Des brouillons de Jean-Philippe Toussaint sources de création à l’université

sep article



FOCUS – L’auteur Jean-Philippe Toussaint est à Grenoble du mercredi 12 au vendredi 14 octobre. Trois jours pendant lesquels l’Unité mixte de recherche de l’Université Grenoble-Alpes dévoilera les premières étapes du projet Réticence, construit autour des brouillons du roman La Réticence, que l’écrivain belge lui a confiés.

 

 

 

Rencontre dans un café grenoblois avec l'auteur belge Jean-Philippe Toussaint. © Adèle Duminy

Rencontre dans un café gre­no­blois avec l’au­teur belge Jean-Philippe Toussaint. © Adèle Duminy

Jean-Philippe Toussaint n’est pas de ces auteurs pro­li­fiques qui génèrent un nombre incal­cu­lable d’ouvrages. Et pour cause, cha­cune de ses phrases passe au crible de mul­tiples varia­tions.

 

C’était vrai, en tout cas, à la fin des années 1980, tan­dis qu’il écri­vait La Réticence, à Madrid, où l’avait conduit l’obtention d’une bourse dédiée aux artistes.

 

Ce sont les brouillons de ce roman que l’auteur a confiés à l’Unité mixte de recherche de l’Université Grenoble-Alpes au prin­temps 2015. Sa pre­mière tâche ? Les numé­ri­ser. « À l’époque, je tapais encore à la machine. Mon stock de brouillons était très impor­tant », se sou­vient l’auteur.

 

À tel point qu’il envi­sage de les détruire avant son départ d’Espagne. Ceux de La Salle de bain – roman paru en 1985 aux édi­tions de Minuit, comme l’intégralité de son œuvre – avaient connu ce sort quelques années aupa­ra­vant. Cette fois, sa femme le convainc de les épar­gner et trouve le moyen de rapa­trier ces feuillets, four­rés à la hâte dans un grand sac de sport.

 

 

 

Pourquoi l’Université Grenoble-Alpes ?

 

 

Jean-Philippe Toussaint. © Roland Allard

Jean-Philippe Toussaint. © Roland Allard

« J’avais déjà contacté plu­sieurs uni­ver­si­tés belges et fran­çaises. Certains inter­lo­cu­teurs sem­blaient inté­res­sés mais le pro­jet dans son ensemble est com­pli­qué à orga­ni­ser », admet l’auteur du cycle de Marie.

 

C’est en 2014, lors d’un déjeu­ner orga­nisé par le Printemps du livre de Grenoble, où il était venu pré­sen­ter le roman Nue, que Jean-Philippe Toussaint ren­contre Brigitte Ferrato-Combe – maître de confé­rences en lit­té­ra­ture fran­çaise et direc­trice, alors, de l’UFR de Lettres et arts de l’Université Stendhal – Grenoble 3. Bientôt, l’intérêt pre­mier mani­festé par l’universitaire revêt un carac­tère offi­ciel puisqu’une « conven­tion de valo­ri­sa­tion des brouillons » est signée en 2015. Qu’entendre par « valo­ri­sa­tion » ? S’agit-il pour les cher­cheurs et les étu­diants d’étudier la genèse du roman La Réticence ?

 

 

 

Exposer ses brouillons : « un acte exhibitionniste et masochiste »

 

 

Affiche du Projet Réticence, du 12 au 14 octobre à Grenoble, autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint

Affiche du Projet Réticence, autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint. Du 12 au 14 octobre à Grenoble.

Pour l’auteur, l’in­té­rêt consiste à pro­lon­ger un tra­vail déjà entamé de son propre chef via la réa­li­sa­tion d’un site inter­net créé en 2009. On y trouve en libre accès les brouillons du cycle de Marie – quatre romans s’organisant autour de l’amour que porte le nar­ra­teur au per­son­nage épo­nyme. « Plus qu’un site d’écrivain, il s’agit d’un site de créa­tion. Je sou­haite encou­ra­ger la conti­nua­tion de la créa­tion. Plutôt que l’objet d’études, je vou­drais que ces brouillons soient un sup­port pour d’autres créa­tions », explique Jean-Philippe Toussaint.

