l’Isère pour La République en marche. Dénonçant « un problème de jeux de succession », Dominique Paulin et Laurence Froissard, deux conseillers municipaux du groupe de la majorité Priorité Saint-Égrève, ont présenté leurs démissions.

 

 

Dominique Paulin, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’information et aux ser­vices numé­riques, et Laurence Froissard, conseillère muni­ci­pale délé­guée à l’accès au loge­ment pour tous, viennent de quit­ter le conseil muni­ci­pal de Saint-Égrève.

 

La rai­son ? Un désac­cord poli­tique lié aux « jeux de suc­ces­sion » au poste du maire. Présenté comme son suc­ces­seur par la maire sor­tante Catherine Kamowski, l’ancien pre­mier adjoint à Saint-Égrève Daniel Boisset a été élu maire de la com­mune en juin der­nier. Une déci­sion qui a tou­te­fois sus­cité de vifs débats au sein de la majo­rité muni­ci­pale.

 

Daniel Boisset élu maire par le conseil municipal de Saint-Égrève le 26 juin 2017, après la démission de Catherine Kamowski, nouvelle députée LREM. DR

Daniel Boisset élu maire par le conseil muni­ci­pal de Saint-Égrève le 26 juin 2017, après la démis­sion de Catherine Kamowski, nou­velle dépu­tée LREM. DR

« Ce n’est pas avec lui qu’on devrait pré­pa­rer les élec­tions muni­ci­pales de 2020 », affirme Dominique Paulin, en se fai­sant porte-parole du mécon­ten­te­ment de huit autres élus du même groupe. Au lieu de ce repré­sen­tant de la « vieille géné­ra­tion de poli­ti­ciens » (Daniel Boisset siège au conseil muni­ci­pal de Saint-Égrève depuis 1995), ces der­niers auraient en effet pré­féré « mettre des per­sonnes beau­coup plus jeunes que lui à la place de maire pour cette année ».

 

 

Un maire élu « avec une unanimité de façade », d’après les deux conseillers

 

 

Lors des élec­tions, deux autres can­di­dats étaient en lice pour ce poste. En l’occurrence, Benjamin Coiffard, actuel­le­ment adjoint en charge des tra­vaux, de la qua­lité de l’es­pace public et des inter­ven­tions de proxi­mité, et Évelyne Cassanelli, qui a démis­sionné en juin der­nier.

 

Dominique Paulin

Dominique Paulin, conseiller muni­ci­pal délé­gué à l’information et aux ser­vices numé­riques à Saint-Égrève. DR

« Il [Benjamin Coiffard, ndlr] était sûr de ne jamais recueillir la majo­rité des voix des élus pour se pré­sen­ter comme maire le jour des élec­tions au conseil muni­ci­pal. Donc il a retiré sa can­di­da­ture pour lais­ser la voie libre à Daniel Boisset », raconte Dominique Paulin.

 

L’élection du nou­veau maire se serait ainsi faite « avec une una­ni­mité de façade », pour­suit-il. « Car une divi­sion dans la majo­rité de la muni­ci­pa­lité par rap­port à l’opposition et aux habi­tants n’était pas pos­sible ».

 

Depuis cette nomi­na­tion, les deux conseillers muni­ci­paux ne déco­lèrent pas. « Nous n’avons jamais eu un dia­logue avec le nou­veau maire. Et même quand nous avons donné notre démis­sion, il n’a rien fait pour la rete­nir. Il a pré­venu direc­te­ment les autres élus », affirme Dominique Paulin.

 

Des pro­pos aux­quels Laurence Froissard, à la fois sa col­lègue et com­pagne, fait écho. « Avec les élec­tions, on s’est mis au vert avec la mai­rie pour réflé­chir et pour ne pas prendre des déci­sions sur le coup de la colère. Nous avions demandé de ren­con­trer le maire puisqu’on n’était pas d’accord. Un ren­dez-vous qu’on attend tou­jours à l’heure actuelle […] On s’était donné un mois et la date d’échéance arri­vant, nous avons démis­sionné », pré­cise-t-elle.

