Opération Fakir dans les rues de Grenoble pour soutenir “Merci Patron !”

sep article

Notre indépendance c

REPORTAGE – Moquant à la manière d’un Michael Moore l’influent milliardaire Bernard Arnault, le film Merci Patron ! sort en salles ce mercredi 24 février au cinéma Le Club. Afin d’annoncer sa sortie, des Grenoblois lecteurs du journal satirique Fakir se sont improvisés colleurs d’affiches aux côtés de militants CGT, tous très remontés contre ce qu’ils identifient comme un acte de censure médiatique.

 

 

 

L’appel a été lancé depuis la page Facebook du jour­nal sati­rique Fakir. « Lundi soir [22 février, ndlr] on orga­nise un col­lage de l’af­fiche du film avec tous ceux qui dési­rent défendre la liberté d’ex­pres­sion. » Le film en ques­tion ? Merci Patron !, réa­lisé par François Ruffin, fon­da­teur et rédac­teur en chef de Fakir. Le mes­sage est quant à lui signé Patrick Bernard, de la CGT Métallurgie de Grenoble. Et c’est dans les locaux du syn­di­cat, à la Bourse du tra­vail de Grenoble, que quelques “Fakiriens” ont répondu à l’ap­pel.

 

Patrick Bernard, de la CGT Métallurgie, clame sur son t-shirt son amour pour Bernard Arnault. © Place Gre'net

Patrick Bernard, de la CGT Métallurgie, clame sur son t‑shirt son amour pour Bernard… Arnault. © Place Gre’net

 

La rai­son de cette mobi­li­sa­tion ? Dans Merci Patron !, François Ruffin moque et attaque Bernard Arnault, pro­prié­taire influent du groupe de luxe LVMH. Or le Centre natio­nal du cinéma et de l’i­mage ani­mée (CNC) n’a pas jugé bon de sou­te­nir finan­ciè­re­ment la réa­li­sa­tion du film. Son réa­li­sa­teur a éga­le­ment vu coup sur coup deux invi­ta­tions dans les médias annu­lées. L’une sur Europe 1 (qui l’a depuis réin­vité) et l’autre sur France Culture.

 

Une volonté de cen­sure ? Les par­ti­sans du film en sont convain­cus… et sonnent donc le rap­pel. « Ça a été très peu média­tisé », juge Patrick Bernard. « On a l’im­pres­sion que beau­coup de médias sont tel­le­ment libé­raux qu’ils en sont à refu­ser de lais­ser pas­ser cela. La liberté d’ex­pres­sion dans un monde libé­ral, ce n’est pas tout à fait ce que l’on pour­rait ima­gi­ner… »

 

 

 

Réunion de “Fakiriens”

 

 

Ce lundi soir, deux équipes se répar­tissent le tra­vail d’af­fi­chage. Si les cégé­tistes ont l’ha­bi­tude de ce genre d’o­pé­ra­tions, c’est une pre­mière pour Florian et les deux Adrien venus leur prê­ter main-forte. Les trois jeunes gens ont répondu à l’ap­pel suite au mes­sage posté sur Facebook.

 

Après de brèves pré­sen­ta­tions, une petite col­la­tion et quelques recom­man­da­tions tech­niques, les voici dans un Kangoo de la CGT, direc­tion les lieux d’af­fi­chage du centre-ville.

 

Des lecteurs du journal satirique Fakir collent des affiches du film Merci Patron à Grenoble, en soutien contre la censure. © Florent Mathieu - placegrenet.fr

Des lec­teurs du jour­nal sati­rique Fakir collent des affiches du film Merci Patron ! à Grenoble. © Florent Mathieu – placegrenet.fr

Adrien a 24 ans et tra­vaille pour une asso­cia­tion éco­lo­giste, quand son colo­ca­taire de 26 ans, Adrien éga­le­ment, compte parmi les sala­riés per­ma­nents d’un chan­tier d’in­ser­tion. Florian, 32 ans, occupe, pour sa part, un poste d’en­sei­gnant-cher­cheur. S’ils s’in­ter­rogent tous les trois sur les réper­cus­sions que peut avoir le film, ils appré­cient le mes­sage qu’il porte et veulent le par­ta­ger.

