La station du col de Porte a dépassé son objectif de 30 000 euros sur Ulule

sep article



FOCUS – Ça y est, la station du Col de Porte a recueilli 30 000 euros de dons ! En difficulté, celle-ci avait fait appel au financement participatif, le 4 décembre 2016. Une victoire pour la petite station située dans le Parc naturel régional de Chartreuse : elle dépasse même ses objectifs et revoit ses ambitions à la hausse.

 

 

 

Piste du col de Porte Hivers 2016. ©S.Merindol

Piste du col de Porte, hivers 2016. © S. Merindol

En moins de qua­rante jours, près de 230 contri­bu­teurs ont offert leur sou­tien à la sta­tion du Col de Porte sur la plate-forme de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif Ulule. Située à 1 326 m d’altitude en plein cœur du Parc natu­rel régio­nal de Chartreuse, la petite sta­tion n’est qu’à une quin­zaine de kilo­mètres de Grenoble, sur la com­mune de Sarcenas reliant le Sappey à Saint-Pierre-de-Chartreuse.

 

Après plu­sieurs sai­sons dif­fi­ciles et une fré­quen­ta­tion en baisse, celle-ci a été reprise en 2015 par un pas­sionné de mon­tagne : Didier Bic. Aucun inves­tis­se­ment struc­tu­rant n’ayant été réa­lisé depuis trente ans, l’hiver der­nier a été consa­cré à la remise aux normes et à la sécu­ri­sa­tion des équi­pe­ments. Des actions qui ont per­mis à la sta­tion d’ou­vrir en jan­vier 2016. L’exploitant des remon­tées méca­niques a ensuite dû lan­cer un appel à finan­ce­ment pour assu­rer sa péren­nité.

 

 

 

« Il y a eu un engouement »

 

 

La plu­part des contri­bu­teurs ont apporté une aide de 50 à 100 euros, mais cer­tains sont allés jus­qu’à don­ner 200 ou 500 euros. Des entre­prises se sont éga­le­ment impli­quées dans le pro­jet, celles-ci ayant la pos­si­bi­lité de don­ner 1000, 2000 ou même 3 000 euros ou plus en échange de contre­par­ties pré­sen­tées sur Ulule.

 

Si Didier Bic se fait dis­cret sur ce point, on peut tou­te­fois rele­ver dans la liste des contri­bu­teurs des noms comme Glénat, Blueberry Films, la société de conseil CGMSE, le groupe Samse (“Les hommes en bleu”), Combe Savoie embal­lage, mais aussi l’ins­ti­tut de déve­lop­pe­ment de pro­jets indus­triels, et sur­tout Bruno Cercley, pré­sident du groupe Rossignol, et le groupe MND (Montagne et neige déve­lop­pe­ment), l’un des lea­ders mon­diaux de l’a­mé­na­ge­ment en mon­tagne. Impossible cepen­dant de connaître le mon­tant des contri­bu­tions ni les contre­par­ties atten­dues…

 

Ces finan­ce­ments repré­sentent une véri­table bouf­fée d’air pour la sta­tion de Chartreuse, à en croire Didier Bic, qui se montre « très content et peu étonné » du suc­cès de l’opération. En effet, c’est le sou­tien de nom­breux pra­ti­quants qui l’a encou­ragé à lan­cer une cam­pagne de finan­ce­ment par­ti­ci­pa­tif. « Beaucoup avaient de l’attachement pour cette sta­tion et m’ont dit « si tu as besoin, on t’aide finan­ciè­re­ment », confie-t-il.

 

Téléski de la station du Col de Porte Hivers 2016 ©S.Merindol

Téléski de la sta­tion du Col de Porte, hivers 2016. © S. Merindol

 

Il sem­ble­rait donc que ce pro­jet ait déclen­ché un mou­ve­ment de sou­tien chez les habi­tués des lieux. « Il y a beau­coup de gens qui ont donné en racon­tant des anec­dotes, ou des his­toires qu’ils ont eues au col », explique Didier Bic. « On sent qu’il y a beau­coup d’affectivité par rap­port à cette petite sta­tion. Il y a eu un engoue­ment et des gens qui ont vrai­ment eu envie d’aider. »

 

 

 

Un quatrième projet dans les tuyaux

 

 

Une piste de la station du Col de Porte ©S.Merindol

Une piste de la sta­tion du Col de Porte ©S.Merindol

Quels sont les pro­jets de la sta­tion avec ces finan­ce­ments ? « Un télé­ski, qui ne rap­porte rien mais qui va rendre le site plus confor­table, sur­tout pour les parents, et de l’éclairage sur les pistes. Pour finir, on veut éga­le­ment mettre en place des modules pour les enfants, pour que ce soit plus ludique », affirme Didier Bic. Entendez un snow­park pour faire reve­nir les jeunes et les ados.

 

La somme de 30 000 euros étant dépas­sée, l’argent sup­plé­men­taire sera investi dans un qua­trième pro­jet, qui n’était pas pré­senté sur Ulule : le rem­pla­ce­ment du moteur ther­mique (die­sel) d’un télé­ski par un moteur élec­trique. « Pour tous les gens qui fré­quentent le site, ce sera plus tran­quille, plus calme, plus silen­cieux et moins pol­lué, explique Didier Bic. Je l’aurais bien mis tout de suite dans la cam­pagne mais ça m’aurait obligé à viser haut et je n’étais pas sûr d’y arri­ver. »

 

L’appel à finan­ce­ment n’est pas encore clos. La petite sta­tion a encore jus­qu’au ven­dredi 13 jan­vier pour recueillir des dons. Et Didier Bic se montre confiant : « Il y a des per­sonnes qui conti­nuent de par­ti­ci­per même après la fin de l’objectif parce qu’elles aiment bien le pro­jet ».

 

 

Lucine Hugonnard

 

 

Pays Voironnais, un jour, une activité
commentez lire les commentaires
3890 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.