Des brouillons de Jean-Philippe Toussaint sources de création à l’université

sep article



FOCUS – L’auteur Jean-Philippe Toussaint est à Grenoble du mercredi 12 au vendredi 14 octobre. Trois jours pendant lesquels l’Unité mixte de recherche de l’Université Grenoble-Alpes dévoilera les premières étapes du projet Réticence, construit autour des brouillons du roman La Réticence, que l’écrivain belge lui a confiés.

 

 

 

Rencontre dans un café grenoblois avec l'auteur belge Jean-Philippe Toussaint. © Adèle Duminy

Rencontre dans un café gre­no­blois avec l’au­teur belge Jean-Philippe Toussaint. © Adèle Duminy

Jean-Philippe Toussaint n’est pas de ces auteurs pro­li­fiques qui génèrent un nombre incal­cu­lable d’ouvrages. Et pour cause, cha­cune de ses phrases passe au crible de mul­tiples varia­tions.

 

C’était vrai, en tout cas, à la fin des années 1980, tan­dis qu’il écri­vait La Réticence, à Madrid, où l’avait conduit l’obtention d’une bourse dédiée aux artistes.

 

Ce sont les brouillons de ce roman que l’auteur a confiés à l’Unité mixte de recherche de l’Université Grenoble-Alpes au prin­temps 2015. Sa pre­mière tâche ? Les numé­ri­ser. « À l’époque, je tapais encore à la machine. Mon stock de brouillons était très impor­tant », se sou­vient l’auteur.

 

À tel point qu’il envi­sage de les détruire avant son départ d’Espagne. Ceux de La Salle de bain – roman paru en 1985 aux édi­tions de Minuit, comme l’intégralité de son œuvre – avaient connu ce sort quelques années aupa­ra­vant. Cette fois, sa femme le convainc de les épar­gner et trouve le moyen de rapa­trier ces feuillets, four­rés à la hâte dans un grand sac de sport.

 

 

 

Pourquoi l’Université Grenoble-Alpes ?

 

 

Jean-Philippe Toussaint. © Roland Allard

Jean-Philippe Toussaint. © Roland Allard

« J’avais déjà contacté plu­sieurs uni­ver­si­tés belges et fran­çaises. Certains inter­lo­cu­teurs sem­blaient inté­res­sés mais le pro­jet dans son ensemble est com­pli­qué à orga­ni­ser », admet l’auteur du cycle de Marie.

 

C’est en 2014, lors d’un déjeu­ner orga­nisé par le Printemps du livre de Grenoble, où il était venu pré­sen­ter le roman Nue, que Jean-Philippe Toussaint ren­contre Brigitte Ferrato-Combe – maître de confé­rences en lit­té­ra­ture fran­çaise et direc­trice, alors, de l’UFR de Lettres et arts de l’Université Stendhal – Grenoble 3. Bientôt, l’intérêt pre­mier mani­festé par l’universitaire revêt un carac­tère offi­ciel puisqu’une « conven­tion de valo­ri­sa­tion des brouillons » est signée en 2015. Qu’entendre par « valo­ri­sa­tion » ? S’agit-il pour les cher­cheurs et les étu­diants d’étudier la genèse du roman La Réticence ?

 

 

 

Exposer ses brouillons : « un acte exhibitionniste et masochiste »

 

 

Affiche du Projet Réticence, du 12 au 14 octobre à Grenoble, autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint

Affiche du Projet Réticence, autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint. Du 12 au 14 octobre à Grenoble.

Pour l’auteur, l’in­té­rêt consiste à pro­lon­ger un tra­vail déjà entamé de son propre chef via la réa­li­sa­tion d’un site inter­net créé en 2009. On y trouve en libre accès les brouillons du cycle de Marie – quatre romans s’organisant autour de l’amour que porte le nar­ra­teur au per­son­nage épo­nyme. « Plus qu’un site d’écrivain, il s’agit d’un site de créa­tion. Je sou­haite encou­ra­ger la conti­nua­tion de la créa­tion. Plutôt que l’objet d’études, je vou­drais que ces brouillons soient un sup­port pour d’autres créa­tions », explique Jean-Philippe Toussaint.