 

 

Il en va donc de même pour les brouillons confiés à l’université Grenoble-Alpes, qui ont généré une pre­mière série de créa­tions, tel le court-métrage Réticences, réa­lisé par trois étu­diantes en mas­ter Études ciné­ma­to­gra­phiques.

 

Le pro­jet donne éga­le­ment lieu à l’exposition des brouillons de La Réticence. Mais ce n’est pas ce que pré­fère l’auteur, qui recon­naît dans un sou­rire : « En tant qu’écrivain, ça ne m’amuse pas tant que ça de mon­trer mes brouillons. C’est à la fois exhi­bi­tion­niste et maso­chiste. Et je ne suis ni l’un ni l’autre ! » Reste que les avan­tages – à savoir, en pre­mier lieu, obser­ver la nais­sance de nou­velles créa­tions à par­tir de cet ancien ouvrage – lui ont paru bien supé­rieurs aux incon­vé­nients. Il sem­ble­rait que ce grand sty­liste fasse preuve d’une même vigi­lance lors de ses prises de déci­sion que pen­dant ses phases d’é­cri­ture !

 

 

Adèle Duminy

 

 

 

LA RÉTICENCE : « UNE ÉCRITURE DOULOUREUSE »

 

 

La Réticence (1991), de Jean-Philippe Toussaint

La Réticence (1991), de Jean-Philippe Toussaint

De l’opinion de l’auteur, La Réticence, paru en 1991, occupe au sein de son œuvre, une place à part. D’où l’intérêt, au fond, de lui offrir d’autres vies.

 

« Ce n’est pas le livre que je conseille­rais pour me décou­vrir. Il a été pra­ti­que­ment le seul à être mal reçu par la cri­tique, ce qui m’a blessé. C’est aussi le livre que j’ai eu le plus de mal à écrire. La Réticence a été une écri­ture dou­lou­reuse, qui repré­sente un car­re­four, puisqu’ensuite je n’ai plus écrit sui­vant le même rite des varia­tions sur chaque phrase. »

 

« On voit comme je fais du sur­place »

 

« Dans les brouillons, on voit comme je fais du sur­place. Par la suite, j’ai trouvé un élan. J’essaie main­te­nant de m’interdire les variantes en me disant : « Maintenant, tu es un joueur d’échecs suf­fi­sam­ment bon pour ne pas envi­sa­ger toutes les com­bi­nai­sons pos­sibles avant de jouer un coup. » C’est dif­fi­cile pour moi d’aller plus vite », confie l’auteur, qui prouve au fil de ses paru­tions, qu’il est devenu, au sein du pay­sage lit­té­raire fran­co­phone, l’un des plus grands maîtres d’é­checs.

 

 

Infos pratiques

 

Projet Réticence / Autour des brouillons de Jean-Philippe Toussaint

 

Mercredi 12 octobre 2016 – Cinéma Le Méliès – 19 heures

Projection du court-métrage Réticences, réa­lisé par Naïma Einhorn, Nina Moro et Éloïse Pommiès, étu­diantes en mas­ter Études ciné­ma­to­gra­phiques

 

Jeudi 13 octobre – Université Grenoble-Alpes

15 h 30 : Conférence de Jean-Philippe Toussaint : « Brouillons et archives »

(Amphi 9, Bâtiment Stendhal, entrée libre)

17 h 30 : Vernissage de l’exposition « Dans l’atelier de l’écriture de Jean-Philippe Toussaint »

(Bibliothèque uni­ver­si­taire Droit-Lettres – 1er étage – Entrée libre)

 

Vendredi 14 octobre – Université Grenoble-Alpes – Amphidice – 19 h 30 à 21 h 30 – Entrée libre

Soirée-spec­tacle « Littérature et numé­rique » : pré­sen­ta­tion des pro­jets scien­ti­fiques et des créa­tions des étu­diants, avec la par­ti­ci­pa­tion de l’écrivain

 

MC2 - Saison 2020-21
commentez lire les commentaires
3078 visites | 0 réaction
logos commentaires logos commentaires

Commentez ou réagissez

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Votre commentaire sera publié dans les plus brefs délais, après modération.