 

 

« On ne donne pas une démission comme ça, à la légère »

 

 

Et celle-ci d’expliquer les rai­sons de son choix : « Concernant ma délé­ga­tion, c’était la troi­sième et der­nière fois que je met­tais en jeu mon poste ». En fonc­tion depuis 2008, au cours de son deuxième man­dat (débuté en 2014) elle a, à maintes reprises, mon­tré son inquié­tude envers la ges­tion du ser­vice du loge­ment social. Notamment, le pas­sage d’un contrat à temps plein à un poste à 80 % pour une per­sonne employée au CCAS.

 

Législatives 2017, Catherine Kamowski, candidate LREM, dans la cinquième circonscription DR

Catherine Kamowski, nou­velle dépu­tée LREM, dans la cin­quième cir­cons­crip­tion de l’Isère. DR

« Avec Catherine Kamowski, on a pu dis­cu­ter à ce sujet de façon libre. Elle a su me rete­nir en me disant « Patiente, tu ver­ras, ça ira mieux » », se sou­vient Laurence Froissard. Et de pré­ci­ser : « On ne donne pas une démis­sion comme ça, à la légère quand on touche au social, car c’est des êtres humains qui sont en face de nous. »

 

À pré­sent, Dominique Paulin et Laurence Froissard attendent tou­jours une réac­tion de la part de Daniel Boisset. Lequel, par la voix de son cabi­net, déclare n’avoir rien à ajou­ter pour l’instant.

 

Les deux conseillers démis­sion­naires tiennent tou­te­fois à sou­li­gner leur sou­tien à la majo­rité muni­ci­pale concer­nant les pro­jets en cours. Sauf sur un point : « la fer­me­ture des deux biblio­thèques de Fiancey et de Rochepleine pour la créa­tion de la média­thèque de Barnave », affirment-ils.

 

Initié à l’époque de Catherine Kamowski, le pro­jet de moder­ni­sa­tion de Barnave se pour­suit mal­gré les contes­ta­tions des élus de l’opposition et d’ha­bi­tants de Saint-Égrève. Ces der­niers demandent en effet que les deux biblio­thèques satel­lites res­tent en fonc­tion même après l’ouverture de la nou­velle média­thèque, pré­vue en 2020.

 

 

Giovanna Crippa, cor­res­pon­dante à Saint-Égrève

 

 

 

LES 25 ÉLUS DE LA MAJORITÉ RÉAFFIRMENT LEUR SOUTIEN À DANIEL BOISSET

 

Par le biais d’un com­mu­ni­qué signé ce jeudi 14 sep­tembre par les vingt-cinq élus* de Priorité Saint-Égrève, la majo­rité muni­ci­pale a voulu pré­ci­ser sa posi­tion par rap­port aux pro­pos tenus par les deux anciens conseillers dans cet article, paru le matin même.

 

Ils « réaf­firment leur sou­tien au maire Daniel Boisset élu le 26 juin der­nier et lui accordent toute leur confiance pour mener à bien les pro­jets por­tés par la majo­rité au ser­vice de tous les Saint-Égrèvois ».

 

* Ridha Ben Kaab, Yves Bertrand, BernardBreso, Caroline Bruno, Mireille Cheinet, Benjamin Coiffard, Pascal deFilippis, René Descombat, Gilles Eymery, Jeanne Forestier, AntoineFrisari, Roger Genevois, Catherine Haddad, Véronique Jaubert,Evelyne Joyaud, Catherine Kamowski, Corinne Meunier, PierrePaillardon, Jacqueline Paulhan, Adeline Perroud, Geneviève Reynier,Emmanuel Roux, Sibyle Roy, Peggy Solinas, Michel Telmon.

 

 

MC2 - La morsure de l
commentez lire les commentaires
5957 visites | 1 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 1
  1. La mise au point du maire est à mou­rir de rire. Nous n’a­vons jamais dit ne plus sou­te­nir l’ac­tion de la majo­rité, sauf pour une par­tie du pro­jet Médiathèque, bien au contraire on est tou­jours der­rière la majo­rité pour tous les pro­jets en cours ou à venir. Dont acte !

    sep article