 

 

Il en va donc de même pour les brouillons confiés à l’université Grenoble-Alpes, qui ont généré une pre­mière série de créa­tions, tel le court-métrage Réticences, réa­lisé par trois étu­diantes en mas­ter Études ciné­ma­to­gra­phiques.

 

Le pro­jet donne éga­le­ment lieu à l’exposition des brouillons de La Réticence. Mais ce n’est pas ce que pré­fère l’auteur, qui recon­naît dans un sou­rire : « En tant qu’écrivain, ça ne m’amuse pas tant que ça de mon­trer mes brouillons. C’est à la fois exhi­bi­tion­niste et maso­chiste. Et je ne suis ni l’un ni l’autre ! » Reste que les avan­tages – à savoir, en pre­mier lieu, obser­ver la nais­sance de nou­velles créa­tions à par­tir de cet ancien ouvrage – lui ont paru bien supé­rieurs aux incon­vé­nients. Il sem­ble­rait que ce grand sty­liste fasse preuve d’une même vigi­lance lors de ses prises de déci­sion que pen­dant ses phases d’é­cri­ture !

 

 

Adèle Duminy

 

 

 

LA RÉTICENCE : « UNE ÉCRITURE DOULOUREUSE »

 

 

La Réticence (1991), de Jean-Philippe Toussaint

La Réticence (1991), de Jean-Philippe Toussaint

De l’opinion de l’auteur, La Réticence, paru en 1991, occupe au sein de son œuvre, une place à part. D’où l’intérêt, au fond, de lui offrir d’autres vies.

 

« Ce n’est pas le livre que je conseille­rais pour me décou­vrir. Il a été pra­ti­que­ment le seul à être mal reçu par la cri­tique, ce qui m’a blessé. C’est aussi le livre que j’ai eu le plus de mal à écrire. La Réticence a été une écri­ture dou­lou­reuse, qui repré­sente un car­re­four, puisqu’ensuite je n’ai plus écrit sui­vant le même rite des varia­tions sur chaque phrase. »

 

« On voit comme je fais du sur­place »

 

« Dans les brouillons, on voit comme je fais du sur­place. Par la suite, j’ai trouvé un élan. J’essaie main­te­nant de m’interdire les variantes en me disant : « Maintenant, tu es un joueur d’échecs suf­fi­sam­ment bon pour ne pas envi­sa­ger toutes les com­bi­nai­sons pos­sibles avant de jouer un coup. » C’est dif­fi­cile pour moi d’aller plus vite », confie l’auteur, qui prouve au fil de ses paru­tions, qu’il est devenu, au sein du pay­sage lit­té­raire fran­co­phone, l’un des plus grands maîtres d’é­checs.

 

 

Infos pratiques

 

Projet Réticence / Autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint

 

Mercredi 12 octobre 2016 – Cinéma Le Méliès – 19 heures

Projection du court-métrage Réticences, réa­lisé par Naïma Einhorn, Nina Moro et Éloïse Pommiès, étu­diantes en mas­ter Études ciné­ma­to­gra­phiques

 

Jeudi 13 octobre – Université Grenoble-Alpes

15 h 30 : Conférence de Jean-Philippe Toussaint : « Brouillons et archives »

(Amphi 9, Bâtiment Stendhal, entrée libre)

17 h 30 : Vernissage de l’exposition « Dans l’atelier de l’écriture de Jean-Philippe Toussaint »

(Bibliothèque uni­ver­si­taire Droit-Lettres – 1er étage – Entrée libre)

 

Vendredi 14 octobre – Université Grenoble-Alpes – Amphidice – 19 h 30 à 21 h 30 – Entrée libre

Soirée-spec­tacle « Littérature et numé­rique » : pré­sen­ta­tion des pro­jets scien­ti­fiques et des créa­tions des étu­diants, avec la par­ti­ci­pa­tion de l’écrivain

 

Festival du film France Nature Environnement
commentez lire les commentaires
3165 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.