 

À l’i­mage d’une par­tie de la gauche, ils ne se recon­naissent ni dans la poli­tique gou­ver­ne­men­tale, ni dans le parti com­mu­niste fran­çais, ni dans la per­sonne d’un Jean-Luc Mélenchon.

 

« Il fau­drait qu’il laisse la place assez vite. C’est un ancien séna­teur socia­liste, un tri­bun… » Ils s’in­ter­rogent éga­le­ment sur le suc­cès du Front natio­nal, y com­pris au sein des classes popu­laires qu’un film comme Merci Patron ! défend avec ardeur. Mais ils n’ont pas d’autre réponse qu’une cer­taine per­plexité.

 

 

 

« Nouvelle lutte des classes »

 

 

Pour une pre­mière, les col­leurs d’af­fiche ne manquent pas de dex­té­rité. À quelques excep­tions près, ils pri­vi­lé­gient les pan­neaux d’af­fi­chage offi­ciels, tout en se deman­dant com­bien de temps les affiches seront visibles avant d’être recou­vertes. La pluie n’ar­range pas leurs affaires, mais ils sillonnent avec atten­tion tout le centre-ville et s’ap­pliquent à don­ner à la sor­tie du film la visi­bi­lité dont il a été, selon eux, privé.

 

Un coup de balai sur la lutte des classes. © Place Gre'net

Un coup de balai pour la lutte des classes. © Place Gre’net

 

L’esprit Fakir ? Peut-être. Ou sim­ple­ment le désir de se fédé­rer autour d’un pro­jet ciné­ma­to­gra­phique qui échappe à cer­taines conven­tions et s’at­taque à des puis­sants, sou­vent pro­té­gés par leur sta­tut de grands annon­ceurs. Certains, comme sur le pla­teau du site d’in­for­ma­tion Arrêt sur Images (accès payant), veulent voir dans Merci Patron ! le début d’un mou­ve­ment socié­tal d’im­por­tance. Le signe annon­cia­teur d’une nou­velle lutte des classes.

 

Une chose est cer­taine : ceux qui défendent le film, quitte à consa­crer leur soi­rée, sous une pluie bat­tante, à rou­ler en ville – « à pol­luer aux frais de la CGT », dira Adrien –, ne sont ni des mili­tants embri­ga­dés, ni des révol­tés sans cause. Juste des col­leurs d’af­fiche en herbe qui ont envie de défendre un film, comme d’autres défen­dirent le film L’An 01 de Gébé voici qua­rante ans. Et qui s’ac­cor­de­ront le droit d’al­ler boire une bière lorsque la moi­tié du paquet d’af­fiches aura été col­lée.

 

 

Florent Mathieu

 

 

 

Affiche du film Merci Patron

 

Le film Merci Patron ! sort en salles le mer­credi 24 février 2016.

Sur l’ag­glo­mé­ra­tion gre­no­bloise, seul le cinéma Le Club le pro­gramme jus­qu’au 1er mars.

Liste com­plète des sor­ties en salle et pro­jec­tions-débats dans toute la France, à retrou­ver sur le site de Fakir.

 

 

 

commentez lire les commentaires
7431 visites | 4 réactions
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.

Commentaires 4
  1. Très sym­pa­thique tout ça. Mais qu’ils écoutent quand même la parole du vieux séna­teur qui entre­tient la pen­sée gau­chiste et la culture de l’Amérique Latine (gau­chiste)… Les vieux, des fois, c’est comme une biblio­thèque et ça se sou­vient de l’Histoire. J’ai vu le film. Je suis fan.

    sep article
  2. Alors que la ville s’emploie a créer des espaces publics de dis­cus­sion, de col­lage , il y a des sali­gots qui dégradent en col­lant des affiches n’im­porte où.
    C’est pas parce que la cause est bonne qu’il faut faire n’im­porte quoi !
    J’espère sin­cè­re­ment qu’ils seront ver­ba­li­sés et condam­nés à net­toyer ! on les voit en direct faire une infrac­tion!! et per­sonne ne réagit. A ce compte là je fais chier mon chien de par­tout, jette mes ordures dans la rue c’est pareil !
    et ça se veut citoyen.

    sep article
  3. Ping : Opération Fakir dans les rues de Grenoble pour soutenir “Merci Patron !” - Mes Actus